Sécurité sociale : Les remboursements ne devraient pas diminuer


La ministre des Affaires sociales n'entend pas réduire la prise en charge des dépenses de santé des Français, tandis que François Hollande souhaite dégager des économies et fustige des "excès". 

"Nous ne devons pas, et ce n'est pas la du gouvernement, aller vers la réduction de la prise en charge, la multiplication des forfaits et des déremboursements", a déclaré Marisol Touraine sur

"C'est ce qu'a fait le gouvernement précédent et on voit que ça n'a pas servi à grand chose (…) puisque le déficit a continué de se creuser", a-t-elle ajouté.

Lors de ses vœux aux Français mardi soir, François Hollande s'est dit déterminé à réduire les dépenses publiques et a estimé que la Sécurité sociale devait en finir avec "les excès" et "les abus".

"Des réformes de structure sont indispensables. Il s'agit de faire mieux en dépensant moins", a-t-il encore appuyé vendredi lors de ses vœux ​au gouvernement.

Marisol Touraine a précisé les "priorités" du gouvernement pour "mieux soigner tout en dépensant moins" : renforcer la part des médicaments génériques, inciter les patients à aller chez un médecin de proximité plutôt qu'à l'hôpital quand ce n'est pas nécessaire et développer la chirurgie ambulatoire (opération sans hospitalisation).

2,9 milliards d'économies pour la branche maladie 

Ces priorités s'inscrivent dans la stratégie nationale de santé de la ministre, annoncée fin septembre, dans le prolongement de la loi de financement de la Sécurité sociale pour 2014.

Cette loi prévoit des économies d'un montant de 4,4 milliards d'euros, dont 2,9 milliards pour la branche maladie (baisse des tarifs de certains médicaments et examens, gestion des hôpitaux, réduction des dépenses de fonctionnement…).

L'ensemble des mesures doit permettre de ramener le déficit du régime général de la Sécurité sociale – celui des salariés du privé – à 12,8 milliards d'euros en 2014, en recul de 3,4 milliards d'euros par rapport à 2013 (16,2 milliards).

L'assurance maladie, une "chance extraordinaire" pour la France

Le gouvernement, qui a déjà annoncé en 2013 des mesures d'économies sur la famille et les retraites en vue de réduire les déficits de ces branches respectives, mise sur un déficit du régime général et du fonds de solidarité vieillesse ramené à 4 milliards à l'horizon 2017.

Marisol Touraine a qualifié samedi l'assurance maladie de "chance extraordinaire" pour la France, qui a permis des avancées en terme de santé, notamment sur le plan de l'espérance de vie et de la réduction des risques face au .

"Je veux rompre un peu avec le discours que j'entends, parfois, de fatalisme qui présente la Sécurité sociale, l'assurance maladie comme une forme de bateau ivre qui serait condamné au déficit et condamnée à être un fardeau pour notre population", a-t-elle ajouté.

___________________________________________________________

Source(s):BFMTV / YouTube / ​Challenges avec AFP, le 04.01.2014 / Relayé par )

D'autres articles

Laissez un commentaire