Nouveaux incidents à Paris en marge d’une manifestation pro-palestinienne interdite

Une quarantaine de personnes au moins ont été interpellées samedi à Paris en marge d’une pro-palestinienne interdite, où les forces de l’ordre ont fait usage de gaz lacrymogène face à un groupe qui leur lançait des projectiles.

Alors que le défilé avait été interdit par la police qui invoquait le risque de violences, quelque 5.000 personnes s’étaient rassemblées à 15h00 (13h00 GMT) place de la République, point de départ initialement prévu du cortège, mais sans chercher à défiler. Les forces de l’ordre avaient toléré le rassemblement tout en maintenant un important dispositif de sécurité autour de la place. 

Les journalistes de l’AFP ont vu des personnes lancer des canettes en direction des forces de l’ordre, qui ont riposté en faisant usage de gaz lacrymogène, face à un service d’ordre du rassemblement manifestement dépassé

De jeunes, certains encagoulés ou le visage masqué par des foulards, jetaient également divers projectiles, des pierres notamment, sur des vitrines de magasins. Un abribus a été détruit. 

Selon une source policière, une quarantaine de personnes ont été interpellées, dont une vingtaine placées en garde à vue. 

La française avait confirmé à la mi-journée l’interdiction de la décidée par la police. Et le ministre de l’Intérieur avait solennellement appelé les organisateurs à renoncer à leur initiative, avertissant qu’ils seraient tenus pour “responsables d’éventuels débordements (…) et passibles de sanctions pénales”. 

Au total, environ 2.000 policiers et gendarmes ont été mobilisés dans la capitale, déployés place de la République et dans le quartier de la Bastille où des incidents avaient éclaté près d’une synagogue à l’issue d’une manifestation le 13 juillet.

Manif , un syndicaliste policier témoigne: “Les casseurs ne sont pas les manifestants”

Christophe Crépin, membre du syndicat UNSA-Police, affirme en direct que des casseurs  ne sont pas du tout  les  manifestants,  mais des voyoux venus bien après le début de la manifestation,  et qui se sont  fait “déposés   dans des  taxis”  avec ” toutes  leurs armadas  pour en découdre”.  Ce syndicaliste intègre donne ici une information capitale qui pose une  question:  Qui a déposé ces casseurs bien organisés dans des  taxis ? 

__________________________________________________________

Source(s) : 7sur7 / Belga, le 26.07.2014 / Oumma / Relayé par Meta TV

Laissez un commentaire