nanterre-premiere-enquete-obsolescence-programmee

Nanterre : première enquête pour obsolescence programmée   Mis à jour


Dans le viseur de la , le fabricant japonais d’imprimantes Epson contre lequel une association de défense de l’ a déposé une plainte.

C’est une première en  qui risque de faire date. Selon nos informations, le parquet de Nanterre (Hauts-de-Seine) vient d’ouvrir une enquête préliminaire après avoir été saisi d’une plainte pour des faits « d’obsolescence programmée et tromperie » déposée à la fin du mois de septembre par une association de défense des consommateurs et de l’.

Cette association, baptisée HOP pour Halte à l’obsolescence programmée, avait décidé de cette action en contre les marques Brother, Canon, Epson et HP, estimant notamment qu’elles « programmaient » la durée de vie des cartouches d’encre de leurs imprimantes. Ces dernières devant être remplacées alors qu’elles n’étaient pas encore complètement vides, selon la même association.

Code de la

Toujours selon nos informations, l’enquête ouverte par le parquet de Nanterre ne concerne que la marque Epson, dont le siège se situe à Levallois-Perret. Les investigations ont été confiées aux agents de la Direction générale de la concurrence, de la et de la répression des fraudes (DGCCRF), rattachée au ministère de l’.

« Dans cette affaire, il s’agit de déterminer si, oui ou non, ce fabricant a bel et bien mis en place un système d’obsolescence programmée sur ses imprimantes et ses cartouches d’encre, confie une source proche de l’affaire. Ce délit est inscrit dans le Code de la depuis l’été 2015 ».

Plainte contre Apple

L’association Hop a également déposé une plainte auprès du parquet de Paris, ce mercredi 27 décembre, contre Apple, toujours pour obsolescence programmée. Cette fois-ci, l’association estime que le géant américain, à travers les mises à jour de ses iPhone, en réduit volontairement les performances et la durée de vie afin d’en accélérer le remplacement.

Apple a récemment admis brider volontairement ses anciens modèles de smartphones dans le but d’en « prolonger la durée de vie ». Une décision prise, selon la marque à la pomme, en raison de l’utilisation de batteries au lithium-ion qui ont davantage de difficultés à répondre à d’importantes sollicitations par l’utilisateur du téléphone lorsqu’elles vieillissent.

Cash Investigation – La mort programmée de nos appareils / intégrale

Enquête sur le géant Apple et sur de grandes marques d’électroménager, de téléphonie ou d’ordinateurs, qui font tout pour limiter la durée de vie de leurs produits pour que les consommateurs en achètent davantage. Les techniques de l’«obsolescence programmée» sont variées et sophistiquées et leurs conséquences sont claires : surconsommation généralisée et au bout de la chaîne, de gros dégâts environnementaux.

 

Sources : Le PointCash Investigation /

D'autres articles Meta TV

Laissez un commentaire