Mexique : Un baleineau à 2 têtes et 2 queues découvert dans une lagune


Des chercheurs ont découvert dans le lagon de Baja California des baleineaux de baleine grise siamois morts-nés ; Cette découverte pourrait être une première

 

 

Des chercheurs de la lagune mexicaine de Ojo de Liebre, ou lagon de Scammon, ont découvert dimanche des baleineaux siamois de baleine grise.

Ce pourrait être le premier cas décrit de siamois de baleine grise. (On a vu des siamois dans d'autres espèces comme le rorqual commun, le rorqual boréal et la baleine de Minke. Une recherche dans la base de données du Museum d'Histoire Naturelle du Conté de Los Angeles n'a pas remonté de publication sur des siamois de baleine grise.)

Les siamois découverts dans le lagon de Scammon n'ont malheureusement pas survécu. Il s'agit très probablement d'un avortement car leur carcasse fait un peu moins de 2 m 50 de long alors que les nouveau-nés de baleine grise mesurent entre 3 et 4 m. Mme Alisa Schulman-Janiger, chercheuse de l'American Cetacean Society, a mis en avant le fait que les siamois n'étaient pas complètement développés et elle a déclaré que c'était le signe d'une naissance prématurée. Elle se demande également ce qu'a été le sort de la mère.

Le cadavre des siamois a été récupéré pour étude.

La première photo est due à l'amabilité de Jesus Gomez. Celle du bas fait partie des trois qui ont été publiées dimanche sur la page Facebook de Guerrero Negro Verde (Lien), sa légende se traduit ainsi : "Malheureusement, le spécimen est mort. [Sa] survie était très difficile."

Les baleines grises arrivent dans le lagon de Scammon et dans les autres lagons du long de la péninsule de Baja California à l'issue d'un voyage de près de 6 000 miles marins depuis les eaux de l'Arctique. Les naissances ont lieu pendant le voyage vers le sud ou dans les lagons et elle allaitent leurs petits pendant plusieurs semaines avant de migrer dans l'autre sens vers les mers de Bering et des Tchouktches.

La NOAA estime à environ 21 000 le nombre de baleines grises vivant dans l'océan Pacifique.

Parmi les raisons possibles ayant pu être à l'origine de cet avortement pour le moins inhabituel, des associations de défense de l' et de protection de la nature ont évoqué la contamination radioactive des eaux du Pacifique par la centrale nucléaire japonaise de .

___________________________________________________________
Source(s):Nuclerask / YouTube / ​El Mexicano /  Pete Thomas Outdoor, le 07.01.2014 / Traduit par Mimi Mato  pour Nature to Share / Relayé par Meta TV )

D'autres articles Meta TV

Laissez un commentaire