Mexique : Des fosses communes de «cadavres sans organes»

Le Père Alejandro Solalinde a affirmé mercredi à Puebla (centre du ) qu’il existait des fosses communes clandestines de cadavres sans organes de sans papiers présumés, précisant qu’il ne pouvait encore en révéler la localisation.

«Dans certains endroits, que je ne peux révéler actuellement, il y a des fosses avec des corps sans organes, c’est grave», a déclaré ce défenseur des droits des immigrés d’Amérique centrale et du Sud, précisant qu’il avait été informé par les autorités».

Le prêtre s’exprimait lors d’une cérémonie à Puebla, à quelque 120 kilomètres de Mexico, où il a reçu un prix pour son travail humanitaire.

«Je parie ce que vous voulez que ce sont des immigrés», que l’on trouve dans ces fosses réparties dans trois villages, a ajouté le prêtre, à qui le Président Peña Nieto a remis le Prix national des droits de l’homme 2012.

Padre Solalinde, qui a fondé à Oaxaca «Hermanos en el Camino» (Frères en chemin), un centre d’accueil pour les migrants en provenance de toute l’Amérique latine qui cherchent à atteindre les États-Unis et passent obligatoirement par le , assure que les mères de famille sont toujours plus nombreuses parmi les migrants qui tentent de gagner clandestinement les États-Unis, espérant y trouver de meilleures conditions de vie.

«C’est du jamais vu, toutes ces mères, 40 % des immigrés sont ces mères avec leurs enfants (…) Cela me préoccupe, parce que s’il existe un trafic d’enfants, j’ai peur qu’il y ait un trafic d’organes», a-t-il déclaré.

Entre les 22 et 23 août 2010, 72 immigrants clandestins, qui provenaient du , du Salvador, de l’Équateur et du et avaient l’intention de se rendre aux États-Unis ont été assassinés de sang-froid, à Tamaulipas (nord-est). Ces meurtres ont été attribués au cartel de la drogue des Zetas, formé par d’anciens militaires des troupes d’élite mexicaines, qui les auraient tués parce qu’ils refusaient de travailler pour leur gang.

En 2011, également à San Fernando, 193 cadavres de migrants clandestins avaient été retrouvés dans des charniers. En 2012, 49 autres ont été localisés à Cadereyta (nord).

Chaque année, environ 140 000 personnes – la plupart d’Amérique centrale – entrent illégalement chaque année au Mexique pour tenter de rejoindre les États-Unis.

Certains d’entre eux sont victimes du crime organisé, responsable de vols, extorsions, enlèvements et assassinats.

___________________________________________________________

Source(s): La Presse, le 07.11.2013

Laissez un commentaire