Lola, “violée par deux arabes”, en garde-à-vue pour dénonciation mensongère


Il y a quelques semaines, Lola, jeune femme de 26 ans, avait affirmé s’être fait violer par “deux arabes” selon ses termes. Elle avait ameuté toute la région de Perpignan en organisant une marche de soutien sous le slogan “Je montre mon visage, montrez-nous le vôtre”. Elle avait même convoqué la radio et la presse pour des interviews dans lesquelles elle mimait la victime éplorée qui reste courageuse en engageant une lutte visant à retrouver ses deux agresseurs.

«Je suis là aussi pour dire à mes agresseurs que je ne lâcherai pas et qu’on finira par les retrouver».

Or, à l’instar d’Amina Sboui qui avait inventé une agression à la tondeuse et à la lame de rasoir opérée par cinq “barbus salafistes”, Lola se retrouve en garde-à-vue pour “dénonciation mensongère” car elle a tout imaginé…

Comment une femme peut-elle se targuer d’avoir été violée alors qu’il n’en est rien ? Sa fausse déclaration fait voler en éclat le combat de nombreuses femmes qui, elles, luttent sincèrement contre les violences faites aux femmes.

Son comportement est une honte. Ses élucubrations ont été récupérées par l’extrême-droite pour en faire leur nouveau cheval de bataille contre la population d’origine maghrébine française.


Bien qu’elle se rétracte et qu’elle consente enfin à dire la vérité, le mal est fait. La presse a pendant des jours relayé l’information, sale et crue, l’actualité qui accuse une nouvelle fois “des arabes”. Ces incriminations ont été tant et si bien martelées que son désaveu demeure bien maigre face à l’instrumentalisation du crime imaginé qui constitue finalement une pierre à l’édifice des mouvements racistes et islamophobes dans l’inconscient collectif.

De même, que retient la population française ? Le battage médiatique a été orchestré de manière tellement efficace que l’information erronée est entrée insidieusement dans l’esprit des français.

Afin d’empêcher le renouvellement de ce genre de déclarations calomnieuses, la se doit d’engager des poursuites exemplaires. Le cas de Lola et celui d’Amina sont dangereux pour le vivre-ensemble et la stabilité sociale fragilisée par des groupuscules avides de haine.


Lire aussi : 

Agression à Paris : L’ex-Femen tunisienne, Amina Sboui, placée en garde à vue

 
 

__________________________________________________________

Source : Islam et Info, le 17.07.2014

D'autres articles Meta TV

Laissez un commentaire