L’expérience Séralini sur les OGM et les rats, même désavouée, doit être reproduite


Officiellement, le maïs transgénique de n’est plus cancérogène: un an après l’avoir publiée, la revue américaine annonce qu’elle va mettre au pilon cette étude controversée. Et maintenant ? 5 millions d’euros avait été débloqués par l’Union européenne et la France pour mieux comprendre.

 

C’était une publication-phare, une étude en passe de devenir culte. Bientôt elle n’existera plus. Elle avait marqué les mémoires avec ses illustrations photographiques: des rats de laboratoire porteurs de monstrueuses tumeurs cancéreuses. Ces avaient été nourris avec un maïs transgénique plus ou moins associé à  l’herbicide Roundup, deux produits commercialisés par la multinationale Monsanto. Il faut désormais oublier ces images: bientôt cette étude n’aura jamais existé. Le rédacteur en chef de la revue Food and Chemical Toxicology vient de décider qu’il allait «rétracter» la publication faite dans ses colonnes en septembre 2012 par le Pr Gilles-Eric Séralini et son équipe de l’Université de Caen.

Ce coup de théâtre soulève une question pratique de taille. La controverse déclenchée par la publication française avait conduit, après bien des atermoiements, à dégager cinq millions d’euros sur des fonds publics: trois millions par l’Union européenne, deux millions par le gouvernement français. Il s’agissait d’une part de reproduire l’expérience contestée avec de meilleures garanties méthodologiques. Il s’agissait aussi de répondre aux critiques récurrentes faites à un secteur essentiel de la toxicologie alimentaire: les procédures d’expertises destinées à vérifier sur l’animal l’innocuité des destinés aux consommations animales et humaines.

L’Agence européenne en charge de la sécurité alimentaire (EFSA) avait déjà défini le cadre des futures études. Il s’agissait de définir les principes directeurs qui aideront les scientifiques à mener des «études sur deux ans» portant sur des «aliments entiers». Objectif: évaluer le risque de cancer et/ou de toxicité que présente la consommation de longue durée de nouveaux aliments pour l’homme.

Une rétractation non frauduleuse

La donne a désormais radicalement changé. Va-t-on décider, à Bruxelles et à Paris, qu’il n’est plus nécessaire d’utiliser cet argent pour vérifier le caractère reproductible d’une étude qui n’existe plus dans la bibliographie scientifique ?

Pour l’heure, la principale question est celle des raisons de la rétractation de la publication d’octobre 2012.  Il s’agit là d’une procédure assez rare, souvent vécue comme infâmante par ceux qui en sont victimes. Elle suppose qu’il y a eu découverte a posteriori de pratiques scientifiques frauduleuses. L’un des cas récents les plus célèbres de rétractation  après fraude scientifique a été l’affaire Hwang Woo-suk du nom d’un scientifique sud-coréen spécialiste du clonage des mammifères qui, avec d’autres chercheurs de renom, était parvenu à publier un travail frauduleux dans la célèbre revue américaine .

Aujourd’hui, le cas de figure est radicalement différent. Avec toutefois un point commun: il concerne une publication amplement médiatisée, en septembre 2012. Avant même qu’elle soit disponible, Le Nouvel Observateur l’avait mise en scène, titrant à la Une que la démonstration était faite que les OGM étaient des «poisons». Le Pr Séralini y commentait sa propre étude et extrapolait ses résultats et accusait les végétaux génétiquement modifiés d’être cancérogènes. Il amplifiait son propos en assurant la diffusion concomitante de son dernier ouvrage («Tous Cobayes!») ouvrage et de documentaires télévisés.

Dans les heures qui suivirent la sortie du Nouvel Observateur (et avant même que la publication scientifique soit disponible), trois ministres du gouvernement français (ceux de l’, de la et de l’Environnement) estimaient que l’étude menée par des chercheurs français «mettait en cause l’innocuité à long terme du maïs transgénique NK 603 sur les rats».

Les trois ministres décidaient alors en urgence  de saisir l’Agence nationale de sécurité sanitaire (ANSES) le Haut Conseil des biotechnologies et l’Autorité européenne de sécurité des aliments.» Une controverse nationale et internationale sans précédent avait suivi. , entre opposants aux OGM qui dénonçaient les pro-OGM d’être peu ou prou financés par la technostructure scientifique et industrielle en général –et par  Monsanto tout particulièrement. Ces derniers envoyant la méthode expérimentale développée par l’équipe du Pr Séralini à la poubelle.

Séralini maintient ses conclusions

L’étude contestée avait quant à elle été financée par l’association Ceres, le Criigen, la Fondation « Charles Léopold Meyer pour le Progrès de l’Homme » ainsi que par le ministère français de la Recherche.

La décision du rédacteur en chef de Food and Chemical Toxicology, A. Wallace Hayes a été prise après les très nombreux commentaires critiques qui ont été adressées depuis sa publication aux responsables de la revue. Certains scientifiques allaient jusqu’à évoquer la possibilité de fraudes.

Il précise que le texte adressé à la revue par l’équipe française avait suivi le processus habituel d’examen, de relecture anonyme par des pairs – processus suivi de modifications acceptées par les auteurs. Pour autant, de nouvelles relectures critiques par d’autres pairs avaient été jugées nécessaires. Et elles aboutissent aujourd’hui à la conclusion … qu’aucune véritable conclusion ne peut être raisonnablement tirée de cette expérience. Les principaux éléments techniques de ce dossier sont disponibles ici.

Au final, aucune fraude, volontaire ou involontaire, n’a été décelée. Mais il est apparu, à la réflexion, que la méthodologie retenue (faible nombre d’animaux, caractéristiques génétiques des cette variété de rats Sprague-Dawley susceptibles de présenter spontanément des tumeurs cancéreuses) ne permettait pas de conclure. Sans être véritablement «faux», les résultats ne sont pas «interprétables».

«Pressions insupportables»

La revue a également fait sur ce sujet une mise au point en forme d’autocritique quant aux procédures en vigueur de relecture et de validation des articles qui lui sont soumis. Rappelant qu’elle traite de sujets controversés par nature, elle soutient que, sans être infaillibles, ces procédures demeurent les meilleures. Des ajustements sont néanmoins prévisibles. Les responsables de la revue annoncent qu’ils publieront la réponse du Pr Séralini et les commentaires qui seront fait à cette occasion.

Pour sa part, le Pr Séralini vient de déclarer qu’il refusait la rétractation de sa publication et qu’il maintenait ses conclusions. Il a aussi dénoncé des «pressions insupportables». Il est ici soutenu par l’association GMWatch qui estime que la rétractation est illicite, contraire à la démarche scientifique comme à l’éthique. Reste que la rétractation est une décision des responsables des revues scientifiques à laquelle les auteurs ne peuvent s’opposer.

Ce rebondissement dans une affaire déjà sulfureuse vient un peu plus compliquer l’approche scientifique des phénomènes d’exposition alimentaire des organismes animaux ou humains à de faibles doses de substances tenues pour potentiellement toxiques. Il ne manquera pas d’exacerber les tensions entre deux camps que tout oppose. De ce point de vue, il serait dommageable que la rétractation de l’étude initiale conduise à abandonner les expériences prévues pour en vérifier les bien-fondés. Un tel abandon conforterait les militants anti-OGM dans l’idée que le Pr Séralini est, sinon un martyr, du moins une victime de la science officielle.

__________________________________________________________
Source(s): Slate / Par , le 29.11.2013 / Relayé par MetaTV )

Articles

Laissez un commentaire