Meta TV Média alternatif et indépendant

Les policiers ne veulent plus assurer la sécurité du député Meyer Habib

Depuis ses prises de position favorables à Israël, l'UDI est protégé par des policiers. Ils ont décidé d'exercer leur droit de retrait.
 
 
 
 
 
 
 
 

Depuis cet été et ses prises de position favorables à Israël, le député UDI  est protégé par quatre policiers du Service de la protection (SDLP ex-SPHP). Directeur général de Vendôme S.A, spécialisé dans le diamant, le parlementaire poursuit ses activités professionnelles si l'on en croit sa déclaration d'intérêt et d'activité remise à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique.

Alors qu'il souhaitait transporter de la marchandise dans le cadre de sa fonction de chef d'entreprise, il s'est heurté à une fin de non-recevoir de la part des policiers chargés de sa protection. Ils ont exercé leur droit de retrait. "Il voulait convoyer près de 20 000 euros de diamants. Nos collègues de la protection rapprochée ne sont pas formés à ce genre de mission qui relève du transport de fonds privés", assure un syndicaliste. "Ils se sont trompés, il s'agissait de produits factices", rétorque l'élu au Point. Sa protection a été maintenue par le ministère de l'Intérieur, mais, désormais, les officiers de sécurité ne l'autorisent plus à monter dans leur véhicule.

__________________________________________________________

Source : Le Point / Par Aziz Zemouri, le 21.10.2014

Laissez un commentaire

Commentaire sur “Les policiers ne veulent plus assurer la sécurité du député Meyer Habib”