Les Espagnoles font certifier la propriété de leurs corps


Plus de 200 femmes ont enregistré leurs corps aux registres de la propriété dans toute l’, pour protester contre la limitation de l’avortement votée par le gouvernement en décembre 2013.

Mon corps, ma propriété. À l’appel de l’artiste Yolanda Dominguez, près de 200 femmes, venues de toute l’, ont enregistré leur corps au Registre de la propriété, le 5 février dernier. Un signal fort envoyé au gouvernement conservateur dirigé par Mariano Rajoy, deux mois après l’approbation d’un projet de loi controversé qui a restreint l’accès à l’avortement dans le pays. Auprès de différentes chambres de commerce du pays, des femmes ont tenu à certifier sur papier que leurs corps n’appartiennent pas à l’État.   

« Aujourd’hui le corps des femmes a été moulé par et pour les autres, converti en un objet, utilisé comme une marchandise, agressé, manipulé et soumis à des stéréotypes impossibles », s’indigne l’instigatrice du projet, Yolanda Dominguez. « Nous en avons marre de nous faire dicter ce que nous devons faire avec notre corps, c’est pourquoi nous avons décidé d’exprimer notre colère d’une manière créative, avec une action collective », explique-t-elle. « Notre corps est devenu un territoire que nous devons reconquérir ». Sur son compte Twitter, la jeune femme interpelle quotidiennement les autres mujeres, qu'elle appelle à se présenter dans les chambres de commerce du pays pour « certifier » la propriété de leurs corps. 

__________________________________________________________

Source(s) : Yolanda Domínguez / YouTube / Le Figaro, le 10.02.2014

D'autres articles Meta TV

Laissez un commentaire