L’Afrique grandeur nature : la carte qui bouscule les idées reçues


Cette carte est étonnante, et bien plus parlante que toutes les explications. Le continent africain ainsi représenté dans sa taille réelle, est aussi grand que les Etats-Unis, la , l’ et une bonne partie de l’ additionnées.

La superficie de l’ englobe la , les Etats-Unis, une bonne partie de l’(Via Mark Doyle sur Twitter (@Doylebytes))

C’est Mark Doyle, le correspondant de la BBC pour les questions de développement, qui a « tweeté » cette carte vendredi, suscitant des réactions de surprise et d’incrédulité parmi ses lecteurs.

La projection de Peters, qui contrairement à celle de Mercator, tente de tenir compte de la taille réelle des continents (Penarc/Wikimedia Commons)

L’un d’eux est même allé vérifier les chiffres, et a dû se résoudre à la réalité de cette carte :

  •  : 30 millions de km² ;
  • Chine et Etats-Unis : 10 millions chacun.

Une fois de plus, une bonne infographie parle plus que dix mille mots…
 

La projection de Peters est une projection cartographique qui, contrairement à la projection de Mercator, tente de prendre en compte la taille réelle des continents. La projection de Mercator, du fait qu'elle est perspective, a tendance à faire apparaître plus grands les pays et continents des zones tempérées aux pôles. Ainsi, dans la projection de Mercator, le Groenland apparait plus grand que le continent africain, alors qu'il est de 14 à 15 fois plus petit.

La projection de Peters est une projection qui maintient la proportion entre les surfaces sur la carte et les surfaces réelles. Ainsi, les rapports entre les surfaces des pays sur la carte correspondent au rapport de leurs surfaces réelles (l'Afrique apparaît bien 14 à 15 fois plus grande que le Groenland). Mais cette carte ne garde pas les bonnes formes des continents au contraire de la carte de Mercator. Néanmoins, ce type de cartographie permet de mettre en avant les pays dits du Sud contrairement à la projection de Mercator qui promeut une certaine hégémonie des pays de l'hémisphère Nord en promulguant de fausses informations géographiques (l'Amérique du Sud qui semble beaucoup plus petite que le Groenland alors qu'elle est en réalité 7 à 8 fois plus grande ou encore l'Afrique qui apparaît comme étant deux fois plus petite que la alors qu'elle le dépasse par près de deux fois en superficie). La projection de Peters est donc souvent utilisée en géographie pour étudier les pays du Tiers-Monde et permet d'éviter la vision parfois jugée trop colonialiste de la projection de Mercator.

File:Arno Peters-Projektion.JPG
 

Arno Peters (1916-2002) est un historien et cartographe allemand.

Il propose sa projection en 1974. Celle-ci sera adoptée par différents organismes, comme des mouvements tiers-mondistes car elle propose une vision plus équilibrée du monde. Contrairement à la projection de Mercator, elle ne favorise pas une perception de puissance des pays de l'hémisphère nord. La projection de Peters, contrairement à celle de Mercator avantage « relativement » les pays du Sud. En effet elle écrase les formes aux latitudes les plus hautes (ex : l'Afrique, située sur l'équateur, sera donc beaucoup plus étendue verticalement que dans la réalité). Mais attention, contrairement à la projection de Mercator, ces surfaces ne sont que déformées, et non agrandies ou réduites.

Arno Peters s'est aussi battu pour la révision de l'emplacement du méridien 0 (Greenwich), placé par les Anglais du temps de l'époque coloniale, sur un observatoire qui n'existe plus aujourd'hui. Il situe sans raison l'Europe en position centrale du monde. La proposition de Peters était tout simplement la ligne de changement de date.

http://odtmaps.org/images/sidea.jpg

En 1973, le cartographe allemand Arno Peters critiqua la projection de Mercator, en la stigmatisant pour surreprésenter les surfaces des pays riches au détriment des pays pauvres. Il propose alors une nouvelle projection en décalant les longitudes de 45 degrés vers le sud, tout en gardant les latitudes en place. Il obtint donc une projection qui maintient la proportion entre les surfaces sur la carte et les surfaces réelles.
 

Ce n'est pas une illusion, le continent africain est immense, et l'Amérique du Sud (17 840 000 km²) regagne l'importance que la carte Mercator lui fait perdre par rapport à l'Amérique du Nord (22 080 000 km²).

Cette carte devint un outil très apprécié des tiers-mondistes (devenus les altermondialistes) cherchant le rééquilibrage des inégalités entre les pays du monde. Elle offre une nouvelle lecture en démontrant que les pays du Sud ont un poids beaucoup plus important qu'on peut le penser sur notre planète. Au contraire de la projection Mercator, nous voici devant un exemple concret d’utilisation intentionnelle d’un type de représentation cartographique du monde à des fins politiques, et dans le sens d’un monde plus équitable.

 

Il convient toutefois de nommer cette carte sous l’appellation Gall-Peters, car cette projection serait issue du mathématicien allemand Johann Lambert qui l’aurait présenté en 1972, puis développée par James Gall en 1855.
 

Par ailleurs cette carte n’est finalement pas plus juste, au sens de l’analyse cartographique, que la projection Mercator. Elle a l’inconvénient d’écraser les distances et les directions, de même que les surfaces perçues des pays en direction des pôles.  En somme le monde n’a pas cette forme là, il ne faut donc retenir que son message principal et donc la comparaison des surfaces réelles des continents. 

__________________________________________________________
Source(s): derrierelescartes / wikipedia / rue89, le 21.12.2013 / Relayé par Meta TV )

D'autres articles Meta TV


DOC MetaTV

A propos de DOC MetaTV

Meta TV existe depuis 2013 et a toujours été un multi-media sur une ligne clairement et radicalement opposée aux mondialisme, sionisme, impérialisme, européisme.

Laissez un commentaire