Joseph Stiglitz : Un prix Nobel au service de l’idéologie keynésienne


Joseph Stiglitz profite de manière éhontée du prestige lié à son prix pour truster les et peser dans le débat public sur des sujets sans rapport avec son expertise.

Friedrich Hayek a obtenu le prix Nobel d’économie en 1974. Lors du discours au banquet de remise des prix Nobel, le 10 décembre de cette même année, il se montra prudent : « je dois confesser que si on m’avait consulté sur la question d’établir un prix Nobel d’économie, je me serais exprimé fermement contre ». Il considérait entre autre « qu’un prix Nobel conférerait à un individu une autorité qu’en économie nul homme ne devrait posséder. »

D’autres prix Nobel n’ont pas la même modestie ni la même retenue. Joseph Stiglitz fut nobélisé en 2001 en compagnie de George Akerlof et Michael Spence pour leurs travaux sur les marchés avec asymétrie d’information. Le moins que l’on puisse écrire est que Stiglitz ne manque pas une occasion de donner son avis, sur des sujets n’ayant au mieux qu’un lointain rapport avec son prix Nobel. Il profite de manière éhontée du prestige lié à son prix pour truster les et peser dans le débat public. Cet entretien accordé à La Tribune, dans lequel il exprime des avis tranchés et non argumentés sur une grande variété de sujets, en est une caricature frappante.

Les raisons de la crise actuelle ? Il pointe notamment la régulation financière et la prise de risque excessive de toujours « too big to fail ». Quand Stiglitz incrimine la réglementation, il faut bien sûr comprendre que, selon lui, il n’y en a pas assez. Or, comme le démontre Vincent Benard, la régulation financière étatique est condamnée à échouer. Les régulations ne tiennent non seulement pas leurs promesses de stabilisation mais ont en plus de nombreux effets pervers. L’interventionnisme public est à l’origine de la formation de la bulle immobilière. La création de la Fed a débouché sur une instabilité bancaire plus élevée. Les accords de Bâle ont renforcé le risque systémique au lieu de le diminuer. Ils ont en outre incité les à acheter massivement de la dette souveraine ou à préférer les prêts immobiliers aux prêts aux entreprises, ce qui les a exposées aux crises des subprimes et de la dette, tout en compliquant le financement de l’économie.

Quant aux « too big to fail », pourquoi ne pas les laisser faire faillite ? En considérant qu’au-delà d’une certaine taille les établissements seraient systématiquement sauvés, les autorités n’ont-elles justement pas encouragé les comportements risqués ? Alourdir les réglementations coûte certes très cher aux grandes , mais pour les plus petits acteurs ce peut être létal (sans compter le fait que cela constitue une énorme barrière à l’entrée pour de nouveaux concurrents potentiels). Ainsi la banque privée Frey, « financièrement saine », annonçait récemment mettre fin à ses activités. Markus A.Frey, président du conseil d’administration expliquait cette décision par les « conditions de marché de plus en plus difficiles, des règles prudentielles de plus en plus lourdes pour de petits établissements, ainsi qu’à cause du conflit fiscal aux » en constatant qu’« au cours des derniers mois […] les coûts se sont tellement aggravés qu’ils ne sont plus supportables pour une petite banque privée. » Le nombre de banques en a ainsi été divisé par deux (de 625 à 312) entre 1990 et 2011.

Stiglitz poursuit par l’inévitable touche écologique : « l’économie de marché n’a toujours pas pris conscience de l’. Nous consommons plus de ressources naturelles que ce que nous avons. » Nous consommerions donc des ressources que nous n’avons pas. Sans doute sont-elles apportées en soucoupe volante par des extra-terrestres…

Après un classique couplet sur les inégalités (se basant sur des indicateurs largement discutables), Stiglitz délivre son remède pour sortir l’économie européenne de l’ornière. La solution est bien évidemment keynésienne : « il faut des politiques de croissance et non des politiques d’austérité, comme c’est le cas aujourd’hui. » Stiglitz dresse là une classique mais factice opposition entre croissance et austérité, tout en affirmant implicitement que nous sommes actuellement en période d’austérité. Peu importe que le niveau des dépenses publiques atteigne un record (49,9% du PIB en 2012 pour l’ et 56,8% pour la ). Comme nous l’avons déjà vu, les seuls à supporter l’austérité sont les citoyens et non les États. Stiglitz enfonce le clou avec cette sentence définitive : « aucune économie n’est jamais revenue à la prospérité avec des mesures d’austérité. » On peine à le croire mais le prix Nobel l’a bien écrit : ça n’est jamais arrivé. Évidemment, ces propos ne sont pas passés inaperçu et sont du pain béni pour les partisans du laxisme budgétaire, comme Arnaud Montebourg, qui peuvent désormais citer le prix Nobel avec l’autorité qui y est liée. Joseph Stiglitz n’a sans doute jamais entendu parler de la . Au bord de l’asphyxie financière au début des années 1990, le gouvernement suédois a réduit les dépenses publiques de près de 16 points de pourcentage de PIB entre 1993 et 2000 (la dette publique tombant de 72,5% en 1994 à 53% en 2000), ce qui permit un excédent budgétaire dès 1998 alors qu’il affichait un déficit à deux chiffres en 1993. Cela a-t-il débouché sur une croissance anémique ? Pas du tout : elle a atteint entre 1994 une moyenne de près de 3,5% par an. Plus proche de nous figurent les exemples allemands et lettons qui montrent les succès d’une d’austérité. De plus, des études récentes ont démontré qu’il était économiquement plus efficient de jouer sur les baisses de dépenses plutôt que sur les hausses d’impôts pour ramener un budget à l’équilibre. Difficile dans ces conditions d’affirmer que cela n’ajamais réussi.

Outre la fin des politiques d’austérité (dont nous avons vu qu’elles n’avaient pas été mises en place et qu’elles ne s’opposaient pas à la croissance), Stiglitz avance d’autres solutions : les créations d’une union bancaire et des eurobonds.

En quoi consiste l’union bancaire, pour laquelle le Conseil européen vise un accord avant fin 2013 ?

Cette réforme est organisée autour de trois points :
  • la centralisation de la supervision bancaire par la Banque centrale européenne (qui devrait se réaliser dès 2014),
  • la mise en commun des schémas nationaux de protection des dépôts,
  • la création d’un fonds commun pour la résolution des banques en difficulté.

Uniformiser les normes prudentielles interdit aux superviseurs nationaux d’appliquer des règles plus strictes. De plus, cela rajoute un fort risque systémique puisque cela débouchera sur une uniformisation des comportements des banques, ce qui veut dire que quand des erreurs seront commises, elles le seront en même temps. De même, la mutualisation des coûts de renflouement ne va pas dans le sens de la responsabilisation des États membres.

Quant aux eurobonds, ils ne sont pas la solution à la crise. Leur création introduirait, en effet, un nouvel aléa moral qui déresponsabiliserait encore plus les gouvernements. La mise en place de l’euro a permis aux États d’emprunter à des conditions financières très proches (ce qui est aussi l’objectif des eurobonds) jusqu’au deuxième semestre 2008, où elles ont commencé à diverger. Ceseurobonds, qui ont donc déjà existé, n’ont pas empêché le surendettement de plusieurs États. Qui plus est, par les taux d’emprunt très favorables qu’ils ont autorisés, il est même permis de penser qu’ils l’ont favorisé et que les gouvernements en ont profité pour augmenter les dépenses publiques. En déresponsabilisant encore plus les gouvernements et en permettant des comportements de passager clandestin, les eurobonds ne feraient donc qu’empirer la situation actuelle.

Stiglitz s’en prend ensuite au libéralisme par le biais de la main invisible : « la main invisible censée réguler le marché est invisible… parce qu’elle n’existe pas. » Il commet là un grand contresens sur la signification de la ‘main invisible’, introduite par Adam Smith dans son ouvrage La Richesse des Nations. Adam Smith signifiait simplement qu’en recherchant leur intérêt personnel, les individus pouvaient contribuer au bien-être commun, sans qu’ils aient eu pour but initial d’y participer. Ainsi, le cordonnier produit des chaussures pour les vendre et avec les bénéfices réalisés subvenir à ses besoins, pas pour l’intérêt de la société, même si celui-ci s’en trouvera mieux. Il n’est donc ici aucunement question de régulation de marché.

Ce concept de ‘main invisible’ fut ensuite repris et approfondi par Hayek sous la dénomination d’ordre spontané défini sur Wikiberal de la manière suivante : « ordre qui émerge spontanément dans un ensemble comme résultat des comportements individuels de ses éléments, sans être imposé par des facteurs extérieurs aux éléments de cet ensemble. » C’est donc tout à fait logiquement que Stiglitz s’en prend ensuite au prix Nobel 1974 : « la vérité est que la vision d’Hayek, qui stipule que le marché fonctionne parfaitement seul et s’autorégule, était fausse. ». Là encore, on voit bien que l’interprétation que fait Stiglitz d’Hayek est complètement erronée. Qui plus est, on peine à discerner par quel raisonnement logique Stiglitz déduit de la défaillance de la réglementation par l’État, une incapacité par le marché à s’autoréguler.

Joseph Stiglitz conclut de manière symptomatique que « Keynes avait totalement raison » et que « ses prévisions expliquant que les dépenses publiques stimuleraient l’économie […] étaient totalement justes. » De plus, les solutions proposées et évoquées dans cet article ne seraient pas plus efficaces que les premières, et aurait là aussi des effets pervers.

De manière générale, Stiglitz est dans le déni de réalité. Il utilise le prestige de son prix Nobel pour se contenter d’étaler sa foi dans le keynésianisme sans présenter le moindre argument. Stiglitz est sans doute la meilleure illustration de ce envers quoi Hayek nous avertissait en disant « qu’un prix Nobel confèrerait à un individu une autorité qu’en économie nul homme ne devrait posséder. »

___________________________________________________________

Source(s): Contre Points / Par Yann Henry, le 19.11.2013 / Relayé par Meta TV )

D'autres articles Meta TV

Laissez un commentaire