La multiplication des tempêtes de sable au Moyen-Orient. L'ONU prévoit jusqu'à 300 jours de tempêtes par an d'ici dix ans

La guerre en Syrie responsable de la multiplication des tempêtes de sable au Moyen-Orient   Mis à jour


La guerre en Syrie a provoqué un véritable désastre humanitaire. Depuis 7 ans, la région a connu un changement majeur à cause d’une guerre qui perdure. 

Si les météorologues sont étonnés par la multiplication toujours plus importante des tempêtes de sable, pour certains d’entre-eux, il ne fait aucun doute que la guerre est responsable. L’abandon de terres agricoles et le passage régulier de chars a entraîné la naissance de grandes étendues de terres poussiéreuses. 

Irak : 300 jours de tempête de sable par an d’ici 10 ans ?

Les dernières analyses montrent que ce phénomène devrait s’aggraver dans les prochaines années. L’Irak pourrait connaître plus de 300 jours par an de tempêtes de sable d’ici 10 ans. Des prévisions extrêmement inquiétantes pour les populations d’autant plus que le sable dans l’air entraîne la multiplication de maladies respiratoires. 

Source : Islam & Info 18 janvier 2018

Voir aussi :

Les munitions à l’uranium : un empoisonnement global ?

Encore relativement rares voici une dizaine d’années, les tempêtes de sable ont tendance à se multiplier au Proche Orient. Égypte, Israël et Koweït subissent de plus en plus les attaques oppressantes du désert.

Elles sont dangereuses pour la santé. Paralysantes pour la circulation automobile, gênantes pour le trafic aérien. Néfastes pour les échanges et l’économie tout entière des pays concernés. Les tempêtes de sable déferlent de plus en plus fréquemment sur le Moyen Orient.

D’après France 2, Égypte, Israël et Koweït sont les pays les plus touchés. « À la , ils conseillent aux femmes enceintes, aux personnes qui ont des problèmes respiratoires ou aux personnes âgées de rester confinées chez elles », explique au JT de la chaîne une habitante de Manara, en Israël, à la frontière avec le et la Syrie.

Et cela ne devrait pas s’arranger : selon certains spécialistes, la multiplication de ces impressionnantes tempêtes, qui déferlent en quelques minutes seulement sur une ville, serait en connexion directe avec le réchauffement climatique.

Les tempêtes de sable ont tendance à se multiplier au Proche Orient.
Les tempêtes de sable ont tendance à se multiplier au Proche Orient. | Nasa

Source : Ouest France 2 janvier 2018

Si la mer domine 71% de la surface de notre planète, les contrées désertiques et les régions arides recouvrent quant à elles, 40% de la surface terrestre. Ces parties du globe, disséminées aux quatre coins du monde, se divisent en trois catégories: froid, polaire et subtropical. Elles attirent la curiosité aussi bien scientifique que touristique et sont surtout la source des tempêtes de sable, l’un des phénomènes météorologiques les plus spectaculaires et les plus complexes qui puissent exister.
Régies aussi bien par des facteurs anthropiques que naturels, les tempêtes de sable ne respectent ni saison ni frontière. Elles furent à la fin de l’été, au centre d’une importante conférence internationale réunissant d’éminents scientifiques, à Téhéran. Parrainée par l’ONU et l’Iran, cette assemblée a eu pour sujet, les causes et les conséquences de la recrudescence des tempêtes de sable au mais aussi en du Nord.
Justement, s’étalant le long d’un territoire de 266.000 m², le Sahara, partagé entre le , la Mauritanie et l’Algérie est souvent assailli par des vents violents et forts, connus sous le nom de Chergui. Quand ces derniers sont accompagnés d’une dépression intense, ils deviennent l’une des causes des tempêtes de sable. La seconde raison tient dans des lignes d’orage, engendrant de fortes rafales de vents descendantes.
Au , ce phénomène atmosphérique violent se décline sous la forme de tornades, surnommées «Djinns dansants», mais encore, en nappe, brouillard ou brume épaisse. Cependant, sa forme la plus impressionnante est symbolisée par un mur de sable d’une hauteur de 2000m, ayant la capacité de parcourir 80km/h et de durer jusqu’à 3 heures.
Pour mieux comprendre les enjeux et les effets de cette expression de Dame Nature, il faut s’attarder sur son mécanisme et notamment l’action du vent. Au début, l’action dite de la « reptation » déplace le plus gros du sable à ras le sol, ensuite, c’est au tour de particules plus légères. Celles-ci s’envolent dans l’atmosphère et rebondissent au sol en éjectant alors d’autres particules, grâce au processus dit de « saltation ». A la différence de ce dernier, le phénomène de la « diffusion suspension », permet aux grains les plus fins et les plus légers d’être transportés par le vent et dispersés.
Les grains de sable en provenance du Sahara atteignent non seulement les régions voisines mais peuvent également parcourir des distances inimaginables, transportant des nutriments vers les terres et les océans. Par exemple, une tempête de sable du Sahara a le pouvoir de nourrir régulièrement les vastes forêts tropicales amazoniennes.
Aux antipodes de ces bienfaits, les tempêtes de sable sont à l’origine de plusieurs tribulations. D’une part, de graves problèmes de santé peuvent se développer à mesure que les populations respirent ces substances. Les particules fines de sable entrent directement dans la circulation sanguine. De plus, des études scientifiques laissent entendre qu’une proportion importante de cancers de poumon dans la «ceinture de poussière» du et de l’ du Nord aurait pu être causée par l’exposition aux poussières désertiques.
D’autre part, c’est l’aspect économique qui trinque. Outre les avions cloués au sol et les aéroports en arrêt, les tempêtes de sable précipitent le processus de désertification des terres et détruisent en conséquence tout un écosystème et mettent en danger les modèles agricoles des régions concernées. Par ailleurs, la dangerosité de ce phénomène est renforcée par les substances biologiques comme des bactéries, des spores de pollen, des champignons et des transportés avec le sable.
Les causes précises de la multiplication des tempêtes de sable n’ont pas encore été clairement établies. Néanmoins, l’une des plus concrètes réside dans le détournement des ressources en eau pour l’. En effet, l’humidité est pour le sol comme une colle. Quand ce dernier se dessèche, le sable est plus enclin à être transporté par l’action du vent.
Ainsi, à l’image des dualités qui régissent l’expression de Dame Nature, le Sahara marocain se trouve être à la croisée des chemins, entre enfer et paradis. Et selon les communautés scientifiques, la limite entre les deux devient plus ténue qu’un grain de sable. La gestion des ressources en eau devient, dans ce cas, un enjeu majeur pour ne pas basculer vers l’horreur que vivent les Irakiens, subissant jusqu’à 300 « épisodes de sable » par an.

Source : Libération 6 janvier 2018

D'autres articles Meta TV


DOC MetaTV

A propos de DOC MetaTV

Meta TV "Fédération libre des médias alternatifs et indépendants". C'était le slogan à la fondation de Meta TV, avec beaucoup d'autres médias alternatifs du web. L'idée d'une fédération ne devait pas être la bonne méthode, mais une synergie serait sûrement une excellente chose. DOC

Laissez un commentaire