François Hollande, « invité d’honneur » ou convoqué au dîner du Crif ?


Convoqué ? Addition salée pour la cohésion nationale. Ce mardi soir, le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) organise son dîner annuel en présence de membres éminents du gouvernement et de la classe politique. Une opportunité pour les convives de goûter les sermons du président Roger Cukierman et de savourer la finesse de ses injonctions.

Dimanche 25 mai, sur l’antenne de la chaîne israélienne i24news, Roger Cukierman, président du Crif, a commenté la mystérieuse fusillade survenue au Musée juif de Bruxelles en affirmant que « les jeunes des banlieues sont violents » et constituent une « force antisémite ». « Beaucoup » d’entre eux seraient également impressionnés par Mohamed Merah, ajouta-t-il.

The-place-to-be: plus attrayant qu’une soirée caritative pour célébrités dés œuvrées, le rendez-vous annuel du dîner du Crif est devenu, pour sa 29 ème édition, un moment incontournable de la vie publique. Ce 4 mars, ils seront environ 800 invités, triés sur le volet, à vouloir en être et y paraître. Acteurs politiques, décideurs économiques, personnalités religieuses et sociétaires du spectacle se rendront à cette cérémonie d’un genre particulier: celle durant laquelle, selon ses organisateurs, la communauté juive délivre son message à la République. Et peu importe aux convives si de plus en plus de citoyens juifs contestent au Crif, comme nombre de leurs compatriotes musulmans à l’endroit du Cfcm, toute légitimité pour les représenter. Les jeux de rôles sont dores et déjà attribués.

La dérive droitière, entamée en 2010 avec l’arrivée de et ses comparses au comité directeur du Crif, s’est confirmée avec le retour à la présidence (youtu.be/m45TnGVJr6k) de l’ex-banquier d’affaires Roger Cukierman, âgé de 77 ans. Ces dernières années ont d’ailleurs vu apparaître une forme inédite de repli identitaire au sein de la communauté juive, particulièrement parmi les plus jeunes. Des intellectuels vont même jusqu’à dénoncer cette crispation idéologique : ainsi, le journaliste Jean Daniel n’avait pas hésité à comparer les responsables du Crif à des « représentants français du Likoud » tandis que Rony Brauman et Elizabeth Lévy, pour une fois d’accord, qualifiaient cette institution de « seconde ambassade  d’ »Même le philosophe Alain Finkielkraut, surnommé jadis « le porte-flingue d’Ariel Sharon »semble parfois, lui aussi, excédé quand il en vient à juger comme étant « légèrement grotesque » le rendez-vous annuel du Crif, ce « tribunal dînatoire » qui s’apparente à une « convocation du gouvernement ».Des jugements sévères de la part de personnalités de l’intérieur, d’ordinaire plus accommodantes avec leurs représentants autoproclamés.

entretien2

Cette année, comme l’an dernier, « l’invité d’honneur » est . En novembre, le président du Crif rendait hommage, sur le plateau d’une chaîne israélienne francophone, à « la grande amitié » du chef de l’État et de Manuel Valls envers Proche d’un lobby euro-israélo-américain dont Roger Cukierman est administrateur, le président de la République avait honoré le Crif en conviant ses représentants et sympathisants au coeur de l’Élysée: c’était le 16 décembre dernier, lors de la célébration des 70 ans de l’institution. Une soirée au cours de laquelle le chef de l’État avait commis sa fameuse plaisanterie -révélée par - à propos de l’Algérie. Dérogeant au protocole, avait également autorisé, de manière tout à fait exceptionnelle, Roger Cukierman à dire quelques mots d’introduction avant son intervention comme l’a souligné le site du Crif. Interviewé quelques heures auparavant sur France Inter, le président du Crif avait répondu par la négative lorsque son interviewer, Patrick Boyer, lui a demandé s’il était « contre la colonisation israélienne ». Il s’était également félicité de la connivence affichée par et dans la vidéo divulguée un mois auparavant par .

Six jours auparavant, Roger Cukierman conviait, au sein d’une nouvelle association dénommée “les amis du Crif”, le patron de l’UMP à venir débattre en sa compagnie et celle de la polémiste Elisabeth Lévy. Il n’y a « pas de courant pro-arabe » à l’UMP, avait tenu à rassurer Jean-François Copé, l’homme qui redoutait -sans rire- la mise en place d’une “politique antisioniste” lors de l’arrivée de la gauche au pouvoir.

Un mois plus tard, le nouvel invité des “amis du Crif” était , rocardien sarko-compatible, criminologue féru d’ésotérisme et proche de . C’est d’ailleurs au cours de l’introduction de ce débat que la langue de Roger Cukierman a fourché en commettant un lapsus savoureux à propos d’Harlem Désir, un précédent invité  présenté comme le « secrétaire du parti national-socialiste ».

Il arrive également que le président du Crif tienne des propos radicaux qui ne soient pas suscpetibles d’être provoqués par un lapsus. En 2002, l’homme avait suscité la polémique en affirmant que la performance inattendue de Jean-Marie Le Pen au premier tour de l’élection présidentielle était un résultat qui « servirait à réduire l’antisémitisme musulman et le comportement anti-israélien, parce que son score est un message aux musulmans leur indiquant de se tenir tranquilles ». 

En 2005, lors du dîner du Crif, Roger Cukierman, alors président de l’institution (de 2001 à 2007), avait également tenu les propos suivants: « Les enseignants ont la lourde tâche d’enseigner à nos enfants en plus des programmes normaux, l’art de vivre ensemble, l’histoire des religions, de l’esclavage, de l’antisémitisme.Un travail de vérité s’impose aussi pour inscrire le , ce mouvement d’émancipation, dans les grandes épopées de l’histoire humaine, et non comme un fantasme repoussoir ».

En mars 2010, lors de déclarations tenues sur Judaïques FM et relayées sur le site du Crif, il invitait aussi les juifs de France à avoir beaucoup d’enfants pour contrer l’influence musulmane.

Six mois plus tard, à , Roger Cukierman, devenu vice-président du Congrès juif mondial, développait -de nouveau- des propos alarmistes sur la croissance de la population musulmane à travers le monde, ajoutant cette contre-vérité selon laquelle « tous les terroristes sont musulmans » et préconisant un rapprochement entre chrétiens et juifs pour contrer cette expansion démographique.

 

Trois ans plus tard, l’homme s’est-il assagi ? Pas si sûr si l’on en croit une récente déclaration prononcée le 18 février sur l’antenne de RCJ (radio de la communauté juive) et découpée ci-dessous par : le président du Crif qui s’apprête, ce soir, à être salué par le gratin de l’élite hexagonale a ainsi fait une distinction, contraire à l’esprit de la République, entre « Français » et « minorités ».

 

Par ailleurs, imagine-t-on Dalil Boubakeur, en charge du Conseil français du culte musulman, avoir l’opportunité de s’entretenir, à deux reprises et en l’espace de six mois, avec le nouveau haut-responsable des services secrets français ? 

La proximité du Crif -apte à faire retirer un article de presse sous prétexte de“conspirationnisme”– avec la police du renseignement (comme l’a révélé l’affaire Merah), la haute magistrature (entre autres, le juge Marc Trévidic, en charge des questions terroristes liées au djihadisme, était présent au dîner 2013) et la DGSE (services secrets, à travers notamment Christophe Bigot, ex-ambassadeur en ) pose un problème qui n’est pourtant jamais abordé, ni même effleuré par la classe politique et les éditorialistes.

Une omerta doublée d’une haute sécurisation du dîner du Crif: pour la première fois, le lieu où se tiendra l’évènement ne figure pas sur le site de l’organisme communautaire. Même omission dans le communiqué de presse fourni par l’Élysée. Il faut directement se rendre sur la page dédiée à l’agenda de François Hollande pour avoir incidemment confirmation de l’endroit, identique depuis plusieurs années: le Pavillon d’Armenonville, situé à la lisière du bois de Boulogne.

Le difficile accès au lieu rend peu probable la tenue de manifestations contre le CRIF, à l’instar de ce qui se déroule ces jours-ci aux contre l’AIPAC, groupe de pression parlementaire ultra-droitier et dédié à Israël. D’autant que toute éventuelle protestation pacifique contre l’alignement systématique du Crif avec le régime de Tel Aviv risquerait d’être caricaturée en rassemblement antisémite par des grands médias peu scrupuleux.

Ce chantage à l’antisémitisme continue de produire silencieusement ses ravages, qu’il s’agisse de l’indulgence de la classe politique envers les exactions commises en Israël ou de l’omerta journalistique à propos des réseaux singuliers de Roger Cukierman. Sans omettre la chape de plomb qui recouvre toute éventualité d’un débat public à propos de la connexion israélienne du 11-Septembre. À ce propos, un mystère perdure au sujet du dîner prévu ce soir: Edouard Cukierman sera-t-il présent ?

L’homme, porte-parole de l’armée israélienne et président d’un fonds d’investissement israélien dans lequel son père est associé, était interviewé le 16 décembre (jour de la réception de l’Élysée) par BFM Business pour présenter son livre consacré au “bouclier technologique” d’Israël. Chose méconnue: le tandem Cukierman a un lien indirect avec les évènements survenus le 11 septembre 2001. Une compagnie israélienne, dénommée ICTS et fondée aux par des militaires du renseignement, pourrait devoir rendre un jour des comptes devant la justice new-yorkaise puisqu’elle fut responsable du contrôle opaque et défectueux des passagers de l’aéroport duquel décollèrent les présumés pirates de l’air du 11-Septembre. Parmi les membres du conseil d’administration qui pilota alors- via le mystérieux Boaz Harel– ICTS figuraient deux Français: Roger et Edouard Cukierman. C’est d’ailleurs le même Roger Cukierman qui reprocha-en 2002- au directeur du Monde d’avoir laissé publier un article relatif aux espions israéliens gravitant étrangement autour des futurs pirates de l’air présumés. Nulle surprise, dès lors, à constater que ce sujet explosif n’a jamais été exploré par un média hexagonal depuis douze ans.

Une chose est sûre: Roger Cukierman est un homme dont l’influence -tissée entre Paris, Londres et Tel Aviv depuis un demi-siècle- est bien plus considérable que celle de ses homologues catholiques, protestants et musulmans. Ceci expliquerait, en partie, l’incroyable rituel de déférence auquel vont se plier -dès ce soir- politiques, juges, grands patrons et journalistes audiovisuels, François Hollande en tête.

__________________________________________________________

Source(s) : Panamza / Par HICHAM HAMZA, le 28.05.2014 / Relayé par Meta TV(meta.tv)

D'autres articles

Laissez un commentaire