Canal + se moque des victimes du génocide rwandais 4


Canal + se moque des victimes du génocide rwandais.

Mise à jour: La postée sur youtube a été supprimée à la demande de canal+ pour atteinte aux droits d’auteur (bien sûr), si vous savez ou la retrouver n’hésitez pas à nous contacter.

Aucune réaction officielle. Normal, c’est pas la Shoah.

Le vendredi 20 décembre, la chaîne canal + a diffusé une émission parodique d’une autre émission télévisée, rendez-vous en terre inconnue. la scène de Canal + intitulée ” Rendez-vous en parenthèse inattendue ” était axée sur le , plus précisément sur le génocide rwandais. Morceaux choisis : 

« Bon ben voila, y’a 6 ans je voulais adopter un p’tit orphelin, je sais qu’ici y’en avait plein, enfin je veux dire que le pays avait subi un drame terrible hein, et ben j’ai fait une belle connerie. […]

J’arrive, je choisis mon orphelin, j’en trouve un sublime, le lendemain ils m’avaient retrouvé toute la famille. Obligée d’en choisir un autre, moins joli évidemment. Alors cette fois je demande à voir la carte du village rasé pour être sûre que tout le monde y était resté. […]

Tu vois pas qu’une semaine après, ils me retrouvent une tante dans le village d’à côté. […] Je suis désolée mais c’est mal organisé. On te dit génocide, génocide, mais moi je trouve qu’y en a encore un paquet en pleine forme. (…)

Fais dodo, Colas mon p’tit frère / Fais dodo, car les autres sont morts / Maman est en haut, coupée en morceaux / Papa est en bas, il lui manque un bras… »

Peut-on rire d’un génocide et pas d’un autre? Comment se fait-il que la chaîne puisse diffuser une émission si grotesque quand on sait tout le mal qu’a vécu ce peuple pendant cette période noire de son histoire. Et pour finir comment se fait-il qu’il ny’ait aucune réaction d’autorités, d’associations promptes à réagir dans d’autres situations. Comment ne pas parler d’une de deux poids deux mesures face à la vague que subit d’autres humoristes accusés de nier des génocides.

Une pétition a été récemment lancée par un internaute pour exiger des excuses de la chaîne.

Découvrez le « sketch » sur le génocide rwandais que Canal+ tente de faire disparaître

Deux poids deux mesures. Tandis que le débat sur la “quenelle” fait rage, une autre polémique est quasiment passée sous silence: plus de 2000 citoyens ont déjà signé uné pétition pour exiger des excuses de la part de Canal+ après la diffusion d’un sketch brocardant la mémoire du génocide au .               

Ne perdez pas une seconde : les images que vous allez voir ci-dessous ont été rétirées, à maintes reprises, des plate-formes de partage , à la demande du groupe Canal+, ainsi que de son propre site.

Diffusées les 20 décembre, elles sont extraites d’un programme humoristique dénommé Le Débarquement 2 et visent à parodier l’émission Rendez-vous en terre inconnue de Frédéric Lopez.

Dès la diffusion, plusieurs internautes ont exprimé leur indignation sur les réseaux sociaux. Une pétition en ligne de 2000 signataires réclame des excuses de la part de Rodolphe Belmer, directeur général de Canal+.

Une telle émission est une honte non seulement pour la chaîne privée et ses dirigeants, mais aussi pour le public qui a applaudi et ri aux provocations obscènes des comédiens.

Le CSA, Conseil supérieur de l’audiovisuel, a pour sa part failli à sa mission en fermant les yeux sur la diffusion d’une telle émission.

Samedi 28 décembre, le site de l’hebdomadadaire rwandais The Sunday Times a consacré un article à l’affaire et révélé qu’une action judiciaire, menée par l’avocat franco-rwandais Richard Gisagara, était envisagée.

Dimanche 29 décembre, c’est au tour du quotidien français Libération d’évoquer incidemment le sujet en publiant une tribune de l’écrivaine Scholastique Mukasonga à propos de ce sketch. Extraits : 

Ah ce qu’on allait rire ! C’était sur Canal +, vendredi 20 décembre. Ça s’appelait Le Débarquement. Tous ceux qui font rire étaient là. Le grand soir du rire. Tous les rieurs qui avaient payé leur abonnement étaient, dans leur canapé, bien décidés à mourir de rire. Alors a-t-on de quoi rire ? Voyons, voyons : pourquoi pas un génocide ? C’est ce qui fait encore le plus rire en ces temps de déprime. Pour la Shoah, c’est trop tard, il y a quelqu’un qui s’y colle. Heureusement, il reste le . C’est loin le , c’est en Afrique, un petit génocide, tout juste un petit million de morts.

Mais attention, chers téléspectateurs, ne croyez pas que sur Canal + on ose se moquer d’un génocide même africain. Vous n’y êtes pas. On se moque gentiment d’une de ces émissions où une vedette ou assimilée comme telle va passer un week-end chez les sauvages, des primitifs, quoi ! des peuples premiers si vous préférez ! (…)

On s’est tordu de rire sur les canapés des téléspectateurs. Impensable : l’innocence tranquille du racisme ordinaire a envahi jusqu’à Canal +. Cela ne semble gêner personne, comme ce qui se passait au Rwanda au printemps 1994. Moi, ce sketch m’a indignée.

Chez moi, au Rwanda, on travaille à la réconciliation, c’est difficile mais on y arrivera. Nous, les Rwandais, on ne rira jamais du génocide. Décidément, nous n’avons aucun sens de l’humour!

En 1994, le génocide au Rwanda avait causé la mort de plus d’un million de personnes en l’espace de trois mois. À partir du 7 avril 2014, le drame sera commémoré à Kigali et dans le reste du monde au sein de la diaspora rwandaise. La passivité de l’ et de la , au moment des exactions, fait toujours débat parmi les experts du conflit.

Qui est derrière ce sketch? Au-delà des comédiens, une équipe de 20 auteurs est chargée d’écrire les gags. L’émission est produite par Black Dynamite, une société fondée en 2011 par Éric Hannezo et Guillaume Lacroix, tous deux anciens de TF1. La réalisation a été confiée à Renaud Le Van Kim, déjà en charge du Grand Journal de Canal+ et lui-même ancien de TF1. Paradoxe savoureux : dans une récente interview accordée au magazine Télérama, le réalisateur, d’origine vietnamienne, affirme être conscient des discriminations raciales. Extrait :

Je n’ai jamais été victime du racisme à la télé.

Par contre, à l’école, ça a été dur. Plus tard, quand j’ai pu payer mon premier loyer, la propriétaire de l’appartement a finalement refusé : elle avait peur que ça sente la friture toute la journée !

J’ai essayé de raconter ce qu’est le racisme au quotidien dans mon documentaire Dans la peau d’un Noir, où deux familles changeaient de couleur de peau pendant un mois. 

Son documentaire Dans la peau d’un noir (2007) avait été entâché d’une polémique survenue après la diffusion: l’un de ses protagonistes avait accusé l’équipe du tournage d’avoir bidonné plusieurs séquences afin de susciter ou d’amplifier des scènes au caractère raciste.

Quant à l’acteur Gilles Lellouche, qui joue le personnage principal du sketch diffusé sur Canal+, notons qu’il avait fustigé Florent Pagny lorsque celui-ci avait indiqué à la presse préférer scolariser ses enfants à Miami afin qu’ils ne parlent pas “rebeu”.

Reste maintenant à savoir si cette polémique sera portée par les politiques et les éditorialistes français, à l’image du débat omniprésent autour de la “quenelle”, ou bien s’il demeurera confiné aux réseaux sociaux.

HICHAM HAMZA

____________________________________________________________
Source(s):connecetedTV / YouTube / La Nouvelle Tribune / Par Georges C., le 30.12.2013 / Rorschach / Panamza / Relayé par Meta TV

D'autres articles Meta TV