Beaucaire : Il avait été licencié du McDo pour une pause pipi 2


La direction du McDo de Beaucaire (Gard) reprochait à ce jeune salarié à temps partiel un abandon de poste. Licenciement abusif : le conseil des Prud'hommes a donné raison à ce dernier.

 

 

 

 

Pascal, équipier polyvalent à temps partiel au McDo de Beaucaire, a été licencié pour cause réelle et sérieuse et pour abandon de poste en juillet 2011. Sa direction lui reprochait de s'être absenté sans autorisation. Pris d'une envie pressante, le salarié s'était rendu aux toilettes et, à sa sortie, avait rapidement bu quelques gorgées d'une boisson proposée par une collègue de travail. Le 11 septembre, le conseil des Prud'hommes de Nîmes, saisi par Me Françoise Cire, a considéré que ce licenciement était abusif. "Pour le principe et pour mon client, je suis ravie de cette décision, commente l'avocate. Je souhaite que cette décision serve d'exemple."

"Je pensais être un bon employé. Je n'avais jamais vécu ça"

"C'était mon premier licenciement, explique Pascal, joint au téléphone. J'ai trouvé cela aberrant. Je pense que c'était parce que j'ouvrais trop ma gueule. J'ai travaillé dans d'autres McDo. Je pensais être un bon employé. Je n'avais jamais vécu ça…" De son côté, la direction a évoqué, devant la juridiction prud'hommale, des incidents antérieurs avec ce salarié et deux autres absences non justifiées. Toutefois, la lettre de licenciement ne fait pas mention de difficultés particulières antérieures au mois de juillet 2011.

"Il avait accepté de rester travailler une demi-heure de plus"

Me Françoise Cire, "révoltée" par le licenciement de Pascal, s'est emparé du dossier. Le jeune homme n'envisageait alors pas de saisir les Prud'hommes. L'avocate rappelle que le jour de cette pause pipi, son client avait accepté de rester une demi-heure de plus après son service. Ou encore qu'une attestation d'une salariée en faveur de la direction avait été "dictée" par l'employeur. La jeune femme était en suite revenue sur ses déclarations. D'autres attestations ne tenaient pas la route.

Décision claire et argumentée

La décision des conseillers prud'hommaux de Nîmes est claire et argumentée. Ils considèrent que "le fait isolé pour un employé polyvalent de restauration rapide de s'absenter de son poste de travail moins de cinq minutes pour se rendre aux toilettes sans avoir demandé l'autorisation d'un supérieur hiérarchique auquel s'ajoute d'avoir, un 1er juillet, dans le sud de la France, bu une boisson, tendue par un collègue de travail en traversant la salle de pause pour se rendre des toilettes à son poste de travail, alors qu'il est l'heure à laquelle le salarié devait initialement finir son service, s'il n'avait pas accepté de rester une demi-heure de plus pour aider son employeur… ne constitue pas une cause sérieuse de licenciement".

Me Françoise Cire, "révoltée" par le licenciement de Pascal, s'est emparé du dossier : 

4 700 euros d'indemnités

"Ce licenciement est inadmissible et cette affaire est révélatrice du monde du travail actuel, considère Me Françoise Cire. Quand je vois McDo vanter ses postes modulables aux étudiants. Je rappelle que cette entreprise leur propose de travailler chez eux et concilier ainsi études et travail. On en est loin." L'employeur a été condamné à 4 700 euros d'indemnités. Depuis, Pascal, qui souhaite tourner la page, a retrouvé un emploi.

La direction du McDo de Beaucaire et son service juridique n'ont pas donné suite à notre appel. L'entreprise a encore quelques jours pour faire appel de cette décision.

 

Lire aussi

Virée par McDo pour avoir passé ses examens, elle attaque aux prud’hommes

 

 

__________________________________________________________

Source : Midi Libre / Par Cathy Rocher, le 14.10.2014 / Relayé par MetaTV(metatv.org)

Partagez Meta TV sur :

Autres articles Meta TV


Laissez un commentaire

2 commentaires sur “Beaucaire : Il avait été licencié du McDo pour une pause pipi

  • detendtoiricain

    Selon Loi en vigueur du code du travail, Nulle entreprise employant des salariés en France, N’a le droit d’empêcher ceux-ci d’aller au toilette, Cela reste un délit de s opposer, Car au nom de la liberté et dignité humaine, Tout employer peu ans demandé la permission d’aller au toilette ainsi même améliorer sa condition de travail celle-ci certes soumise tout-de-même en l’accord de son employeur.

    PS: mais qu’est-ce que vous travailler pour ces entités aussi !!!, y’a énormément d’avenir d’en l’Entraidances plurimutualistes en éco-partages inter-locales, ayez plus confiance en vous et adaptez-vous en devant changer chose autrement= administrés/nécessiteux regrouper vous et créer votre propre réseau d’Entraides sous type d’entité « f.d.d/s.c.i.c/o.b.e.s », et mettez y des fonds que biens est prenez cette manoeuvre comme Majordomes, ferez des économies et rendrez responsable ces bienfaisants dévoués seraient aléatoirement chez-vous comme « Nourri.Loger.Blanchi »