« Baby ! Love your body ! », le cours de sexualité pour enfants qui appelle une « chatte » une « chatte »


C’est « ça » qu’ils veulent expliquer aux enfants? On parle de sexe de cette manière à un enfant entre 3 et 9 ans? Quelle bande de dégénérés ! Vraiment c’est malsain, déplorable et très choquant! Personnellement je n’ai pas pu tenir jusqu’au bout de la vidéo !!
PROTÉGEZ VOS ENFANTS et surtout, ne les laissez pas regarder n’importe quoi !
« BABY ! LOVE YOUR BODY ! » est une émission pour enfants de 3 à 9 ans qui a pour ambition de parler à nos bambins librement de la sexualité.

 

 

 

Cette émission d’un genre vraiment très particulier a été imaginée par Fannie Sosa et Poussy Draama. Leur souhait était de pouvoir expliquer et parler de sexe librement avec nos bambins. Pour cela, elles ont discuté avec plusieurs parents et plusieurs enfants également afin de savoir comment aborder intelligemment ce thème plus que délicat.

Résultat, le premier épisode de « BABY ! LOVE YOUR BODY« . Encore une fois, l’intention est très bonne mais nous atteignons des sommets au niveau du WTF qui avaient rarement été égalés jusque-là. En effet, dès les première phrases, on sent que quelque chose n’est pas normal : « Aujourd’hui, on va parler deeee… MINOU, SHNECK, CHATTE, VAGIN, FOUNE, FOUFOUNE, etc, etc ». Doublages foireux, costumes et décors kitsch, dialogues gênants et personnification douteuse du vagin sont au rendez-vous ! Parce que oui, c’est bien connu, le vagin c’est un grand black de 1m90 qui s’appelle Clovis. En vrai, le budget de l’émission, il est parti entièrement dans la drogue, non ? « ON RESPECTE CA ». Allez, on vous laisse admirer!

 

Le commentaire de terrafemina :  le cours de sexualité pour enfants qui appelle une "chatte" une "chatte"

Comment parler de sexualité aux enfants ? Deux performeuses féministes, proches du mouvement queer, ont décidé de s’atteler à cette tâche ardue via un programme court, diffusé sur Youtube et baptisé : « Baby ! Love your Body! ». Une démarche originale et intéressante qui risque pourtant de faire jaser. L’éducation, y compris sexuelle, étant devenue l'une des foires d'empoigne idéologique favorite de la société française.

« C’est de là que tu viens ma chérie ! C’est un endroit magique. Tu veux y entrer ? » Prenant l'invitation au mot, une jeune femme blonde aux vêtements bigarrés se glisse lentement et de façon suggestive entre les jambes d’un grand jeune homme à l’accoutrement non moins excentrique et flashy. Et de se retrouver dans une pièce aux murs tapissés de papier argenté puis doré. Quelques instants après,  la voilà allongée dans un lit rose bonbon, visiblement au 7ème ciel… Si cette saynète interpelle, ce n'est pas tant en raison de son étrangeté que parce qu'elle s'adresse à nos chères têtes blondes.

Créée par Fannie Sosa et Poussy Draama, deux artistes et performeuses féministes, « Baby ! Love your Body ! » détonne furieusement dans le paysage des émissions pour bambins. Ce programme – disponible en version française et anglaise – aux airs psychédéliques se donne, il est vrai, pour ambition « de parler aux enfants de sexualité, de consentement, de respect et de compassion ».

Dans sa version française, la première vidéo, mise en ligne le 17 septembre dernier, compte, à l'heure où nous écrivons, plus de 6 000 vues sur Youtube, ainsi que 56 commentaires. Un résultat somme toute probant, d'autant plus si on le compare à son alter-ego anglais beaucoup moins viral (1700 vues et 1 commentaire). Or, comme le reconnaît Fannie Sosa, contactée parTerrafemina, cette popularité n’est pas synonyme d’adhésion. Bien au contraire, ainsi qu'en attestent les commentaires outragés d'utilisateurs choqués par cette exploration souriante et déjantée du sexe féminin.
 

Remplacer les peurs par du dialogue

Pour cette jeune femme d’origine argentine, qui s’est fait connaître en donnant des cours de twerk, cette danse des fesses popularisée (et caricaturée) par Miley Cyrus, « l’éducation sexuelle est toujours abordée sous l’angle de la reproduction et non du plaisir. Elle véhicule avant tout des peurs : celle de tomber enceinte ou d’attraper une maladie sexuellement transmissible. »

Fannie Sosa revendique totalement l’aspect provocateur de la vidéo, dans laquelle on entend dès les premières secondes les mots « cramouille », « schneck » et « chatte ». « On a choisi ces mots pour justement donner un échantillon des expressions qui désignent le sexe féminin dans la langue. De toute manière, les enfants entendent ces mots tous les jours. Notre but, c’était de les intégrer à une vision positive en les faisant prononcer dans la vidéo par des gamins, cela n’a rien de malsain. »

Par ailleurs la vidéo aborde discrètement, à travers le choix des protagonistes – dont un drag queen baptisé Clovis et qui symbolise le vagin – les questions de genre et d’homosexualité. Un choix totalement assumé par la créatrice de l’émission, pour laquelle « la France est arriérée sur les questions de genre et de sexualité ». Et de poursuivre : « Nous voulons donner la permission aux enfants de parler de sexualité en désacralisant leur corps. Mais attention, il ne s’agit pas de mettre les enfants tout seuls devant l’émission, il faut les accompagner et en parler avec eux. »

__________________________________________________________

Source(s) : lesmoutonsenrages.fr terrafemina.com / Relayé par MetaTV(metatv.org)

Partagez Meta TV sur :

Autres articles Meta TV


DOC MetaTV

A propos de DOC MetaTV

Meta TV "Fédération libre des médias alternatifs et indépendants". C'était le slogan à la fondation de Meta TV, avec beaucoup d'autres médias alternatifs du web. L'idée d'une fédération ne devait pas être la bonne méthode, mais une synergie serait sûrement une excellente chose.

Laissez un commentaire