Armes merveilleuses : La quête du Pentagone pour les armes non létales


La quête du pour les armes non létales est incroyable.  Mais, est-ce intelligent ?

Niché dans le coin d’un parc industriel terne de Huntington Beach, en Californie, il y a un immeuble quelconque sans fenêtre.  À l’intérieur, sous une sécurité extrêmement élevée, les ingénieurs et les scientifiques travaillent sur des dispositifs dont l’apparence ordinaire masque la singularité de leur fonction.  Un est en forme de cône, de la taille d’une bouche d’incendie.  Un autre est un tube métallique de 3 pieds de long, monté sur un trépied, avec quelques boîtes noires du côté de l’opérateur.  Ce sont les dernières armes de guerre.

Pendant des centaines d’années, les écrivains de science-fiction ont imaginé des armes qui pourraient utiliser des vagues ou des impulsions d’énergie afin d’assommer, d’abattre, ou simplement désactiver les ennemis, sans nécessairement les tuer.  Et, depuis 40 ans, les militaires américains ont poursuivi discrètement des projets d’armes de ce genre.  Une grande partie de ces travaux est encore secrète et ils n’ont pas encore produit une arme « non létale » utilisable.  Mais, maintenant que la guerre froide est terminée et que les États-Unis sont engagés dans plusieurs missions humanitaires et dans le maintien de la paix, la recherche d’armes qui pourraient incommoder les personnes sans infliger de blessures mortelles s’est intensifiée.  La police, aussi, est très intéressée.  Des dizaines de nouveaux contrats ont été accordés et les scientifiques, aidés par les recherches gouvernementales sur les « effets biologiques » des rayons d’énergie, recherchent les spectres électromagnétiques et acoustiques pour les longueurs d’ondes qui peuvent affecter le comportement humain.  Les récents progrès dans l’électronique miniaturisée, la production d’électricité, et la visée des faisceaux peuvent enfin avoir mis ces armes à impulsions et à rayons sur le côté pratique, disent certains experts.

Les armes à lasers existent déjà, sont utilisées et peuvent temporairement ou définitivement rendre les soldats ennemis aveugles.  Les armes dites acoustiques ou sonores, comme celles dans le laboratoire précité, peuvent faire vibrer les entrailles de l’homme pour les étourdir, causer des nausées, ou même « liquéfier leurs entrailles et les réduire en un amas diarrhéique », selon une information du .  Des prototypes de telles armes ont été récemment considérés pour des essais quand les troupes américaines sont intervenues en Somalie.  D’autres effets étranges ont également été explorés, comme les ondes électromagnétiques pour endormir des cibles humaines ou pour les faire chauffer, sur le principe du four à micro-ondes.  Les scientifiques tentent également de faire un canon sonique qui jettera une onde de choc avec suffisamment de force pour abattre un homme.

Bien que des armes semblables puissent sembler tirées par les cheveux, les scientifiques disent qu’elles sont les successeurs naturels à des projets déjà en cours, des rayons qui désactivent les systèmes électroniques des avions, des ordinateurs ou des missiles, par exemple.  « Lorsque vous êtes dans ces armes anti matérielles, c’est assez court pour arriver aux armes antipersonnelles », a dit Louis Slesin, rédacteur de la revue spécialisée Microwave News.  Parce que le corps humain est essentiellement un système électrochimique, des dispositifs qui perturbent les impulsions électriques du système nerveux peuvent affecter le comportement et les fonctions du corps.  Mais, ces programmes, en particulier ceux impliquant les recherches antipersonnelles, sont si bien gardés que les détails sont rares.  « Les gens de l’armée se taisent sur cette question », a dit Slesin, « plus que toute autre question.  Les gens ne veulent pas en parler. »

Les projets en cours

Pour savoir ce que le Pentagone a fait, US News a parlé à plus de 70 experts et a scruté les revues biomédicales et les contrats, les budgets et les propositions de recherches en ingénierie.  Les efforts visant à développer des armes exotiques sont surprenants.  Des dizaines de projets sont en cours, la plupart avec un financement de plusieurs centaines de milliers de dollars chacun.  Un laboratoire des Forces Aériennes des États-Unis prévoyait dépenser plus de 100 millions de dollars en 2003 à la recherche des « effets biologiques » de telles armes.

Les avantages des combats sans effusion de sang pour les soldats et pour les forces de l’ordre sont évidents.  Mais, la recherche de nouvelles armes, masquée car elle reste secrète, se heurte à des obstacles.  Un est le scepticisme aigu de nombreux experts dans les armes conventionnelles.  « C’est une intéressante, mais, elle ne terminera pas les effusions de sang et les guerres », a dit Harvey Sapolsky, directeur du Programme d’études en sécurité du MIT.  Charles Bernard, un ancien directeur en recherches d’armes de la Marine, a dit : « Je n’ai pas encore vu une de ces armes à rayons qui fonctionne réellement ».  Et, si elles fonctionnent, d’autres problèmes se posent : Certaines armes dites non létales pourraient finir par tuer plutôt que de simplement désactiver les victimes si elles sont utilisées sur la mauvaise fréquence.  D’autres peuvent être facilement bloquées par le blindage.

Les avertissements de Sterner proviennent des éthiciens.  Il y a quelques années, le monde a élaboré des conventions et des traités pour tenter de fixer des règles pour l’utilisation des balles et des bombes dans les guerres.  Mais, aucun des traités ne régit l’utilisation d’armes non conventionnelles.  Et, personne ne sait ce qui se passera pour les personnes qui y sont exposées à long terme.

En outre, les chercheurs médicaux craignent que leurs travaux sur des choses telles que l’utilisation des ondes électromagnétiques pour stimuler l’audition pour les personnes sourdes ou pour arrêter les convulsions chez les épileptiques puissent être utilisés pour développer des armes.  En fait, l’armée a systématiquement abordé les Instituts nationaux de la pour obtenir des informations de recherches.  « La DARPA [Defense Advanced Research Projects Agency] vient nous voir de temps en temps pour voir s’il y a des façons de neutraliser le système nerveux central à distance », a dit à US News le Dr F. Terry Hambrecht, chef du Programme de prothèse neurale au NIH.  « Mais rien n’en est jamais sorti », a-t-il dit.  « C’est trop science-fiction et trop exagéré ».  Pourtant, le Pentagone envisage de procéder à des essais humains avec des lasers et de l’acoustique dans le futur, a dit Charles Swett, un assistant pour les Opérations spéciales et les conflits de basse intensité.  Swett insiste que les essais seront limités et surveillés par l’éthique.  C’est peut-être assez proche.  La US Air Force prévoit se doter d’armes à micro-ondes d’ici l’an 2015 et d’autres armes non létales plus tôt.  « Lorsque cela se produira »,  met en garde Steven Metz, professeur des questions de sécurité nationale au US Army War College, « je pense qu’il y aura un tollé.  Nous avons besoin d’un débat ouvert à ce sujet maintenant ».

Éthique laser

Ce qui s’est passé avec les forces américaines en Somalie préfigure les dilemmes imminents en éthique.  Au début de 1995 quelques Marines américains ont été équipés de ce qu’on appelle des lasers éblouissants.  L’idée était d’infliger le moins de mal possible si les Somaliens devenaient hostiles.  Mais, le commandant des Marines a ensuite décidé que les lasers devaient être « réduits » pour éviter les risques de rendre leurs citoyens aveugles.  Avec leur intensité ainsi diminuée, ils ne pourraient être utilisés que pour désigner ou éclairer les cibles.

Le 1 mars 1995, des commandos de l’équipe 5 des SEAL de l’US Navy ont été placés à l’extrémité sud de l’aéroport de Mogadiscio.  À 7 heures du matin, un technicien du laboratoire Phillips de l’Armée de l’Air, développeur des lasers, en a utilisé un pour éclairer un homme somalien armé d’une grenade propulsée par fusée.  Un tireur d’élite des SEAL a tué le Somalien.  Il n’était pas question que le Somalien avait visé les SEAL.  Mais, la décision de ne pas utiliser le laser pour éblouir ou aveugler temporairement l’homme a contrarié certains membres de l’équipe non-létale.  « Nous n’avions pas le droit de désactiver ces gens parce que c’était considéré comme inhumain », a dit un soldat.  « Mettre une balle dans la tête est-il en quelque sorte plus humain ? »

Malgré ces arguments, la internationale et ont depuis mené une lutte contre les lasers antipersonnels.  À l’automne 1995, les États-Unis ont signé un traité interdisant le développement des lasers conçus « pour entraîner la cécité permanente ».  Pourtant, les armes à laser ont été développées par les Russes et la prolifération est une grande préoccupation.  En outre, le traité n’interdit pas les lasers éblouissants, dont les effets sont temporaires.  Les laboratoires des militaires américains poursuivent les travaux dans ce domaine et des entreprises commerciales commercialisent ces lasers pour les policiers.

Douleur acoustique

Le prochain débat pourrait bien se concentrer sur les armes acoustiques ou sonores.  Les effets sonores bénins sont certainement familiers, allant du boom sonique d’un avion aux instruments à ultrasons qui « voient » un bébé dans l’utérus. L’armée est à la recherche de quelque chose de moins , une arme acoustique avec des fréquences contrôlées pouvant devenir létale.  En effet, Scientific Applications and Research Associates Inc (SARA), basé à Huntington Beach, a construit un dispositif qui fera résonner les organes internes : Les effets peuvent aller de l’inconfort, aux dommages ou jusqu’à la mort.  Si l’arme est utilisée pour protéger une zone, ses rayons feraient que l’intrus se sentirait de plus en plus mal à mesure qu’il se rapproche.  « Nous avons construit plusieurs prototypes », explique Parviz Parhami, le PDG de SARA.  Il a dit que ces clôtures acoustiques pourraient être déployées aujourd’hui.  Il estime que cinq à dix ans seront nécessaires pour développer des fusils acoustiques et d’autres armes plus exotiques, mais, il a ajouté : « J’ai entendu des gens plus optimistes parlant d’un à deux ans ».  L’armée envisage également des champs acoustiques utilisés pour contrôler les émeutes ou pour sécuriser les chemins pour les convois.

Des dispositifs acoustiques de SARA ont déjà été testés à la base du Corps de la Marine de Camp Pendleton, près du bureau-chef de l’entreprise de Huntington Beach.  Et, les armes ont été considérées pour la Somalie.  « Nous avons demandé l’acoustique », explique un expert en armes non létales qui était là.  Mais le Ministère de la Défense a dit « Non », car elles étaient encore non testées.  Le Pentagone craignait qu’elles puissent causer un préjudice permanent pour les femmes enceintes, les personnes âgées, ou les malades.  Parhami voit l’acoustique comme « un outil de plus » pour les militaires et les policiers.  « Comme tout outil, je suppose qu’on peut en abuser », dit-il.  « Mais, comme tout outil, l’arme peut être utilisée d’une manière humaine et éthique ».

Vers la fin de la Seconde Guerre Mondiale, les Allemands auraient fait un type différent de dispositif acoustique.  Il ressemblait à un grand canon et envoyait une onde de choc comme un boom sonore qui, en théorie, aurait pu abattre un bombardier B-17.  Au milieu des années 1940, la marine américaine a créé un programme appelé Projet Squid pour étudier la allemande des vortex.  Les résultats ne sont pas connus.  Mais, Guy Obolensky, un inventeur américain, a dit avoir répliqué l’appareil dans son laboratoire en 1949.  Il a dit que contre des objets durs l’effet était incroyable : Il pouvait briser un panneau comme une brindille.  Contre des cibles vulnérables comme les personnes, il y avait un effet différent.  « Je me sentais comme si j’avais été frappé par une couverture épaisse en caoutchouc », a dit Obolensky, qui s’est retrouvé sur son chemin.  L’idée semblait piétiner depuis des années jusqu’à récemment, lorsque l’armée a été intriguée par ses possibilités non létales.  L’armée et la marine ont maintenant des projets de vortex en cours.  Le laboratoire de SARA a testé son prototype d’appareil à Camp Pendleton, selon une source.

Chaleur électromagnétique

Les Soviétiques étaient connus pour avoir des lasers aveuglants puissants.  On craignait également qu’ils aient développé des armes acoustiques et d’ondes radio. Le numéro de 1987 de Puissance Militaire Soviétique, une publication du Pentagone durant la guerre froide, avertissait que les Soviétiques pourraient être à proximité d’avoir « un prototype d’une arme tactique à radiofréquence à courte portée ».  Le Washington Post a rapporté cette année que les Soviétiques avaient utilisé ces armes pour tuer des chèvres à une distance d’un kilomètre.  Le Pentagone aurait poursuivi des dispositifs similaires depuis les années 1960.

Certaines des propositions typiques les plus exotiques sont celles de Clay Easterly.  En décembre dernier, Clay Easterly, qui travaille à la Division des recherches en sciences de la du Laboratoire national Oak Ridge, a informé le Corps des Marines sur le travail qu’il avait réalisé pour l’Institut national de la , qui fait de la recherche sur le contrôle de la criminalité.  Un des projets qu’il a proposé était un canon électromagnétique qui « provoquait des crises épileptiques ».  Un autre était un « pistolet thermique qui aurait pour effet opérationnel de faire chauffer le corps de 105 à 107 degrés Fahrenheit.  Ces effets amèneraient des malaises, de la fièvre, ou même la mort.

Mais, contrairement aux travaux sur les lasers aveuglants et les armes acoustiques, les progrès ont été lents. Le plus gros problème, c’est la puissance.  Les micro-ondes de forte puissance destinées à chauffer une personne debout à 200 mètres jusqu’à 105 degrés Fahrenheit peuvent tuer quelqu’un debout à 10 mètres.  D’autre part, les champs électromagnétiques faiblissent rapidement avec la distance à partir de la source.  Et, des faisceaux avec cette énergie sont difficiles à diriger vers leurs cibles.  Mission Research Corp d’Albuquerque, au Nouveau-, a utilisé un modèle informatique pour étudier la capacité des micro-ondes de stimuler le système nerveux périphérique du corps.  « Si les nerfs périphériques deviennent suffisamment en feu, alors, le corps se ferme à tout nouveau stimulus, en produisant le soi-disant effet paralysant », un état abstrait.  Mais, les conclusions sont que «  les distances où cela peut être fait sont à seulement quelques mètres ».

Néanmoins, les laboratoires gouvernementaux et les entrepreneurs privés poursuivent de nombreux programmes similaires.  Un rapport de 1996 du Conseil consultatif scientifique de l’Armée de l’Air sur les armes futures, par exemple, comprend une section classifiée sur « les armes à radiofréquences ».  D’autres documents militaires confirment que des programmes d’armes anti personnelles à radiofréquences sont en cours.  Et, le Laboratoire Armstrong de l’Armée de l’Air à la base aérienne de Brooks, au Texas, est fortement engagé dans cette recherche.  Selon les documents budgétaires, le laboratoire a l’intention de dépenser plus de 110 millions de dollars au cours des six prochaines années « pour exploiter les effets biologiques moins que létales des radiations électromagnétiques pour la sécurité des Forces Aériennes, le maintien de la paix et les opérations de combats ».

Sommeil à basse fréquence

De 1980 à 1983, un homme du nom d’Eldon Byrd a dirigé le projet des armes électromagnétiques non létales du Corps des Marines.  Il a effectué l’essentiel de ses recherches à l’Institut des Recherches en Radiobiologie des Forces Armées à Bethesda, dans le Maryland.  « Nous recherchions l’activité électrique dans le cerveau et comment l’influencer », dit-il.  Eldon Byrd, un spécialiste de l’ingénierie médicale et les effets biologiques, a financé des projets de recherches, y compris des documents sur les armes à vortex par Obolensky.  Il a mené des expériences sur les , et même sur lui-même, pour voir si les ondes cérébrales se déplaceraient en synchronisation avec des ondes les frappant de l’extérieur.  (Il a constaté que c’était le cas, mais, que l’effet était de courte durée.)

En utilisant des radiations électromagnétiques de très faibles fréquences, les vagues en dessous des fréquences radio sur le spectre électromagnétique, il a découvert qu’il pouvait induire le cerveau à libérer des substances chimiques régularisant le comportement.  « Nous pourrions mettre les dans un état de stupeur », a-t-il dit, « en les frappant avec ces fréquences.  Nous avons forcé les cerveaux des poulets, in vitro, à vider 80 pour cent des opiacés naturels dans leur cerveau », a dit Byrd.  Il a même dirigé un petit projet qui utilise des champs magnétiques pour amener certaines cellules du cerveau des rats à libérer de l’histamine.  Chez l’homme, ceci provoquerait des symptômes instantanés semblables à la grippe et des nausées.  « Ces champs étaient extrêmement faibles.  Ils étaient indétectables », a dit Byrd.  « Les effets étaient non létaux et réversibles.  Vous pouvez désactiver temporairement une personne », pensait Byrd.  « Ceci aurait été comme un pistolet paralysant ».

Byrd n’a jamais testé aucun de ses dispositifs (NdT : dans une situation concrète) et il a dit que son programme, prévu pour quatre ans, avait apparemment été fermé après deux ans. « Le travail était vraiment exceptionnel », grogne-t-il.  « Nous aurions eu une arme en un an ».  Byrd reçu l’assurance que son travail serait non classé, « à moins que cela fonctionne ».  Parce qu’il a fonctionné, il soupçonne que le programme « est devenu noir ».  D’autres scientifiques racontent des histoires similaires de recherche sur les radiations électromagnétiques devenant top secrètes une fois que des résultats positifs ont été atteints.  Il y a des indices que ce travail se poursuit.  En 1995, la réunion annuelle des généraux quatre étoiles de la US Air Force, appelée CORONA, a examiné plus de 1,000 projets potentiels.  Un s’appelait « faire dormir l’ennemi/empêcher l’ennemi de dormir.  Il demandait d’explorer « l’acoustique », « les micro-ondes », et « la manipulation des ondes cérébrales » pour modifier les habitudes de sommeil.  C’était l’un des trois projets approuvés pour une enquête initiale.

Le contact direct

L’armée continuant ses recherches sur les armes non létales, un dispositif qui fonctionne par contact a déjà frappé les rues.  Il est appelé « Pulse Wave Myotron ».  Une de vente le montre en action.  Un grand « criminel » ressemblant à un voyou s’approche d’une femme bien habillée.  Alors qu’il tente de l’étouffer, elle le touche avec un dispositif blanc de la taille d’un paquet de cigarettes.  Il tombe au sol en position fœtale, apparemment paralysé, mais, avec les yeux ouverts et il ne récupère pas avant plusieurs minutes.

« Le contact avec le Myotron », dit le narrateur, « fait ressentir comme si des millions de minuscules aiguilles étaient envoyées à travers le corps.  Ceci est le résultat du brouillage des signaux de la région du cortex moteur du cerveau, » dit-il.  « C’est horrible », dit William Gunby, PDG de la société qui a développé le Myotron.  « Ce n’est pas un jouet ».  Le Myotron paralyse les mouvements musculaires volontaires, mais, pas les mouvements involontaires, ainsi, les fonctions vitales de la victime sont maintenues.  Les ventes ciblent les femmes, mais, les policiers et les organismes d’application de la loi, y compris la police d’état de l’Arizona et les huissiers de la Cour Suprême de New York, ont acheté l’appareil, dit Gunby.  Un modèle spécialement conçu pour les agents de l’application de la loi, appelé la Veuve Noire, est actuellement testé par le , dit-il.  « J’espère qu’ils ne commanderont pas trop tôt », ajoute-il.  « Le gouvernement russe vient de commander 100,000 de ces appareils et j’ai besoin de reconstituer mon stock ».

L’armée américaine a également manifesté son intérêt pour le Myotron.  « Au moment de la guerre du Golfe, j’ai eu des appels des gens de l’armée », se souvient Gunby.  « Ils m’ont posé des questions sur la liaison des ondes pulsées du Myotron à un faisceau laser de façon que tout le monde dans le chemin du laser s’effondrerait ».  Bien que cela ne puisse pas être fait, dit Gunby, il a néanmoins été averti de se tenir tranquille.  « On m’a dit que ces appels étaient totalement confidentiels », dit-il, « et qu’ils nieraient tout si jamais je le mentionnais ».

Certains disent qu’un tel secret est nécessaire dans le développement de nouvelles armes.  Mais, d’autres pensent que c’est une erreur.  « Parce que les programmes sont secrets, le parrainage est faible et la technologie est non conventionnelle,  explique William Arkin de Project Arms, « et l’armée n’a pas fait les choses pour déterminer si l’argent était bien dépensé ou si les programmes étaient une bonne idée ».  Cela ne devrait pas être très long avant que les preuves n’arrivent.

LASERS !

Les faisceaux de lumière affectent l’esprit et le corps.  Les lasers émettent une lumière de haute intensité, ce qui peut obliger une personne à se détourner ou devenir aveugle.  Ceux qui se traduisent par un aveuglement permanent ont été interdits par un traité international.  Mais, les lasers éblouissants pourraient être utilisés dans des situations de prises d’otages, des émeutes dans les prisons et les opérations spéciales.  Des prototypes de lasers éblouissants peuvent forcer la pupille à se fermer, ou ils peuvent brûler la rétine ou la cornée sensible à la lumière en fonction de l’intensité du faisceau.  Des pistolets aux lasers ont été développés pour être montés sur des armes existantes, comme le fusil M-16.

ARMES ACOUSTIQUES !

Des armes pour le contrôle des foules et des clôtures invisibles.  Les fréquences acoustiques pourraient être utilisées pour protéger les installations sensibles, sauver des otages, protéger les routes des convois militaires, disperser les foules, ou cibler des individus.  Des prototypes existent.  Les fréquences acoustiques peuvent pénétrer dans les bâtiments.  Les « pistolets » acoustiques montés sur des véhicules.  Des « haut-parleurs » soniques.

Une rangée de dispositifs acoustiques, clôtures acoustiques, peut garder les gens éloignés.  Plus ils se rapprochent, plus ils ressentent les effets.  Les effets acoustiques sur les corps : Les fréquences soniques peuvent faire vibrer les poils minuscules de l’oreille interne, créant des sensations comme le mal des transports, des vertiges et des nausées.  Ils peuvent également faire résonner les organes internes, entraînant des douleurs, des spasmes, ou même la mort.

ARMES VORTEX !

Ces armes peuvent faire tomber les gens ou même les avions, le pistolet à vortex expulse une onde de choc en forme de beignet qui pourrait assommer les gens.  Le pistolet peut aussi être rempli de gaz ou de .  Un anneau de vortex de poivre de Cayenne, par exemple, étourdirait ses victimes par un coup physique et un irritant chimique.  Des prototypes existent.  Ils peuvent être tenus à la main ou montés sur un véhicule.  Une charge explosive crée un vortex dans un tube de choc.  L’anneau de vortex peut voyager à des centaines de milles à l’heure.  L’anneau de vortex doit tourner à Mach 1 ou plus pour créer une onde de choc.  Une onde de choc frappe le corps et peut également contenir des agents chimiques, comme le poivre de Cayenne.

La technologie du pistolet à vortex déclenche une onde en forme de beignet avec un centre très puissant.  Des tests en laboratoire montrent que les tourbillons peuvent briser des planches de bois à travers une pièce.  Quand les ondes frappent une personne, l’effet est comme être frappé par une couverture épaisse.

ARMES À MICRO-ONDES !

Une arme « ajustable » qui peut incommoder ou cuire l’ennemi.  Comme les armes antipersonnelles, les micro-ondes pourraient être utilisées comme des            « obstacles », provoquant des douleurs ou des brûlures à ceux qui entrent sur leur chemin.  Des « pistolets paralysants » à micro-ondes semblables à des phasers ont également été envisagés, mais, les principaux obstacles techniques doivent encore être surmontés avant la réussite de leur développement.  La recherche est classée.  Des prototypes existeraient et seraient prêts pour les tests, comme des barrières de canons à micro-ondes montés sur des véhicules !  Ils perturberaient les ondes cérébrales, affecteraient le rythme cardiaque, causeraient de la chaleur, des brûlures et des fièvres, des crises cardiaques ou des effets paralysants altérant les fonctions motrices.

Les effets des micro-ondes sur le corps ont un large éventail de conséquences biologiques.  Un effet de chauffage est produit par l’excitation des molécules d’eau.  Les expériences de l’armée avec des animaux dans des programmes non létaux montrent que l’exposition aux micro-ondes peut entraîner des troubles de la mémoire, un arrêt cardiaque, un effet « paralysant » et des mouvements du corps involontaires.

__________________________________________________________

Source(s) : World-Mysteries / Par Douglas Pasternak / Traduction : PLEINSFEUX.ORG

D'autres articles Meta TV

Laissez un commentaire