Abderrahmane Chalgham demande pardon aux Libyens et regrette Kadhafi


Les rats ont détruit mon pays et c’est Al-Qaïda qui y fait la loi. L’ancien ministre des Affaires étrangères et représentant de la Jamahiriya Arabe Libyenne aux Nations Unies vient d’adresser cette lettre aux Libyens et c’est Libya News qui l’a publié le 30 octobre dernier. Compte tenu de son importance, -Secret l’a traduit pour ses lecteurs francophones.

 
Lorsque Kdhafi a qualifié les opposants libyens aux États-Unis et en Grande Bretagne de chiens et les mouvements qui utilisent la religion d’hypocrites et de mercenaires, nous nous sommes moqués de lui. Et lorsqu’il a dit que ces gens là n’ont aucun principe, aucune moralités et qu’ils sont prêts à employer tous les moyens et à vendre leur patrie, nous ne l’avons pas cru. Et lorsque Moussa Koussa, ensuite Abou Zid, à la tête des renseignements, nous rapportaient des informations, je ne les croyais pas…jusqu’au jour où j’ai vécu parmi eux, au moment de la qui a provoqué la chute de Kadhafi et dont j’ai été l’un des outils. 

Aujourd’hui, après le « désoulement » et la découverte de la vérité, il est de mon devoir devant Dieu et devant la patrie de dire que je ne suis pas de ces gens là et de ces criminels. Je reconnais devant les Libyens que je me suis trompé, sans doute par opportunisme ou par peur. J’ai dû faire face à une situation très difficile et subir des pressions terribles d’une monstrueuse puissance, et j’ai cru qu’en m’y soumettant, je pouvais sauver la patrie. 

Ma relation avec Kadhafi remonte à 40 ans. Il m‘a traité avec beaucoup d’estime et m’a octroyé des fonctions dont je ne pouvais pas rêver. C’est seulement maintenant que je réalise la valeur de la patrie. C’est avec dignité et fierté que nous traitions avec le monde. A l’inverse de ce qu’on voit maintenant, après la disparition de Kadhafi. 

Certains peuvent penser que je suis saoul et que je raconte n’importe quoi. Oui, j’ai été soulé par l’état dans lequel se trouve mon pays, et ce que les rats ont fait de ce navire dont les voiles frôlaient le ciel et dont le peuple était si fier. Les rats ont humilié ce peuple et ont rabaissé sa dignité. Je m’excuse auprès des rongeurs car, même eux sont incapables de faire ce que ces rats ont fait en

Certains vont me dire que j’en faisais partie, que j’ai sollicité l’Occident croisé pour piétiner mon pays. Ils ajouteraient, « regarde les vrais hommes, regarde l’ambassadeur de aux Nations Unies, ce héros ! » Je leur répondrai que la comparaison n’est pas saine, parce qu’en , il y avait du pétrole et il y avait aussi un Kadhafi qui a humilié l’Occident plus d’une fois et qui a protégé l’ de se soumettre à cet Occident. Il était donc impératif de le briser. 

Cet Occident n’a pas attendu Abderrahmane Chalgham pour qu’il le sollicite. D’autres m’ont devancé : Ben Halim et ses fils, qui ont appelé le 19 avril 2011 les ambassadeurs d’Angleterre et d’Amérique et les ont mis en relation avec Mustapha Abdeljelil. De même que M.Zidane, Mansour Seif el Nasr, qui ont appelé Bernard Henri Lévy à Benghazi. M’avaient devancé aussi Mégaraïef et sa famille, Sahd et son gendre Faïz Jebril. Que suis-je par rapport à ces gens là ? 

Et puis la décision d’envahir la a été prise bien avant le 17 février. Je reviendrai sur toute cette histoire dans mon livre dont je viens d’achever la rédaction et que j’ai confié à mon épouse et à mes enfants afin que les Libyens sachent la vérité. 

Je demande pardon à tous mes collègues qui souffrent dans les prisons d’Al-Qaïda à Tripoli, de Zaoui à Abderrahmane, d’Abdallah Senoussi à Abou Zeïd, Bejad, Abdel-Ati, Wijed-Allah…et bien d’autres. Je demande pardon aux martyrs Aboubakr Younès et Ezzeddine Henchiri. Les Libyens peuvent comparer aujourd’hui entre ceux-là et l’État des ras, avec Abdelhakim Belhadj, Salabi, Sakozli, Abdelmajid Seif el-Nasr, Koroghli, Choukasi, Tatanaki, El-Kib le voleur, et l’expert en informatique, Abdallah Nakir. 

Quant à ce qui se passe à Misrata et à Darna, mieux vaut ne pas en parler….La honte, c’est de ne pas reconnaître la vérité et de ne pas avouer pourquoi les habitants de ces régions haïssent Kadhafi. Parce qu’il nous a obligé d’être arabes. Arabes nous avons vécu, Arabes nous mourrons. 

Je ne flatte pas Kadhafi, son époque et ses hommes, dont je fais partie. Nous avions nos qualités et nos défauts. Mais la Libye et tout le monde regrette aujourd’hui Kadhafi, compte tenu de ce que les rats ont infligé à la patrie à laquelle j’ai honte d’appartenir… 

Vous avez tous remarqué l’ récente de Mustapha Abdeljelil dans le journal l-Chark Al-Awsat…Il a proposé une réconciliation nationale…mais il n’a pas dit que les choses nous échappent. Il a confirmé le rôle que le a joué avec son émir, qui est un pion de l’Occident… 

Je salue à la fin mon frère Abdeljelil pour sa disposition à réaliser la réconciliation entre les Libyens. Tant qu’il sera transparent, les hommes de Kadhafi accepteront cette réconciliation, parce qu’ils agissent comme un seul homme pour sauvegarder la patrie. Mais il ne trouvera pas d’autres partenaires tant que ces rats seront au pouvoir. 

Je reconnais ces aveux avec la franchise et la clarté qu’il (Mustapha) sait, et que Dieu me pardonne tout mes péchés. 

Abderrahmane Chalgham, le 29 octobre 2013, publié dans Libya News le 30 octobre 2013   
 

 
_________________________________________________________
Source(s): Tunisie-Secret, le 18.11.2013 / Relayé par Meta TV )

D'autres articles Meta TV

Laissez un commentaire