Vous avez dit « esprit critique » ? – Message à La Tronche en Biais

  14 Janvier 2017
  4848 vues
  11 commentaires
Vous avez dit « esprit critique » ? – Message à La Tronche en Biais

« Zététique », « biais de confirmation », « rasoir d'Ockham »... Ces mots vous disent quelque chose ? En quelques mois, ils sont devenus les expressions fétiches d'une nouvelle communauté Youtube, celle de La Tronche en Biais. Dans leurs vidéos explicatives et leurs émissions live, les trois animateurs de cette chaîne abordent de nombreux sujets, souvent scientifiques mais aussi sociétaux ou philosophiques, sous l'angle de l'esprit critique et de l'examen rationnel.

Mais suffit-il de se réclamer de la pensée critique pour l'appliquer rigoureusement et de manière impartiale ? Suffit-il de dénoncer les biais de confirmation à l'œuvre dans les discours de ceux qu'on critique pour en être soi-même à l'abri ? Dans cette vidéo, nous allons tenter de montrer que les animateurs de La Tronche en Biais sont eux-mêmes très souvent victimes des biais cognitifs qu'ils prétendent mettre en lumière.

Sources :

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire

  15 Jan 2017 11h44

brillantissime, c’est là qu’on se rend compte que la pensée construite est rare sur le net

  17 Jan 2017 15h52

Il y aurait certainement beaucoup à dire sur La Tronche en Biais, j’en conviens volontiers, mais nous faire croire que l’on ne peut parler objectivement de croyance qu’en étant soi-même croyant est une sophisterie. A ce compte-là, il est donc impossible de contredire un adversaire. Je crois que c’est exactement ce que les suprématistes de tout bord désirent: il faut être féministe pour voir juste sur le féminisme, homosexuel pour voir juste le l’homosexualité, ainsi de suite… On retombe dans le travers qui consiste à traiter d’anti-quelque chose tout opposant. Toutes ces bonnes personnes veulent bien débattre… mais entre elles. Les mentalités religieuses avec leur pleurniche permanente n’en sont pas en reste.
Cette tournure d’esprit conduit aussi à la dangereuse erreur de confondre le malade et le médecin. Le patient qui ressent la maladie dans sa chair, pour autant la connait-il mieux que le praticien expérimenté qui a appris à la diagnostiquer? Et le cancéreux, qu’est-il censé savoir de la prolifération cellulaire?
Chez moi, la première condition de l’objectivité est à l’inverse le recul que l’on doit prendre par rapport à un sujet, qui plus est quand il nous touche personnellement, et par rapport à ses propres représentations. Il faut argumenter contre soi et ne pas donner immédiatement son assentiment au premier stimulus. Sinon, comment se défendre contre la névrose? Exercice dans lequel, vous en conviendrez, les croyants, du moins les plus bavards, excellent peu.
Ce serait les athées qui aurait une lecture « biaisée », « partielle » et « subjective » de la religion! On en revient toujours à cette mise en accusation de l’athéisme. C’est l’obsession et l’unique fin de certains sur le net, quel que soit le sujet qui est utilisé pour l’introduire.

  ncb
  21 Jan 2017 08h32

Je crois me rappeler qu’un des membres de la tronche en biais (ou affilié) avait été invité sur Meta Tv, non ?
En tout cas ce brave homme avait l’air très convaincu de sa parfaite objectivité et sa supériorité intellectuelle, mais malheureusement pour lui ses raisonnements à base de raccourcis bancals un poil méprisants n’étaient eux pas très convaincants.
S’empresser de brandir une étiquette « scientifique » pour présenter son point de vue comme inattaquable, ça tient plus de la (mauvaise)foi aveugle que de la vraie démarche scientifique.

      Blu5t
      30 Jan 2017 12h00

    « nous faire croire que l’on ne peut parler objectivement de croyance qu’en étant soi-même croyant est une sophisterie »

    Ce n’est pas du tout le problème. C’est possible, mais les concernant ce n’est pas le cas : ils mentent et fausses des définitions, caricatures, juges, et font preuve d’une mauvaise foi totale à ce sujet. En gros, ils sont ultra-dogmatique, au point d’ajuster la réalité et les mots pour avoir raison, si tu n’aime pas « croyant »

    (Néanmoins ils sont croyant de leur propre dogme, ça c’est certains, et bien plus que beaucoup de religieux.)

    A vrai dire ils pourraient se dire autre chose qu’Athée ça ne changerait pas du tout le problème.

        30 Jan 2017 19h17

      Salut Blu5t;

      As-tu attentivement visionné la vidéo? C’est l’auteur de celle-ci qui prétend à l’incapacité des non-croyants de parler de croyance et qui les interdit de débat. C’est ce qui est dit clairement à partir de 5:49. Je critiquais la nullité d’un tel argument qui n’est rien d’autre qu’une façon de se débarrasser de la contradiction. Je ne l’attribuais pas à La Tronche en Biais.
      Que ces derniers, comme tu sembles le dire, aient plein de défaut et fassent eux aussi preuve d’esprit religieux sur tout un tas de sujet, je le crois volontiers.

  Blu5t
  01 Fév 2017 04h36

Theme Alpha : il y a une nuance entre la Foi et la religion.

On peut débattre de la religion, de son interprétation, etc, c’est la métaphysique ou la théologie.
La foie en revanche non, c’est quelque chose de beaucoup trop abstrait et personnel, proche d’un sentiment qu’il faut en effet connaitre pour pouvoir comprendre.

      01 Fév 2017 12h16

    Charles Robin lui-même discrimine les diverses fois en condamnant le rapprochement que fait La Tronche en Biais entre la croyance en dieu et celle en les licornes. Cela ne m’a pas échappé. Il dit que l’on ne peut pas juger de la foi sans la vivre, et en même temps, il prétend que certaines, on devine lesquelles, ont plus de valeur que toutes les autres. C’est ce qui est dit et c’est une contradiction de son discours. Il professe lui-même la tournure d’esprit qu’il critique. On voit qu’il ne s’agit encore que de défendre certaines religions, et rien d’autre. Ce qui est son droit, mais encore faut-il faire preuve de cohérence et de transparence dans ses intentions. La Tronche en Biais parle de foi en général, lui oriente peu à peu sa défense vers une foi en particulier. Il parle tantôt de la foi en tant que telle, le contenant si j’ose dire, un état que l’on ne peut pas, d’après toi, comprendre sans connaître –ce qui est très pratique face à un contradicteur– pour ensuite émettre un jugement sur un contenu en particulier. Tout cela manque de cohérence.
    D’autre part, il ne nous explique pas en quoi la foi serait elle respectable d’office. On peut très bien croire en des âneries. On peut même mourir pour des âneries. L’examen fait partie de la vie, quelle que soit la question. Nous n’avons aucune raison valable d’en faire l’économie, du moins si nous voulons vivre. Je préfère sur ce point le constat de Nietzsche, pour lequel les grands esprits sont nécessairement des sceptiques:

    «L’homme de foi, le « croyant » de toutes espèces, est nécessairement un homme dépendant, –quelqu’un qui ne se considère pas comme un but, qui ne peut déterminer des buts. Le « croyant » ne s’appartient pas, il ne peut être que moyen, il doit être consommé, il a besoin de quelqu’un qui le consomme […] L’indépendance de toutes espèces de convictions fait partie de la force, il faut savoir regarder librement […] Mais la grande attitude de ces esprits malades, de ces épileptiques des idées, agit sur les masses, –les fanatiques sont pittoresques, l’humanité préfère voir des attitudes que d’entendre des raisons…»

        Blu5t
        01 Fév 2017 14h16

      Je répète, la foi est proche d’un sentiment.

      D’une part, on ne peux pas prétendre être légitime pour parler d’un sentiment que l’on ne connait pas, comme de toute chose que l’on ne connait pas. En revanche quelqu’un qui le connait ou l’a connue peut en effet en parler, savoir de quoi il en retourne, c’est évident.

      D’autre part, soit tu respecte une personne, et donc ses sentiments, incluant la foi, soit tu ne la respecte pas. En ça c’est automatiquement respectable si tu fais preuve de respect, oui.

      Ensuite, non, désolé, la TEB ne parle pas de la foi en général. Elle s’attaque explicitement aux religions.

      Et sachez que même si l’on utilise le mot « croyant », ce n’est pas tout à fait exact et ne défini pas la Foi religieuse vue par les religieux. La Foi est bien plus proche d’une certitude, c’est d’ailleurs pour ça que des pseudo-zététiciens s’énervent quand on dit qu’ils sont croyant.

        Blu5t
        01 Fév 2017 14h23

      Je vais faire une analogie.

      Imaginons que tu es distrait, trébuche sur quelque chose, et te casse un bras. De là s’oppose alors version : l’un dit que la cause est ta distraction, l’autre dit que l’obstacle n’avait pas à être là.
      Ces deux point de vue sont alors le débat métaphysique, la théologie.
      La Foi, c’est la douleur que tu ressent, grâce à laquelle tu sais que ton bras est cassé.

        01 Fév 2017 18h59

      S’il te plaît, ne nous inventes pas des « brevets de légitimité pour parler » supplémentaires, nos maîtres nous en encombrent déjà suffisamment comme ça. Si nous pouvions au moins tomber d’accord là-dessus…
      Il est impossible comme tu le dis de s’arrêter au sentiment. Ce sont les animaux qui le peuvent. Les sentiments sont changeants et bien souvent trompeurs. Un jour on croit une chose, le lendemain on la croit fausse, et le surlendemain… Tu dis qu’il faut, comme pour un sentiment, l’avoir éprouvé pour « savoir de quoi il en retourne ». Moi je te dis que cela ne sera jamais suffisant, et que très souvent, un sentiment ou la foi peut même masquer la réalité. Vraiment, n’en as-tu jamais fait l’expérience? Alors que fait-on? Que faire de la douleur à mon bras cassé? C’est juste ça le sujet. Je ne dis rien d’autre. Les stoïciens et Marc-Aurèle ont répondu à la question de la souffrance, et sans présupposé théologique, eux. Et leur réponse ne consiste pas à la sacraliser, mais comme je l’ai déjà dit, à interroger ses « représentations » et à ne pas leur donner notre « assentiment » dans tout les cas. Aujourd’hui on parlerait de thérapie cognitive. Les névrosés, du moins ceux qui ont essayé de s’en sortir savent bien de quoi je parle.
      Je ne crois pas avoir manquer jusque-là de respect envers quelque foi. Je sais très bien que non seulement les susceptibilités religieuses sont à fleur de peau, mais qu’en plus elles se font fortes d’utiliser à tout-va le prétexte d’un soi-disant irrespect pour disqualifier d’emblai toutes critiques. Mais je ne vois pas pourquoi je devrais respecter l’erreur. Celui qui l’a commet, à la rigueur. Mais à condition qu’il n’essaie pas d’imposer ses errements aux autres. Je parlais plus haut de l’erreur de confondre le médecin et le malade, il faudrait faire aussi attention à ne pas assimiler le malade et sa maladie.
      Tu dis que ce qui est dérangeant c’est que la TEB « s’attaque explicitement aux religions ». Où est le problème? On a pas le droit de s’en prendre aux religions? On n’a pas le droit de contester leur vision des choses? Mais depuis quand? Elles s’en prennent bien au monde entier, elles. J’avais cru comprendre en lisant ton précédent message que tu acceptais finalement que l’on débatte des religions. Où est le problème sur la question du respect? Parce que les religions ne s’attaquent pas entre elles peut-être? Quand les religions abrahamiques n’attaquent pas conjointement toutes les autres… A vrai dire, les gens d’une certaine foi ne respectent pas une autre foi que la leur. Vois les hécatombes au cours de l’histoire qui ont été commises au nom de certaines religions par leurs croyants, et l’extrémité à laquelle la foi de ces petits soldats les a mené, eux et leurs innombrables victimes par la même occasion. Et on aurait pas le droit de critiquer une telle chose?! Et bien si on ne l’a pas, je le prend.

      Fraternellement.

  Blu5t
  01 Fév 2017 19h17

J »ai dis proche d’un sentiment, pas que s’en était tout à fait un…
Et je n’ai pas dis que l’éprouver était suffisant, mais nécessaire.
Avoir éprouver l’amour est nécessaire pour en parler, mais pas forcément suffisant pour en parler bien, non. (D’ailleurs beaucoup de religieux sont incapable de décrire la foi)

Sinon c’était pour te répondre que j’ai dis que SI, la TEB s’attaque explicitement aux religions et la foi religieuse, alors que tu disais « La Tronche en Biais parle de foi en général », donc non il n’est pas question de généralité ils sont précis (bien que tout-azimut), après j’ai peut-être mal compris…

Ensuite, pour reprendre l’analogie : la douleur ne se discute pas en elle-même. Les raisons de la blessures, si, tu peux même théorisé que cette douleur est purement psychologique car dans ce cas on ne peut pas faire de radio et vérifier. En revanche se moquer, rabaisser, caricaturer et minimiser, ça c’est clairement un manque de respect, et si en plus ça vient de quelqu’un ne s’étant jamais blesser, c’est totalement illégitime.

(Et je dis « tu » par commodité mais je ne te vise pas, je parle toujours de la TEB ou « en règle général »)

Autre point : « A vrai dire, les gens d’une certaine foi ne respectent pas une autre foi que la leur. »
Ce n’est pas tout à fait vrai et un autre problème, en fait. Celui de l’égrégore, du sentiment d’appartenance. Par exemple l’égrégore PSG… Il incite à la rivalité contre l’OM si tu deviens supporter, mais tous ne deviennent pas ultra. Le problème est exactement le même, celui de l’appartenance au groupe qui lui-même est en rivalité pour diverses raisons.