Trump ou Clinton : Quelle Importance ?

  29 Septembre 2016
  6342 vues
  14 commentaires
Trump ou Clinton : Quelle Importance ?

Des élections présidentielles américaines aux allures de cirque

Edito de Pepe Escobar pour Sputnik intitulé « Les Déplorables »
Traduction Meta TV International

L’opinion publique globale déconcertée retient son souffle face à ce que le meilleur (cirque) de la « démocratie » américaine est capable de nous sortir.

Le premier combat en cage aura lieu ce lundi entre une Reine de la Guerre soutenue par une puissante machine à fric (Clinton) et un milliardaire über-narcissique adulé par un « panier de déplorables. » [en référence à l’appellation donnée aux supporters de Trump par Hilary Clinton, ndt].

Un cirque très approprié pour une autoproclamée « nation indispensable » où le « mal » a été – réellement – propulsé au statut de catégorie philosophique.

Pour le panier de déplorables, et même au delà de ce cercle, la tentation de voter pour Donald Trump dans l’idée de faire un doigt d’honneur à l’establishment est immense.

Ultra-futé pour jouer avec les media mainstream et obtenir une précieuse publicité gratuite, pour sa façon de transformer l’outrance en une forme d’art et par son imperméabilité à toute ironie et dérision, Trump a été maître dans la constance et dans ces déferlements de colère lancés à la nouvelle élite libérale – qui inclut une nomenklatura de crypto-intellectuels tous sortant de grandes écoles et d’autres « experts » qui n’accordent aucune importance à la compréhension des conséquences (réelles) des politiques du Gouvernement U.S. Cette colère qui se manifeste par les cols bleus déclassés, les chômeurs, les analphabètes fonctionnelles, les « white trash. » Peu importe comment vous les appelez, ce sont les exclus du Banquet néolibéral, pas seulement économiquement mais culturellement. Toutefois, considérant Trump, maître de l’auto-plébiscite, cette bataille relève plus d’un Ego contre l’Establishment. Et il est encore plus croustillant d’avoir le point de vue d’intérêts puissants mais discrets basés à New-York – soutiens du parti de Trump – sur qui l’emporte réellement :

 « La campagne de Trump ne coûte quasiment rien et pourtant elle se tient très bien. Ils utiliseront peut-être leurs fonds dans les derniers mois après les débats, si Hillary est suffisamment rétablie pour ces débats face à ce qui a l’air d’être des symptômes de Parkinson. Il a une chance n’empêche, peu importe qui l’emporte, je prédis qu’il y aura un apaisement avec la Russie ; les prix du pétrole vont augmenter ; les marchés de composants militaires d’Asie seront rapatriés et la manipulation des cours des devises prendra fin ; des mesures de protection seront prises pour contenir le flot d’immigrants [...]. Les maîtres n’y perdront pas. »  

Les « maîtres » sont bien sûr les Maîtres de l’Univers qui dirigent réellement le Gouvernement U.S.

Et voilà l’argument massue sur les modalités de ce contrôle :

 « Les deux camps sont contrôlés et c’est ce qui explique tout. Lénine disait que la meilleure façon de vaincre nos adversaires était de prendre le contrôle sur le leadership de l’adversaire. Prenez exemple sur la majorité morale que Jerry Falwell a dissoute lorsqu’elle était devenue trop puissante. Ou observez comment Ross Perot s’est éclipsé au moment où il faisait une vraie percée. Les deux ont été écartés et Ross en a profité financièrement. »

 « Dans leur jargon interne on parle de ‘silence dynamique’. C’est une technique utilisée par les maîtres pour bloquer totalement la couverture médiatique disons d’un Nazi par exemple pour l’empêcher d’obtenir tout soutien. Ils auraient pu faire ça avec Trump s’il n’était pas des leurs. Qui s’en serait plaint ? Après tout ce n’était qu’un opérateur immobilier apolitique qui n’intéressait personne. »

   « Donc qu’est-ce que l’on a au bout du compte ? Un combat de gladiateurs divertissant dont les deux bords sont sous contrôle et où le gagnant remporte toute la mise – comme pour la Clinton Foundation. Et le public n’est pas plus avisé que ça. »

Le Circus Maximus 24h/24

Plusieurs nuances subtiles sont à noter dans ce scénario. Les intérêts Rothschild ne soutiennent pas Trump – selon ces personnalités d’influence, parce que Trump n’a pas été consacré par ce club et il n’est donc que peu fiable. Ils nous rappellent, par exemple, comment « Greenspan était si incompétent que les tenants de Wall Street avaient dû lui donner des clients pour qu’ils puissent faire de l’argent avant de le placer à la tête de la Réserve Fédérale. Puis il était tellement perdu qu’ils devaient diriger tous ses mouvements puisqu’il ne comprenait rien à ce qu’ils faisaient. »  Le ‘Ils’ désignant bien sûr les intérêts Rothschild. Sur le front de la Guerre Froide 2.0, les choses sont encore plus troubles. Depuis 2010, moment où Obama s’est vu ordonné de maintenir la stratégie nucléaire U.S. dite de la première frappe, la Russie et la Chine savent bien où tout cela mène. Il n’est pas étonnant de voir que Trump est incessamment attaqué au motif qu’il serait le cheval de Troie de Poutine – car il est opposé à la Guerre Froide 2.0 et à la diabolisation de la Russie. 

Mais s’il y a d’un côté l’impétueux Ash Carter du Pentagone, bientôt sans emploi, il y a d’autre part ce que les Maîtres de l’Univers veulent vraiment, toujours d’après ces sources partisanes de Trump :

« Hillary devra suivre les orientations de Trump si elle devait gagner, car la défense américaine lui expliquera qu’elle n’a aucune autre option compte tenu de la supériorité des sous-marins russes ainsi que celle des missiles de défense et d’attaque. Les mesures de Trump sont habiles.. »

Il y aurait même un coup de com’ qui pourrait littéralement dévaster la campagne d’Hillary déjà bancale :

 « Les menaces irresponsables d’Hillary contre la Russie, qui représentent un risque de guerre nucléaire, pourrait amener Donald Trump à ranimer les spots publicitaires de Lyndon Johnson contre Goldwater, où l’on voyait une petit fille cueillant des fleurs dans une prairie avant l’explosion d’une bombe nucléaire. C’était une campagne publicitaire de génie qui a détruit Goldwater. La stratégie de la première frappe nucléaire et ces provocations inconscientes représentent une combinaison excellente pour recréer une pub façon Johnson.  Cette fois-ci Trump peut l’utiliser contre les démocrates qui ont provoqué presque toutes les guerres de ces 125 dernières années. »

La pub « faucheuse de pâquerette » est à voir ici.

Une force pour une Farce ?

Même en considérant que pratiquement tout l’establishment U.S. – des périphéries de la Nomenklatura jusqu’à Wall Street – sont ralliés contre lui, la question reste toujours de savoir si Trump est une vraie menace à leurs intérêts.

Parce que Trump pourrait aussi être leur cheval de Troie idéal. On peut en voir des preuves par exemple dans la nomination des parfaits insiders Larry Kudlow et Steven Moore en tant que conseillers économiques. Voilà ce que serait le scénario de Trump en tant que Force pour une Farce. Et le « silence dynamique » semble être de mise. Voici comment fonctionne le silence dynamique :

    « Si vous vous opposez à ceux qui se trouvent au dessus du Président, les media d'informations vous censurent et le grand public ne s'en rend pas compte, donc comment pourraient-ils s'y intéresser ? Donald est un insider et il représente le complexe militaro-industriel ce qui inclut la CIA, la DIA, etc. Ils le nieront évidemment, pour qu'ils puissent garder ce pouvoir de réfutation tant qu'il dit qu'il est contre l'establishment, alors qu'en fait c'est un insider. »

        « C'est leur première ligne de défense. Si vous vous montrez plus malin qu'eux, alors ils vous collent une image de fou à lier. C'est leur deuxième ligne de défense. »

  « Et si vous persistez à les mettre dans une position inconfortable, là vous finissez comme William Colby, Vince Forster ou Jack Kennedy. Richard Nixon fût évincé et il partit dans le calme ; pour le citer [Tricky Dick], 'je ne finirai pas comme Jack'  alors qu'il quittait la Maison Blanche par la porte de derrière. »

 « Le tout ici est que Donald bénéficie de plus de publicité qu'Hillary, et en le critiquant comme étant le troll de service américain, sa popularité dans les sondages a connu une montée considérable. Le public adore ça donc les Maîtres de l'Univers le confortent. Les industries militaires doivent être rapatriées puisque nous n'avons plus le contrôle des mers et cela va nécessiter des ajustements monétaires ou tarifaires. D’où les appels de Trump à l’arrêt de la manipulation des devises qui a servi pour une large part à élever l’Allemagne et le Japon aux dépens de nos industries. Ce qui fût totalement absurde mais il en a été ainsi. On arrive au terme de tout cela avec Donald et avec la situation d’urgence du manque de contrôle dans l’Océan Pacifique sur les transports de composants par voie maritime pour notre production militaire. Le Japon et l’Allemagne seront abandonnés. »

        « Brzezinski disait que si n’importe quel adversaire distançait la puissance militaire américaine, les USA cesseraient d’être une puissance globale. C’est le cas, et l’armée le sait. Et Trump le sait, ou il n’en aurait pas dit autant. Ils ont besoin d’un programme accéléré pour rattraper le retard. Cela coûte énormément d’argent. Il va y avoir un besoin de réduction des troupes et des bases et un besoin d’augmenter les dépenses en technologie de façon massive. C’est ce qu’ont fait les russes. Ils obtiennent ça par des coupes massives des aides sociales aux immigrés clandestins. Ce à quoi Donald s’est engagé. »  

Si cette analyse est correcte, elle s’inscrit dans la poussée de Trump versl’organisation d’un rapprochement immédiat avec la Russie s’il est élu, pour que le complexe militaro-industriel puisse se raccorder et essayer de remédier au danger de la défaite d’une prochaine guerre qu’Hillary et son panier de neo-cons déplorables bien à elle sont si obstinés à produire.

A l’approche du premier combat en cage, il reste encore à déterminer si la Reine de la Guerre pourrait perdre ces élections puisque les jeunes la rejettent complètement,  le « panier de déplorables » la déteste, voire les deux.

Mais une chose semble assez sûre dans toute cette saga des Déplorables – du moins selon ces sources liées aux Maîtres de l’Univers ; qui seront les vrais vainqueurs. Alors laissons-leur le dernier mot, pour l’instant ; « Il sera très difficile pour Hillary de remporter un débat avec Trump car il a une très bonne répartie et il ne fera pas de prisonniers. Laissez-moi dire ceci. Si Hillary devait gagner, et nous ne pensons pas qu’elle en sera capable, elle fera ce qu’on lui dit et appliquera les mêmes politiques que Trump suivrait. »

Crédits images ZeroHedge & TheAntiMedia

Sources :

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire

  29 Sep 2016 11h14

Article plus objectif que ceux que l’on peut généralement lire sur les sites de la « dissidence » où l’on essaye de faire passer Trump pour un révolutionnaire populiste et isolationniste intégral… Sa récente déclaration « de reconnaître Jérusalem comme la capitale indivisible de l’Etat d’Israël », chose que même Bush Junior avait évité! n’a été relayée par presque aucun site de la mouvance, la petite musique jouée jusqu’à présent étant sans doute trop belle… Bibi le remercia à l’occasion pour « son amitié et son soutien »… Moi aussi j’aimerais que cela ne soit que stratégique –étant en campagne, Trump a bien lui aussi le droit de faire des promesses… Il faut néanmoins garder à l’esprit que les propagandistes européens, dans leur majorité, ont généralement une plus grande propension à faire des Républicains les méchants, et des Démocrates les gentils. Seule la propagande en Europe le fait passer pour un taré, aux Etats-Unis son image n’est pas conçue par les médias de manière si tranchées.

  29 Sep 2016 20h07

« Edito de Pepe » Il y a déjà un parti pris évident venant de la part d’ une grenouille naziiii http://www.adl.org/combating-hate/hate-on-display/c/pepe-the-frog.html

  Sephy
  29 Sep 2016 22h14

Merci Alasso ! Tout ceci n’est qu’un théâtre politicien ! (qui n’a rien à voir avec la politique #padamalgam

      Alasso
      29 Sep 2016 23h31

    Bien dit ! Merci Sephy, Big up !

  30 Sep 2016 19h43

Qui est l’auteur des peintures en tête de l’article s’il vous plait ?
merci

      Alasso
      01 Oct 2016 12h35

    Salut @Don Silvio, le nom de l’artiste est Tony Pro > http://www.tonypro-fineart.com/

        02 Oct 2016 08h57

      merci pour ta réponse !!
      pour ce qui est de trump, c’est vrai que je tombe toujours un peu dans le panneau, c’est l’attente de quelqu’un de « différent »….
      Mais ce qui est « marrant », c’est que trump ressembnle bougrement à ce qu’Attali nous prédisait comme candidat français en 2017 : un candidat nouveau, qui ne viendrait pas de la politique, etc….

  qsr
  01 Oct 2016 22h55

trumpette va gagner

mais les 2 sont sionistes et même plus pour Hillary cyborg

  Sun Tzu
  02 Oct 2016 01h41

Rien de nouveau sous le Soleil, Peter Dale Scott a très bien démontré que les véritables décideurs aux USA étaient le deep state, ensemble hétéroclite de braqueurs pas toujours d’accord entre eux, réunissant pêle-mêle la haute finance, le complexe militaro-industriel, les énergies, la haute technologie; des sionistes, des scientistes, des millénaristes, des occultistes, surtout de grands amoureux du pognon.

Les marionnettes n’ont aucune importance, la politique c’est du «show business pour les moches»; société du spectacle oblige, Trump continuera à jouer son rôle d’anti-héros pseudo-dissident, et l’autre folle qui veut atomiser la moitié du monde se posera en sauveuse… On peut même pas parler d’un «choix»….

      02 Oct 2016 08h08

    Peut-être, mais on sait bien comment l’état profond (ouhh ça n’existe pas :! complotisme que cela !) règle ses problème avec le chien de berger lorsqu’il se montre trop contrariant.

  Goku
  03 Oct 2016 17h44

Les principaux fournisseurs du secteur de la défense aux USA comme Boeing, Lockheed Martin et Northrop Grumman (Fournisseur d’arme) sont d’ardents partisans de la politique d’Hillary Clinton, de plus Goldman Sachs interdit à ses dirigeants de financer la campagne de Donald Trump, en gros une partie du monde de la finance soutiennent Hillary, donc c’est simple à comprendre, elle sera la future présidente des états unis, source : » https://francais.rt.com/economie/26051-goldman-sachs-interdit-ses-dirigeants-trump « , encore une fois les Lobby militaro-industrielle et le monde de la finance la soutiennent.