Olivier Delamarche – Economie et finance sans langue de bois

  27 Juin 2014
  16187 vues
  5 commentaires
Olivier Delamarche – Economie et finance sans langue de bois

Olivier Delamarche chef d'entreprise et chroniqueur chez BFM Business est invité sur la Libre Antenne.

Connu pour ses prises de positions inhabituelles sur les problématique financières et économiques dans les grands médias, il s'est forgé une réputation sur la toile.

Une entrevue où l'on aborde toutes les problématiques économiques sans langue de bois, un échange choc entre deux visions qui s'opposent.

Retrouvez la Libre Antenne du lundi au vendredi de 21h à minuit sur meta.tv

"Si vous lisez ce message c'est que vous êtes la résistance"

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire

  02 Juil 2014 16h23

Delamarche dénonce sans dénoncer. La troisième vidéo est révélatrice « il faut arrêter avec les complots ». A l’entendre face à Patrick, le système n’est pas si pourri que ça, en fait tout va bien mais ça ne va pas si bien parce que selon lui nous avons des gouvernants qui ne réfléchissent pas.

Je ne compte pas sur delamarche pour mettre en place un nouveau système bancaire post apocalyptique. En même temps, ce n’est pas étonnant, sans l’usure, sans la bourse, il serait à la rue.

      09 Juil 2014 16h13

    Il travail sur BFM…. Il est payé pour promouvoir le système de la dette et la nécessité de la rembourser (donner nos biens physiques) aux escrocs internationaux….

    Forcement, il ne va pas faire de la pub pour l’approche islandaise. 

    Il est là pour donner l’illusion de jouer franc jeu ; mais reste asservi au système dans ce qu’il a de plus fondamental :

    • 1 – Obliger les états à s’endetter par une loi et la corruption des politiques.
    • 2 – Provoquer une crise.
    • 3 – Demander le remboursement d’une dette a 65% virtuelle (intérêts) en sachant quelle ne peut pas être remboursée.
    • 4 – Exiger des actif réels pour se faire rembourser (pillage en règle).

    Et pour accélérer le processus on crée l’U.E. (fuite des capitaux et entreprises) et l’EURO (frein à l’exportation).

    C’est UNE GROSSE ARNAQUE  BANCAIRE.  

    Qui ne rapporte pas que des milliards en monnaies virtuels ; mais le monde sur un plateau d’argent.

    Et a ce prix là ; il n’y a pas de limite à la corruption des médias et politiques.

    (vous avez remarqué que les navigateurs comme safari/apple dénaturent systématiquement, avec la correction automatique, des mots comme ARNAQUES…) 

  26 Déc 2014 14h06

Je ne partage pas l’avis de Delamarche lorsqu’il dit que si on décide de ne pas rembourser les dettes d’Etat on cours tous à la faillite, que nos compte seront vide.
Une assurance vie rapporte 2 ou 3%, ces intérêts viennent des intérêt de la dette, mais si on décide ne pas rembourser la dette, il n’y aura juste plus d’intérêt. Le capital monétaire n’en sera pas impacter, au contraire même, car lorsque la dette est remboursé la monnaie est détruite par la BCE, seul les intérêts subsiste réellement.

  09 Avr 2015 18h14

Faire tournée la planche a billet de façon résonner sans intérêt pour financé des projets de développements énergétique ou alimentaire, … dans des sociétés nationaliser et une solution!!! Car on crée de l’argent sans intérêt et il est rembourser quand il y a retour sur investissement des projets public (électricité vendu, …). Donc il y a plus de dette et une fois la dette rembourser on a une entreprise public qui financer l’état donc a terme on baisser les impôts.

  zerobad
  06 Déc 2015 23h44

Merci pour cette Emissions éminemment qui m’a permis de mieux cerner la pensée du personnage notamment dans la 3eme partie. Il est l’évidence dans l’impossibilité de sortir de ses paradigmes pour imaginer d’autres possibles. Je me demande dans quelle mesure et à quel niveau il serait possible de remplacer « je vous prête » par « je vous donne » du coup plus de dette c’est un don. Au pire, si je devais choisir entre renouveler le parc de débiteur insolvable par une guerre et éliminer des créancier cupide par une révolte… j’ai déjà fait mon choix.