L’influence des francs-maçons dans la Révolution française avec Alain Benajam mardi 26 novembre 2013

  25 Novembre 2013
  1594 vues
  1 commentaire
L’influence des francs-maçons dans la Révolution française avec Alain Benajam mardi 26 novembre 2013
Quel a été le rôle de la franc maçonnerie dans la révolution française?

Nous aborderons ce sujet avec Alain Benajam Mardi 26 novembre 2013 sur la Libre Antenne de Meta TV.

Retrouvez nous tous les soirs EN DIRECT du lundi au vendredi de 21h à minuit sur meta.tv

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire

  26 Mar 2016 09h36

ne laissez jamais personne vous dire que la Révolution Française ( et tout ce qui suivra) n’est pas d’origine maçonnique, pour la simple raison que des « maçons » ont été, eux aussi , guillotinés en 1793. .

Le plus célèbre d’entre eux Louis Philippe Joseph d’Orléans, duc d’Orléans connu également sous le nom de Philippe Égalité fut le premier Grand Maître de la loge maçonnique du Grand Orient de France en 1773.

20 ans plus tard il sera guillotiné quelques mois après avoir rédigé un article dans le Journal de Paris du 22 février 1793, où il dénonce et expose en pleine lumière entre autre le fait que lui-même en temps que Grand Maître du GOF « ne connais pas la manière dont le Grand Orient est composé » raison pour laquelle il quittera la maçonnerie le 05 janvier 1793 : « J’ai, depuis, quitté ce fantôme pour la réalité ».

Ce n’est donc pas le Grand Maître du Grand Orient qui sera guillotiné le 06 novembre 1793 mais le Grand Maître redevenu Duc D’orléans après avoir claqué la porte de la maçonnerie et de ces réels pouvoirs occultes où la maçonnerie ne semble bien n’être qu’un outil parmi d’autres pour ceux qui tirent les ficelles des pantins de tous grades.

Il est également à noter que le duc d’Orléans transformera le Palais Royal, dont il hérita à la mort de son père Louis Philippe d’Orléans, en centre de commerce et de plaisir de la capitale : 180 boutiques attiraient une foule considérable. Dans le jardin, trois rangées de chaises étaient disposées à l’intention des promeneurs. On pouvait s’attabler aux terrasses des cafés et parmi eux, se trouvait ( et se trouve toujours) le Café Corraza avec une des meilleures vues sur les jardins. C’est au Corraza que sera choisi en vue de son initiation, par Philippe Égalité lui-même (alors toujours grand Maître du GODF), le jeune Napoléon Bonaparte.
Source : http://lesmoutonsenrages.fr/2013/02/14/les-colonnes-de-buren-un-calendrier-maya-en-plein-coeur-de-paris/