Les policiers en colère huent leur directeur et manifesteront le 26 octobre

  22 Octobre 2016
  941 vues
  0 commentaire
Les policiers en colère huent leur directeur et manifesteront le 26 octobre
Des centaines de policiers se sont rassemblés dans la nuit à Evry (Essonne), pour faire part de leur colère au directeur de la police nationale qui a menacé de sanctions ceux qui avaient manifesté lundi soir à l'improviste sur les Champs-Elysées à Paris. Et le mouvement p

Deuxième nuit debout pour les policiers en colère. Après avoir improvisé une manifestation surprise sur les Champs-Elysées à Paris lundi soir, quelque 400 d'entre eux se sont rassemblés dans la nuit de mardi à ce mercredi 19 octobre à Evry, dans l'Essonne, où le directeur général de la police nationale Jean-Marc Falcone recevait les chefs de brigade du département. Les agents ont attendu de pied ferme leur patron à la sortie de la réunion, huant le passage de sa voiture et appelant à sa démission.

A l'origine de ce nouvel accès d'exaspération, le fait que Jean-Marc Falcone a condamné mardi la manifestation nocturne à Paris, rappelant qu'elle est "contraire au devoir de réserve des policiers" et menaçant même de sanctions les manifestants. Le directeur de la police a ainsi annoncé que la "police des polices" (IGPN) enquêterait sur "les manquements individuels aux règles statutaires". Les manifestants"fragilisent la police nationale", a-t-il encore attaqué. 

Appel à une manifestation silencieuse

Dans la soirée, lors de sa rencontre avec des syndicalistes et des responsables policiers du département, Jean-Marc Falcone a cependant mis de l'eau dans son vin et "appelé à l'apaisement". "Je comprends l'émotion des fonctionnaires de police. Je suis venu leur dire le soutien de la hiérarchie" après l'agression de leurs collègues le 8 octobre à Viry-Châtillon (Essonne), a-t-il assuré, promettant de décider d'ici quinze jours "des suites à donner" à l'enquête de l'IGPN sur la manifestation "non autorisée". "Je leur ai dit que je comptais sur eux", a-t-il ajouté, pour expliquer à leurs collègues "que maintenant ce mouvement de contestation doit s'arrêter".

Mais l'appel de Falcone promet de rester lettre morte. Outre Evry, une soixantaine d'autres agents de police se sont à nouveau réunis devant l'hôpital Saint-Louis à Paris, où est soigné un agent grièvement blessé lors de l'attaque au cocktail molotov à Viry-Châtillon, qui a mis le feu aux poudres dans la profession. Une centaine de policiers se sont aussi rassemblés à bord de leurs véhicules de service sur le Vieux-Port à Marseille. Et ce mardi, un appel à une manifestation silencieuse le 26 octobre à Paris et en province a été lancé par les syndicats, qui réclament d'ici là une réunion "en urgence" avec les ministres de l'Intérieur et de la Justice, Bernard Cazeneuve et Jean-Jacques Urvoas.

 Bonus:

Directeur Police Nationale pris à partie par des policiers / Evry (91)

 
 

Sources :

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire