Affaire d’Aulnay-sous-Bois : les contradictions de Théo lors de son audition

  21 Mars 2017
  9302 vues
  3 commentaires
Affaire d’Aulnay-sous-Bois : les contradictions de Théo lors de son audition

La dernière audition du jeune homme, grièvement blessé d'un coup de matraque aux fesses à Aulnay lors d'une interpellation, met à mal la version du pantalon volontairement baissé par les policiers.

Les policiers ont-ils volontairement baissé le pantalon puis écarté le caleçon de Théo, ce jeune homme de 21 ans, grièvement blessé d'un coup de matraque télescopique, le 2 février dernier à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) ? Cette affaire dramatique a choqué la France, entraînant la mise en examen de 4 policiers dont un pour viol et provoquant plusieurs nuits d'émeutes dans les banlieues.

« La première audition, je n'étais pas en état »

Pour Théo, l'intention des policiers était claire. Ses premières déclarations publiques et à trois reprises sur procès-verbal ne laissaient pas de place au doute. Mais, selon sa dernière audition dont nous avons pris connaissance, des contradictions sont apparues avec les images de vidéosurveillance. Des approximations pointées d'ailleurs par la juge d'instruction chargée du dossier. Celles-ci ne remettent en cause ni la réalité de la blessure ni sa gravité, mais relativisent la qualification de viol et la thèse des vêtements baissés.

Le 3 mars dernier, dans le bureau de la juge, le jeune homme reprend le déroulé des faits. La magistrate lui relit ses premières déclarations datées du 2 février. Un fonctionnaire lui aurait «enfoncé le bâton dans les fesses après avoir écarté le caleçon sur le côté» pendant qu'un autre lui «tenait les jambes», un troisième le maintenant «légèrement incliné debout». Cependant, sur la base des vidéos et des constatations effectuées sur le caleçon percé de Théo, la juge remet en cause cette version d'un sous-vêtement écarté au préalable. Lui explique ne pas se souvenir d'avoir mentionné un tel fait. «Comme je vous l'ai dit, la première audition, je n'étais pas en état», se défend Théo, précisant que la commissaire avait insisté pour qu'il témoigne et qu'il n'avait pas relu le procès-verbal.

S'agissant du pantalon, son témoignage évolue aussi. La magistrate note qu'il porte ce jour-là un jogging très lâche, au point qu'il laisse largement voir le caleçon. «Sur la vidéo, fait- elle remarquer, on voit que vous marchez en approchant des lieux, vous remontez votre jogging, et que vous le portez très bas. Est-ce exact ?» «Si tu ne serres pas ton pantalon avec le cordon, logiquement il se descend tout seul. Et puis je prends mes pantalons en XL, ce n'est pas ma vraie taille», concède Théo. Et de poursuivre : «Quand l'un des policiers m'a attrapé, mon pantalon a glissé.» «Ils tiraient vers le bas quand même, mais je ne pense pas que c'était volontaire, précise-t-il. Ils essayaient de me maîtriser. Et comme mon pantalon n'était pas bien attaché, il tombait.» Une certitude aujourd'hui : les policiers n'ont pas écarté volontairement le caleçon de Théo, ni arraché son jogging, ainsi que nous l'écrivions dès le 9 février.

Il reste maintenant à savoir si le policier a enfoncé la matraque volontairement. Selon le rapport de l'IGPN, la police des polices, «la finalité et les conséquences de ce geste n'étaient pas intentionnelles car il visait la cuisse pour faire plier la jambe de l'intéressé». Théo reste persuadé du contraire.

 Le Parisien

Sources :

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire

  02 Avr 2017 09h31

stoppons les « joggings très lâche »… 8D

  piero
  10 Avr 2017 09h41

Mon cul ouais! (Ah non pardon, celui de Théo). Alors selon le parisien et l’IGPN, le policier n’a pas fait exprès! Non mais qui va croire ça?

  Tek
  10 Avr 2017 12h29

Ce qui est incompréhensible c’est que les vidéos de surveillances ne sont pas diffusées. Il y a donc anguille sous roche. Soit le flic n’as rien fait et le mec s’est fait violer par d’autres personnes car c’était un indic, soit le policier est un malade et il lui a belle et bien défoncer le rectum.