Un camp d’été «décolonial» interdit aux blancs

  25 Août 2016
  4485 vues
  1 commentaire
Un camp d’été «décolonial» interdit aux blancs

Des proches des Indigènes de la République ont lancé un camp de formation à l'antiracisme… réservé uniquement aux personnes souffrant du « racisme d'état ». Une revendication de non-mixité de plus en plus présente dans les milieux de gauche radicale.

Ce «camp d'été décolonial» se présente comme une «formation à l'antiracisme politique». Un stage de quatre jours, du 25 au 28 août, ouvert à 150 personnes, qui aura lieu près de Reims et qui s'inscrit «dans la tradition des luttes d'émancipations décoloniales anti-capitalistes et d'éducation populaire», expliquent sur leur site les organisatrices, qui revendiquent déjà «plus de la moitié des places réservées.»

Une forme d'antiracisme très spéciale, puisqu'elle exclut les personnes blanches. En effet, est-il précisé sur le site: «Le camp d'été est réservé uniquement aux personnes subissant à titre personnel le racisme d'État en contexte français, nous accepterons cependant quelques inscriptions de personnes subissant le racisme d'État mais vivants dans d'autres pays.» Une précision qui exclut de facto les personnes blanches, qui ne souffrent pas selon les organisateurs de «racisme structurel». Une exclusion qui n'est pas sans susciter l'indignation. «Où sont les critiques? Où sont les demandes d'interdiction?», se demande ainsi le journaliste Laurent de Boissieu, qui le premier a repéré l'évènement, sur son blog.

A l'origine de cette idée, deux militantes: Fania Noël et Sihame Assbague. Cette dernière, qui se présente comme une militante antiraciste, est proche du PIR (Parti des Indigènes de la République) mouvement qui dénonce le «philosémitisme» d'État, dont l'une des responsables, Houria Boutedjla est accusée de prôner une forme de racisme anti-Blancs. Porte-parole du Collectif «stop au contrôle au faciès», Sihame Assbague est également membre du Collectif Mafed, Marche des femmes pour la dignité. Quant à Fania Noël, elle se présente comme «afroféministe anticapitaliste anticolonialiste anti-impérialiste anti-mixité…», et fait partie du Collectif Mwasi, réservé aux «femmes cisgenres et transgenres noires/métisses africaines et afro-descendantes». Cette militante très radicale revendique ouvertement une forme de communautarisme. «Je pars du principe que si tu ne vis pas un truc, tu ne peux pas en parler», déclarait-elle à Libération. «Oh que oui, on est bien entre nous!», ajoutait-elle, un brin provocatrice. «Entre nous». C'est bien là le principe du camp d'été. Il est également précisé que les couples non-mixtes ne sont pas acceptés, puisqu'il faut subir de façon «personnelle» le racisme d'Etat. Contactées, les deux organisatrices n'ont pas accepté de répondre à nos questions.

Au programme du stage, on trouve, pêle-mêle: des ateliers d'écriture pour «décoloniser l'imagination», des formations pour «construire une lutte anticapitaliste décoloniale à l'échelle de l'UE», mais aussi «lutter contre la négrophobie des personnes racisé.e.s non noir.e.s», et «combattre les politiques anti-migrations».

La «non-mixité», un principe de plus en plus répandu dans les milieux «antiracistes» et féministes

Loin d'être une initiative isolée, ce camp est le dernier exemple d'un phénomène de plus en plus répandu dans les mouvements de la gauche radicale, à savoir la «non-mixité», une forme d'ostracisme assumé qui exclut une partie des individus du débat au nom de la lutte contre un «système» dominant.

Ainsi, à l'Université Paris 8 mi-avril, en marge des manifestations contre la loi travail, un groupe de réflexion «organisé en non mixité», proposait de donner la parole sur le sujet exclusivement à des personnes «non-blanches».

«Paroles non-blanches», un évènement organisé mi-avril à Paris 8 avait fait polémique.

Le principe de «non-mixité» provient directement des études féministes et postcoloniales des universités américaines. Elle doit permettre aux «opprimés» de s'«auto-émanciper» sans l'aide, jugée «paternaliste» des «oppresseurs». Elle se pratique aussi bien dans les milieux dit «antiracistes» que dans les mouvements féministes. Ainsi la commission «féminisme» de Nuit Debout revendique ouvertement la non-mixité. Sont exclus de certains débats les hommes cisgenres (hétérosexuels). Les militantes débattent dans un secteur délimité par des ficelles tendues que n'ont pas le droit de franchir les hommes.

«La non-mixité choisie, ce n'est pas pour se retrouver entre femmes mais entre personnes socialement dominées et opprimées, explique au Monde Matt, une des organisatrices de «Féminisme debout». «Il faut des espaces pour que les dominés puissent prendre conscience ensemble des pratiques d'oppression et s'exprimer, sans la présence des dominants.»

Dérives identitaires

D'où vient ce principe séparatiste, qui semble à première vue opposé à la tradition universaliste de la gauche? «Cette transformation des luttes remonte aux années 1970 aux États-Unis avec une radicalisation du mouvement des droits civiques, qui va se transformer en mouvements beaucoup plus violents, comme les Blacks Panters. Cette radicalité va déteindre sur tous les mouvements gauchistes qui vont revendiquer la lutte au nom d'un critère identitaire.», explique Laurent Bouvet, auteur de l'Insécurité culturelle.

«Cette dérive identitaire, qui consiste à penser que certains critères de notre identité sont surdéterminants est commune à l'extrême droite et à l'extrême-gauche, qui s'entretiennent dans une surenchère. C'est le signe d'une déstructuration complète de la politique», ajoute l'universitaire. Un point de vue que partage le président de la LICRA, Alain Jakubowicz, qui s'est fendu d'un billet sur son blogpour dénoncer «la non-mixité racisée» comme un «racisme qui ne dit pas son nom». «La logique folle et prétendument «anti-système» qui préside à l'organisation de ce type d'événement [L'organisation de «Paroles non-blanches à Paris 8] est exactement la même qui conduit les identitaires d'extrême droite à l'affirmation d'une France «blanche»: les extrêmes, chacun à leur manière, organisent le séparatisme et véhiculent la même logique d'apartheid. Sous couvert d'antiracisme, notre pays risque de voir émerger des «Ku Klux Klan inversés» où le seul critère qui vaille sera la couleur de peau.»

Une forme de surenchère mimétique qu'assument d'ailleurs les militants. «Vous savez, plus l'Etat et nos adversaires se radicalisent, plus on se radicalise.», confiait ainsi Sihama Assbague dans Libération. D'ailleurs, sur leur compte twitter, les organisateurs du camp d'été décolonial utilise le hashtag #TeamGrandRemplacement, en référence à la théorie des identitaires du «Grand remplacement», revendiquée et assumée.

Sources :

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire

  Sun Tzu
  28 Août 2016 20h42

« Une précision qui exclut de facto les personnes blanches, qui ne souffrent pas selon les organisateurs de «racisme structurel».  » ; « «femmes cisgenres et transgenres noires/métisses africaines et afro-descendantes» » ; « «Oh que oui, on est bien entre nous!» » …………………..

Le délire sous LSD pleurnichard et haineux ainsi que la bêtise crasse dans lesquels sont plongés les mecs d’extrême-gauche pourraient limite faire rire si la situation de la France (plutôt de l’Anti-France) n’était pas aussi grave, aujourd’hui nous voyons les fruits de ce germe, planté par les traîtres et mondialistes divers il y a quelques dizaines d’années….