sorosleaks. Des milliers de fichiers de la fondation Open Society (Soros) dévoilés

  29 Août 2016
  5477 vues
  0 commentaire
sorosleaks. Des milliers de fichiers de la fondation Open Society (Soros) dévoilés

16/08/2016 – 05H30 France (Breizh-info.com)  –  Des milliers de fichiers internes de la Fondation Open Society, appartenant au milliardaire Georges Soros, ont été rendus publics sur la toile après un piratage. Réunis sur le site Soros DC Leaks, ils contiennent énormément d’informations démontrant l’influence que cherche à avoir le milliardaire mondialiste (et pro immigration) partout dans le monde. Les fichiers portent sur la période 2008 à 2016.

Le site a divisé et classé tous ces documents en plusieurs catégories : région du monde, Banque mondiale, Bureau du président. Ils décrivent les stratégies et plans d’action de ces organisations lors des élections européennes, et les conseils communiqués quant à l’attitude à avoir face aux questions migratoires en Europe.

Selon les révélations de DC leaks, ces documents ont été piratés par un groupe d’activistes américains qui voudraient montrer au monde entier la réalité du «processus de prise de décisions» et de véritables «éléments de la vie politique américaine». Ce n’est pas la première révélation que fait DC leaks. En juin, le site avait déjà publié des emails de l’ancien général de l’OTAN, Philip Breedlove, dans lesquel ce dernier essayait de persuader le président Barack Obama d’entamer un conflit avec la Russie.

Le site a aussi publié des emails de la candidate à la présidentielle américaine, Hillary Clinton, montrant que George Soros lui avait donné des conseils quant à l’attitude à avoir face aux affrontements en Albanie en janvier 2014.

Concernant l’Europe et la France, un document retiendra particulièrement l’attention des lecteurs : il s’agit de la liste des projets soutenus en Europe par la fondation, en vue des élections européennes de 2014. L’objectif : « supporter les projets, les initiatives et les voix qui sont éloignées des centres de décision » mais aussi « combattre tous les discours de haine » et enfin « mobiliser les électeurs afin qu’ils prennent part à ce rare moment de démocratie transnationale».

La France, la Hongrie et l’Italie sont particulièrement visées par l’influence de la fondation Soros. En France, le Bondy Blog a ainsi touché 49 467 euros pour un projet présenté comme suit : « fondé en 2000 durant les émeutes de banlieue, le Bondy Blog et devenu le modèle et le symbole du journalisme citoyen en France. Avec les élections locales et européennes de 2014,  le but du projet est de percevoir la vie des habitants de la banlieue, de promouvoir des idées nouvelles et des nouvelles actions politiques, de soutenir la diversité et de combattre toutes les discriminations. Mais aussi de développer la collaboration entre jeunes médias et médias subventionnés, et de donner les moyens éducatifs et techniques aux jeunes de banlieue pour pouvoir s’exprimer, écrire, prendre la parole en public, mais aussi devant les caméras.».

Un an plus tard, le Bondy Blog devenait partenaire de Libération.

66 000 dollars pour la Ligue des Droits de l’Homme

Une enveloppe de 50 000 dollars a également été attribuée au CCIF (collectif contre l’islamophobie en France) pour le projet « combattre l’islamophobie politique ». Le projet est présenté comme suit : « Le projet a pour but de mobiliser les citoyens pour qu’ils aillent voter, avec des campagnes de porte à porte et l’organisation d’une journée nationale contre l’islamophobie. En plus, des campagnes sur les réseaux sociaux avec des clips vidéos et programmes radios seront menées (…) pour dénoncer les discours de haine islamophobe. Le but du projet est de faire baisser la grande abstention électorale au sein de la communauté musulmane, en faisant la promotion du vote et en accélérant les inscriptions sur les listes électorales avec l’aide des mosquées et des responsables de la communauté ».

Ces dernières jours, le CCIF, dont le président Marwan Muhammad entretient des liens cordiaux avec Rachid Abou Houdeyfa, imam controversé de Brest, a engagé un recours en justice afin de faire annuler l’arrêté municipal pris par le maire de Cannes, interdisant l’accès aux plages aux femmes en Burkini (maillot de bain islamique).

La Ligue des droits de l’homme a perçu 66000 dollars, pour sa campagne « contre l’extrême droite aux élections municipales et européennes de 2014 ». « Les objectifs sont de contrer et de déconstruire les idées xénophobes. D’anticiper les victoires électorales et de sièges dans les exécutifs locaux, et de limiter l’impact et l’influence des idées xénophobes durant les élections européennes.». Un sens aigu de la démocratie a donc poussé La Ligue des Droits de l’homme a toucher des dizaines de milliers de dollars américains pour influencer le vote des citoyens français.

100 000 dollars ont été attribués à « United for Intercultural action » pour l’ensembles des pays de l’Union Européenne. L’objectif ? « contrer les partis populistes en Europe lors des élections européennes. En collaboration avec European Network against racist et Hope not Hate, United mènera une campagne de communication particulièrement focalisée sur la France, la Grèce, la Hongrie, l’Italie et les Pays-Bas. Le projet mobilise les groupes locaux, pour agir contre l’élection de partis d’extrême droite. Les groupes locaux seront formés à organiser des meetings, du porte à porte, en marge des élections européennes, et à inciter les gens à voter pour des candidats non extrémistes ». Une partie de l’extrême gauche radicale et des « antifas » d’Europe sont pleinement intégrés dans ce réseau mondial.

Ont également reçu une bourse en 2014 les associations « Cité en mouvement » (20 000 dollars) afin d’inciter les jeunes de banlieue à s’engager en politique, 40 000 dollars pour leCNAJEP, 23 000 dollars à l’association ultra-locale, L’univers du Citoyen . 

A noter également l’attribution de 9 000 dollars à l’agence Solis « partenaire marketing et communication ethnique et multiculturelle », pour la réalisation d’un sondage ne réunissant que des personnes issues de l’immigration extra-européenne afin de percevoir leur vision et leurs attentes par rapport aux prochaines élections (2014).

Une bourse de 130 000 dollars a été attribuée pour le journal EUObserver, qui avait alors pour but d’analyser la montée des « discours de haine » et de l’extrême droite dans les pays de l’Union Européenne ainsi que « l’explosion des crimes de haine en Europe ». Le tout en recrutant des jeunes journalistes locaux, de terrain.

49500 dollars ont été attribués aux Alternatifs Italiens, avec pour but de « donner plus d’importance et de temps de parole aux sans voix, notamment les migrants et les jeunes ». Pour se faire, des activistes italiens, des bénévoles, des volontaires ont reçu des dons.

91 500 dollars ont été attribués à l’Open Society Roumanie pour « contrer le discours de haine » , notamment en soutien aux LGBT (Lesbien Gay Bi Trans),aux Roms et aux femmes. Des sommes similaires, avec les mêmes buts d’influencer les sociétés civiles, ont été allouées en Hongrie, en Croatie notamment.

Initiatives pour influencer les Elections Européennes 2014 (Open Society Soros) by Breizh Info on Scribd

Dans toute l’Europe, des centaines d’ONG « indépendantes » travaillent avec l’Open Society de Soros. Mais également des institutions, comme l’Union européenne. L’un des projets de la fondation est clairement affiché : « faire accepter aux Européens l’installation de migrants, et la disparition progressive des frontières ».

Un projet dans lequel se retrouvent aussi bien les militants d’extrême-gauche, internationalistes, que les « progressistes», mais aussi et surtout certains grands décideurs économiques et politiques. Aucun complot donc, puisque tout est écrit noir sur blanc dans ces milliers de fichiers officiels de la fondation, tout comme les milliards de dollars qui rentrent dans les caisses de ces ONG, associations et collectivités sont également connus, en partie.

Des fichiers qui rejoignent ceux que nous avions dévoilé par le passé, démontrant la collaboration entre l’Éducation nationale et certaines fondations « progressistes » américaines.

A noter que curieusement, la presse française subventionnée ne s’est pour le moment nullement fait écho du #sorosleaks, là où elle s’empressa à le faire pour les #panamapapers notamment. On se demande bien pourquoi.

Sources :

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire