«Quand la Sibérie sera chinoise»

  26 Octobre 2016
  1021 vues
  0 commentaire
«Quand la Sibérie sera chinoise»

Sur Arte est passé hier soir un documentaire que je n'avais pas encore vu, «quand la Sibérie sera chinoise», qui traitait du régime de Vladimir Poutine, et plus spécifiquement des supposées tentatives chinoises afin de vassaliser la Russie et récupérer l'Extrême-Est de la Sibérie.

Documentaire risible ne reposant en gros sur rien à part «Poutine est méchant» et «les Chinois investissent la Sibérie pour la reconquérir». La vérité y est systématiquement inversée: on parle (sans rigoler) de déclin russe, avec une projection démographique fantasque de «120 M de Russes en 2050». Il suffit de consulter les graphiques (présentés entre autres par l'excellent Alexandre Latsa) pour voir que le nombre de naissances sont désormais supérieures au nombre de décès et que les prédictions les plus sérieuses parlent de 140-150 millions d'habitants. Où exactement se situe le déclin ? Dans l'économie ? Certes les collectivités territoriales sont parfois très endettées, et le rouble indexé sur le pétrole est très instable (devinez qui est derrière les manigances de l'OPEP), mais avec seulement ~15% d'endettement public, une banque centrale plutôt bien gérée, des tonnes de gaz naturel ? Dans le militaire, avec une armée de 2 M d'hommes en tout bien entraînés possédant les chasseurs ou les dispositifs anti-missiles (S-200) parmi les meilleurs du monde ? Dans le médiatique ? Mais les chaînes d'Etat russes comme RT ou Sputniknews, aussi subjectives soient-elles, sont désormais plus crues que les médias occidentaux pseudo-indépendants répétant leur doxa en boucle, et ce n'est pas ce documentaire qui changera la donne...

Abordons le second argument, «Poutine méprise l'Europe, il lui tourne le dos et se comporte en autocrate donc il s'allie avec les Chinois», qui est à se pisser de rire quand on sait que les Européens, sous vassalité états-unienne, ont financé les révolutionnaires fantoches de Maïdan et que Victoria Nulland (miss «Fuck-the-EU», phrase au passage que Poutine le "méprisant" ne s'est jamais permise !) choisissait les ministres... Résultat, un Etat raté plus autoritaire que Poutine, avec des politiques liés à des groupes nazis, et une guerre civile menée contre des femmes et des enfants dans l'Est séparatiste, dont le seul crime est de ne pas reconnaitre la nouvelle autorité (par contre, quand eux ne voulait pas de l'autorité de Ianoukovitch...). Rappelons que ladite «annexion» de la Crimée a fait suite à un référendum avec +70% de voix favorables, rien de surprenant la Crimée est composée en majorité de russophones dont la langue n'était même plus reconnue par le pouvoir central.

Qui a déclaré «parfois nous devons tordre le bras des pays qui ne font pas ce que nous voulons» ? Qui a déclaré récemment «nous vous détruirons», en parlant de tous ceux qui s'opposeraient à l'impérialisme otanien ? Le premier s'appelait Obama, le second Mark Milley, aucun des deux n'est russe aux dernières nouvelles... Alors «c'est la Russie qui refuse l'Europe»... Qui prend-on pour des imbéciles ?

On passera aussi sur l'assaut subi par l'allié de Poutine, Bachar al-Assad, via le soutien massif aux terroristes, pardon «rebelles» modérés, par les USA là encore, dans une vaste opération visant à destabiliser les Etats arabes laïcs du Moyen-Orient (plan Yinon, opération expliquée par le général Wesley Clark, commandant de l'OTAN).

La chute à cette blague, c'est que la Russie ne méprise pas l'Europe, chacun des discours de Poutine le prouve; cependant il sait très bien qu'elle est sous tutelle politique et culturelle des USA et que dans cette position, aucun partenariat durable n'est possible.

Abordons maintenant l'argument principal, «les Chinois investissent la Sibérie pour la reconquérir»; c'est d'ailleurs le titre du doc, on-ne-peut plus explicite: «quand la Sibérie sera chinoise». Si le problème de fond existe (la Sibérie a longtemps été l'objet de querelles sino-russes) les arguments exposés tiennent de la supputation pure et simple, et pas franchement de la plus crédible... Des millions d'étrangers, et de Français d'origine étrangère, vivent désormais en France, avec des tensions (multi)culturelles bien plus graves que celles posées par les Chinois en Russie. Pour autant, j'ose imaginer un documentaire nommé «quand Paris sera algérienne», ce serait comique... Pour les auteurs du doc, les simples investissements chinois en Russie feraient partie de cette stratégie de reconquête. Comme quoi finalement, il y a des théories du complot acceptables ! N'importe qui ayant étudié les relations sino-russes d'un peu plus près, notamment la banque des BRICS, la construction prévue d'un pipeline et les accords monétaires de mai 2014, sauront que ce rapprochement a pour but d'éviter le dollar et de contourner l'hégémonie américaine afin de bâtir un monde véritablement multipolaire.

Bref, une oeuvre plus subtile que l'habituelle propagande bourrine qui nous est servie dans la presse, mais tout de même un sacré florilège de raccourcis, de mensonges, de suppositions et d'analyses bidon, qui servent toujours le même objectif: diaboliser nos ennemis géopolitiques, en les faisant passer pour cruels et faibles. Et ce message, en filigrane: «votre pays, la Russie, ne sera accepté que lorsqu'il se pliera aux diktats occidentaux». Pour l'instant, la réponse est cinglante: «vous pouvez toujours rêver...»

Sources :

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire