Pourquoi Donald Trump peut gagner en novembre

  15 Mai 2016
  536 vues
  0 commentaire
Pourquoi Donald Trump peut gagner en novembre

En novembre prochain, Donald Trump affrontera Hillary Clinton pour prendre la succession de Barack Obama à la présidence des Etats-Unis, sauf énorme surprise. Si l’élection avait lieu la semaine prochaine, Hillary Clinton deviendrait présidente des Etats-Unis, à en croire les différents sondages qui se sont multipliés depuis que la candidature de Donald Trump ne fait plus aucun mystère. Mais c’est dans six mois que les Américains voteront, et la donne ne sera pas du tout la même.

Voici, de manière non exhaustive, quelques raisons pour lesquelles il est absurde d’enterrer prématurément les chances du candidat républicain, et pourquoi il pourrait même remporter l’élection de novembre face à Hillary Clinton, n’en déplaise à ses détracteurs et ceux qui croient qu’une élection se joue six mois à l’avance.

Trump sera progressivement dédiabolisé

Rarement un candidat à des primaires aux Etats-Unis aura été l’objet d’autant de railleries et critiques, et plus encore de diabolisation. La faute bien sûr à une campagne volontairement outrancière, des propos xénophobes ou sexistes, et des propositions souvent effacées par des formules provocatrices. La faute donc à Donald Trump, à sa coiffure qui ne fait pas l’unanimité, et à son profil anti-establishment justifié ou non, mais qui en gênait plus d’un. En optant pour une telle stratégie, le candidat républicain est cependant parvenu à attirer tous les regards, poussant ses adversaires à se positionner face à lui, parfois malgré eux. C’est la clef de sa victoire. Il est aussi devenu le bouc émissaire des médias et observateurs, qui en ont fait une sorte de clown au mieux, de croquemitaine au pire. Les multiples interprétations de sa politique étrangère, qui dressent un état presque apocalyptique de ce que serait le monde si Trump devenait président des Etats-Unis, ou encore les analyses faisant état de la faillite de l’économie américaine s’il remportait le scrutin en novembre participent ainsi à une campagne de diabolisation qui non seulement n’a pas fonctionné, mais trouvera très rapidement ses limites. C’est au contraire vers une dédiabolisation progressive du candidat républicain que nous nous dirigeons, n’en déplaise à ses adversaires. Ce processus lui permettra-t-il de se hisser au niveau d’Hillary Clinton en novembre ? Ce n’est pas à exclure.

Le parti républicain fera front derrière lui en novembre

lire la suite......

Sources :

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire