Macron, symbole de l’escroquerie d’un monde politique en perdition

  31 Août 2016
  5333 vues
  0 commentaire
Macron, symbole de l’escroquerie d’un monde politique en perdition
=== RAPPELS === Selon le dictionnaire Larousse : - un « menteur » est une personne qui n'est pas ce qu'elle paraît être, qui n'est pas conforme à la vérité, qui induit en erreur. - un « affabulateur » est une personne qui transforme la réalité, qui construit des récits purement imaginaires, qui les présente comme étant la réalité. - un « mythomane » est une personne qui présente la tendance systématique, plus ou moins volontaire, à la fabulation et au mensonge. - un « escroc » est une personne qui commet l’action d'escroquer, de tromper la confiance de quelqu'un, en obtenant un bien ou un service au moyen de l'usage d'un faux nom, d'une fausse qualité, de l'abus d'une qualité ou de manœuvres frauduleuses.
La démission d’Emmanuel Macron du gouvernement ce 30 août 2016 constitue une nouvelle étape dans la décrépitude et la nécrose finale de la scène politique française. L’affaire Macron a commencé par le signal lancé par Jacques Attali à la presse en février 2015, en leur assurant qu’Emmanuel Macron aurait «l'étoffe d'un président de la République». http://tvmag.lefigaro.fr/le-scan-te... Peu importe que les prophéties de Jacques Attali se soient révélées fausses à 100% depuis des années sur tous les sujets, aussitôt, et comme par enchantement, tous les grands médias du pays (télévision, radio et presse écrite) se mirent à assurer la promotion phénoménale du prétendu prodige repéré par notre faux oracle. Alors que Macron vient de présenter sa démission du poste de ministre de l’Économie qu’il occupait depuis deux ans - et où son bilan est proprement nul, sinon catastrophique -, les mêmes grands médias font encore et toujours mousser ce monsieur en s’interrogeant doctement sur sa capacité à être élu président de la République en 2017, à 39 ans donc. C’est oublier un peu vite que Macron ne s’est jamais présenté une seule fois devant les électeurs, qu’il recevait des insultes et des œufs sur la tête dès qu’il sortait de son ministère, et qu’un bref récapitulatif de quelques événements et déclarations montrent que, derrière les coups d’encensoir que lui envoie la presse, cet homme camoufle en réalité une personnalité peu reluisante : menteur, affabulateur, arrogant, méprisant, mythomane et escroc. Examinons cela.

----------------------------------------------------------------

Macron a affabulé quant à sa scolarité.

Début 2012, Macron laisse entendre à plusieurs journalistes qu'il était ancien élève de la prestigieuse École Normale Supérieure (ENS Ulm). En tout cas, il ne s’oppose pas et ne demande pas de démentis lorsque des articles biographiques le mentionne (par exemple Le Nouvel Observateur, 19 janvier 2012). Vérification faite, c’était faux. Il s’est présenté deux fois au concours et a raté les deux fois. [ Source : http://www.closermag.fr/article/emmanuel-macron-un-ministre-pas-si-brillant-413776 .]
Extrait du magazine Closer, citant le magazine Marianne.
 

---------------------------------------------------------------- Macron a menti sur ses travaux de philosophie.

Plusieurs versions circulent sur Internet quant à l’existence ou non d’une « thèse » philosophique que Macron aurait réalisée, de même que sur les relations qu’il aurait entretenues avec le philosophe Paul Ricœur (mort en 2005). S’il semble avéré qu’il ait assisté ce philosophe de 1999 à 2001, - en lui cherchant des livres et des références dans des bibliothèques pour permettre la confection de « l'appareil critique » (bibliographie et notes de bas de page) de son livre La Mémoire, l’histoire, l’oubli - il semble également avéré que Macron n’a jamais produit de « thèse ». Il a indiqué lui-même qu’il avait réalisé un simple « mémoire » - qui est un travail sans comparaison plus simple qu’une authentique « thèse » -, et cela sous la direction d’Étienne Balibar, autre philosophe français et professeur émérite de l’université Paris-Ouest-Nanterre-La-Défense. Seulement voilà : interrogé par la presse, Étienne Balibar a indiqué « ne pas avoir de souvenir ni de trace de cet épisode ». [ Source : Magazine Challenges n°450 du 21 avril 2015, p..63 dont la couverture est consacrée à Macron et cf. aussi https://fr.wikipedia.org/wiki/Emmanuel_Macron#cite_ref-27 ] Encore un mensonge, donc.
 

---------------------------------------------------------------- 28 mai 2015 : Macron méprise la démocratie

Lors d'un forum organisé par le journal "Le Monde" le 28 mai 2015, Macron a assuré qu'il n'a pas l'intention d'être candidat aux législatives de 2017 car, selon lui, « passer par l'élection est un cursus d'un ancien temps ». [ Source : http://www.lepoint.fr/politique/pou....]

---------------------------------------------------------------- 6 avril 2016 : Macron lance son parti “En Marche” avec un clip-vidéo entièrement mensonger

C’est Yann Barthès, présentateur de l’émission “Le Petit journal” de Canal + qui dévoile la supercherie le lendemain 7 avril : le clip sur la France présenté par Macron est un mensonge complet. Ce clip enchaîne des visages mettant la diversité et les talents de la population française à l'honneur, ainsi que des paysages ensoleillés. Mais la très grande majorité de ces scènes n’ont pas été tournées en France. Elles ont été simplement achetées par l’agence de communication de Macron (payée comment et par qui ?) à des banques d’images étrangères. En clair : - les écoliers montrés ne sont pas français mais américains, - une troupe de promeneurs sont des allemands, - un adolescent en capuche habite en réalité à New York et est même déjà apparu dans un clip de reggae, - un professeur d’université présenté comme français est en réalité américain, - des images ont été sciemment trafiquées pour changer une affiche d’anglais en français, - une femme d’origine africaine a été reprise d’un clip de la campagne pour les primaires démocrates de Bernie Sanders aux États-Unis, - etc.
Le clip Macron est à la fois une escroquerie morale et un plagiat maladroit.
Je renvoie les lecteurs à l’analyse que j’ai faite de cette opération de manipulation dans mon entretien d’actualité n°25 du 21 avril 2016 : https://www.youtube.com/watch?v=qvu...

---------------------------------------------------------------- 10 avril 2016 : Macron ment effrontément sur le nombre des adhérents de son nouveau parti

Au journal de 20h00 de France 2, regardé par plusieurs millions de téléspectateurs, le journaliste Laurent Delahousse termine son entretien avec Macron en lui demandant s’il va suivre l’entretien télévisé de François Hollande le jeudi suivant sur la même chaîne. Macron répond aussi sec : « Comme toujours». Sauf que, comme le repère aussitôt Louis Hausalter, un journaliste de Marianne, Macron sera le même soir à Londres pour un dîner avec des banquiers et des chefs d’entreprise afin de lever des fonds pour son parti politique "En marche". [ Source : https://twitter.com/LouisHausalter/... ] On notera au passage que Macron a besoin de l’argent de banquiers et des chefs d’entreprise pour faire vivre son parti politique, ce qui constitue d’une part l’antithèse exacte de l’UPR et d’autre part une infraction majeure à la loi sur le financement des partis politiques en France s’il était avéré que des banques ou des entreprises ont financé directement le parti de Macron. Tout cela n’est cependant qu’une tromperie vénielle par rapport à l’énorme mensonge que Macron a annoncé lors du même journal télévisé, avec un aplomb extraordinaire devant des millions de Français ; à savoir que son parti politique aurait dépassé les 13 000 adhérents cinq jours après son lancement hyper-médiatisé.
Seulement voilà : comme le révéla quelques jours après le Canard Enchaîné, Macron avait « enjolivé les choses » ( c’est-à-dire : menti effrontément ) en comptant comme « adhérent » un simple internaute étant allé cliquer sur le site pour voir ce dont il s’agissait ! À cette aune, l’UPR compterait actuellement plusieurs centaines de millions d’adhérents... Au passage, compte tenu du battage médiatique colossal dont avait bénéficié le lancement de "En marche" dans tous les grands médias nationaux et régionaux (télévisés, radios et presse écrite), le fait de n’avoir attiré que 13 000 clics sur le site en 5 jours était finalement un échec cuisant.
Extrait de l'article du Canard Enchaîné du 12 avril 2016 démasquant le mensonge de Macron.
Suite à ces révélations du Canard Enchaîné, les médias se sont sentis obligés de corriger le tir devant l’énormité du mensonge. Pour ne pas mécontenter l’oligarchie qui promeut sa marionnette Macron, les journalistes ont alors usé d’un euphémisme pathétique : ils n’ont pas dit que Macron avait « menti » ni qu’il avait « pris les Français pour des imbéciles » - ce qui est la stricte vérité - ; ils ont titré sur le fait qu’il avait « l’art d’enjoliver la réalité » [ sic !] ou qu’il avait « gonflé le nombre de ses adhérents »...

---------------------------------------------------------------- 27 mai 2016 : Macron affiche son mépris de classe

En déplacement le 27 mai 2016 à Lunel, dans l'Hérault, Macron a été interpellé par deux salariés au sujet du projet de loi travail. Dans le cadre d’un échange tendu filmé par BFM-TV, le ministre a perdu patience et a lâché une phrase qui a eu un énorme retentissement national : « Vous me faites pas peur avec vos t-shirts, la meilleure façon de se payer un costard est de travailler. » Non seulement le ministre de l’Économie insinuait par là que, - dans un pays qui compte, au bas mot, 4 à 5 millions de chômeurs du fait des politiques catastrophiques imposées par notre appartenance à l’UE et à l’euro -, ceux qui n’ont pas d’emploi sont tout simplement des tire-au-flanc. Mais plus encore, cette remarque a prouvé que Macron affichait sans vergogne un mépris de classe qui a choqué la France entière.

---------------------------------------------------------------- juin 2016 : Macron est rattrapé par son mensonge sur l’affaire de l’aéroport de Toulouse

Parmi les désastres de son passage au poste de ministre de l’Économie figure en bonne place la cascade de scandales auxquels a donné lieu la privatisation de la gestion de l’aéroport de Toulouse-Blagnac par le sieur Macron, dont l’incompétence et la jobardise ont été soigneusement cachées par les grands médias. Premier scandale, Macron avait prétendu qu’il ne s’agissait pas d’une privatisation puisque, si les investisseurs chinois faisaient effectivement l’acquisition de 49,9 % de l’aéroport de Toulouse-Blagnac, l’État gardait 10 % du capital et, avec les collectivités locales (Région, département et ville de Toulouse), disposait toujours de la majorité du capital. Mais il s’agissait d’un mensonge : Médiapart révéla quelque temps plus tard l’existence d’un pacte d’actionnaires secret, qui liait l’État, non pas aux autres collectivités publiques, mais aux investisseurs chinois, et qui donnait à ceux-ci les pleins pouvoirs pour gérer la société française. Deuxième scandale, la société “Casil Europe” - représentant les investisseurs chinois - s’imbriquait dans un groupe opaque, détenu par un dénommé Mike Poon et son épouse Christina, dont la holding de tête “Capella Capital Limited” était une holding immatriculée aux îles Vierges britanniques. Cette holding de tête avait pour filiale à 100 % une société dénommée Friedmann Pacific Investiment Holdings Limited, dont le pays d’immatriculation était inconnu et qui détenait d’autres entreprises écrans immatriculées aux îles Vierges britanniques ou aux îles Caïmans, tous pays réputés pour être des centres de blanchiment d’argent sale... Troisième scandale : fin juin 2015, plusieurs agences de presse annonçaient que le dénommé Mike Poon avait disparu et que son nom était cité dans un scandale de corruption, mettant en jeu l’une de ses entreprises immatriculée aux îles Caïmans.
Affiche publiée par le Collectif contre la privatsiation de la gestion de l'aéroport de Toulouse-Blagnac et sa vente par Macron à un Chinois soupçonné de corruption et de blanchiment d'argent dans des paradis fiscaux.
En bref, Macron a donc privatisé la gestion de l’aéroport de Toulouse-Blagnac dans le plus grand secret, en la vendant à une société-écran qui n’a pas pignon sur rue en France mais dans des paradis fiscaux louches, et dont le PDG, mis en cause dans une affaire de corruption, a pris la fuite après avoir vendu en catastrophe des actions en sa possession. [ Source : http://www.snptri.com/ile-de-france... ] Quelques mois plus tard, le mystérieux Chinois a réapparu mais l’affaire a de nouveau rebondi en juin 2016. Car, au mépris des engagements qu’ils avaient pris, les nouveaux actionnaires ont décidé de siphonner les réserves financières de la société pour se servir un important dividende. Macron, qui avait juré qu'il ne s'agissait pas d'une privatisation, s’est ainsi retrouvé piégé par son mensonge. [ Source : https://www.mediapart.fr/journal/ec... ]

---------------------------------------------------------------- 11 août 2016 : Macron démasqué comme mythomane

Dans son numéro du 11 août 2016, le magazine Match, qui semble avoir été particulièrement chargé de contribuer au « lancement marketing » de Macron, a de nouveau consacré sa "Une" de couverture, pour la 2e fois en quelques mois, à Emmanuel Macron et à sa femme Brigitte Trogneux. Rapportant fidèlement ce que lui a dit Macron, le journaliste de Match précise que le ministre « échange » des idées avec l'intellectuel tunisien Abdelwahab Meddeb. Manque de chance, celui-ci est mort en 2014, il y a 2 ans...
Le mensonge est aussitôt éventé par Xavier Marquet, rédacteur en chef de TV5. [ Source : https://twitter.com/xaviermarquet/status/763647967408582656 ] Ce qui suscite la risée générale sur Internet et Twitter à la mi-août 2016 : [ Nombreuses sources comme https://twitter.com/estherbenbassa/status/764019524039389185 ou https://twitter.com/faizaz/status/763697798055419904 ] :

---------------------------------------------------------------- 19 août 2016 : Macron confirme que son engagement politique était une escroquerie.

À l'invitation de l’ancien ministre Philippe de Villiers, Macron se rend le 19 août 2016 au parc d'attractions du Puy du Fou (Vendée). Il y déclare à la presse : « L'honnêteté m'oblige à vous dire que je ne suis pas socialiste. »
[ Sources innombrables, et par exemple : http://www.lejdd.fr/Politique/Macron-L-honnetete-m-oblige-a-vous-dire-que-je-ne-suis-pas-socialiste-804187 .] Cette déclaration a fait aussitôt scandale dans toute la France. Non pas que ce soit véritablement une surprise de la part d’un homme venu de la Banque Rothschild et qui a passé son temps, comme ministre de l’Économie, à vouloir démolir tous les acquis sociaux des Français. La sensation est venue du cynisme sans vergogne avec lequel ce monsieur, élu par personne, reconnaît implicitement qu’il n’avait adhéré au Parti socialiste, ne s’était déclaré socialiste, et n’avait travaillé pour François Hollande, que dans un but uniquement carriériste. ----------------------------------------------------------------

Conclusion

Le magazine Match du 11 août 2016, très lu dans les salons de coiffure, nous a présenté le couple Emmanuel Macron - Brigitte Trogneux comme deux tourtereaux, photographiés en tenue balnéaire avec de l'eau de mer jusqu'aux mollets, sous le titre cocasse de « vacances en amoureux avant l'offensive ». Mais il est peu probable que « l'offensive » Macron se révèle autre chose qu’un pétard mouillé. D’une part, on recherche toujours désespérément les militants et les fameux “Marcheurs de Macron” qui devaient, nous avait-on assuré, parcourir la France entière pour livrer un diagnostic sur l’état du pays. En réalité, il s’agissait d’une affabulation de plus : les “Marcheurs” ont été inventés par une société de communication et n’ont pas d’autre existence que les quelques photos diffusées par des journaux.
Encore une affabulation de plus : tous les grands médias nous ont annoncé, fin mai 2016, que la France allait être sillonnée par des milliers de "marcheurs" de Macron. Qui en a vu un seul ?!?
D’autre part, Macron a déçu même ses plus fervents soutiens. Son mentor Jacques Attali l’a lui-même méchamment décrit comme « l’incarnation du vide » en politique, dans le magazine Challenges du 13 mai 2016. [ Source : http://www.challenges.fr/challenges... ]
Enfin et surtout, Macron, qui nous est présenté constamment comme un “jeune”, est en fait un “vieillard politique” et le représentant d’une politicaillerie d’un autre âge. Croyant que les manipulations médiatiques des années 80 fonctionnent encore, n’ayant pas compris le formidable sérum de vérité qu’est Internet - qui démasque dans la demi-heure le moindre mensonge -, Macron pense que ses mensonges, ses affabulations, ses élans de mythomanie, son mépris et son escroquerie morale ne se voient pas. Il n’a pas compris que les Français ne voient que ça et que la façon de faire de la politique qu’il incarne est la quintessence de ce dont ils ne veulent plus. La dernière chance qui lui reste - peut-être - pour continuer à hanter les palais nationaux est de changer de camp. Certains envisagent déjà que, tout comme le socialiste Eric Besson avait rallié Sarkozy en 2007, Macron pourrait rallier Juppé en 2017. Cette trahison parachèverait l’indécence du personnage.

François Asselineau 30 août 2016

Sources :

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire