Les Kurdes proposent de diviser l’Irak en trois parties

  17 Juin 2016
  2444 vues
  0 commentaire
Les Kurdes proposent de diviser l’Irak en trois parties

Dès la défaite de Daesh, l’Irak devrait être divisé en trois parties pour mettre un terme aux carnages entre les différents courants religieux, selon un haut responsable kurde.

«La Fédération n’a pas fonctionné, on a donc besoin soit d’une confédération, soit d’une séparation complète. Si nous avons trois Etats confédérés, nous aurons trois capitales équilibrées, aucune ne sera plus importante que les autres», a déclaré le chef du Conseil de sécurité du gouvernement kurde régional, Masrour Barzani, ajoutant que cela ne serait possible qu’après la défaite totale des combattants de Daesh sur les territoires irakiens. Les pershmergas, combattants kurdes, luttent à l’heure actuelle avec succès contre l’Etat islamique. 

«Ce que nous proposons est une solution. Vivre sous le même toit ne signifie pas être de bons voisins», a-t-il poursuivi. 

Cette idée de partition de l’Irak n’a pas reçu un accueil très chaleureux. Hassan al-Shwerid, parlementaire sunnite, précise que la division de l’Irak n’amènera que «destructions, violences et guerres», car ces peuples sont répartis de manière disparate. Ainsi, sur les territoires autour de la capitale actuelle, Bagdad, à majorité chiite, habitent beaucoup de sunnites.

La division de l’Irak devrait induire aussi de nombreux désaccords quant aux ressources. Les Kurdes, qui habitent historiquement au nord du pays, auraient l’intention d’occuper des régions riches en pétrole. 

L’Irak est l’un des pays où la confrontation entre les représentants des différentes confessions a dégénéré en une guerre sanglante, chiites, sunnites et kurdes tentant de s’entretuer aux moyens d’attentats systématiques.

Ce refus de vivre au sein d’un même Etat n’est pas récent. Les chiites, principale communauté musulmane en Irak, représentent 55% de la population. Les sunnites, eux, sont à parité avec la communauté kurde, aux alentours de 20% chacun, les chrétiens représentant les 5% restants.

Les tensions ont véritablement dégénéré après l’invasion américaine de 2003, quand le gouvernement chiite est arrivé au pouvoir après des siècles de domination de la minorité sunnite au sein des institutions, depuis l'époque ottomane jusqu'à la fin du régime de Saddam Hussein.

Sources :

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire