Les islamologues, l’islam et la guerre, par Youssef Hindi

  31 Août 2015
  4134 vues
  1 commentaire
Les islamologues, l’islam et la guerre, par Youssef Hindi

Le prodigieux concert de propagande sans frontières au service du choc des civilisations parvient à installer la croyance que le Coran serait, pour l’essentiel, un manuel de conquête prônant le meurtre et la dévastation.

 

Les prêches télévisuels de nos pseudo-islamologues – et autres spécialistes autoproclamés du Coran, parmi lesquels on peut également placer un souffleur de braises comme Éric Zemmour aux côtés du prélat de l’athéisme militant Michel Onfray – nous montrent d’étonnantes convergences avec les prédications enflammées des wahhabites pur jus. Ce prodigieux concert de propagande sans frontières au service du choc des civilisations parvient à installer la croyance que le Coran serait, pour l’essentiel, un manuel de conquête prônant le meurtre et la dévastation à l’instar du Livre de Josué.

 

Aussi étrange que cela puisse paraître, les télévangélistes wahhabites qui dévoient la jeunesse musulmane, et les promoteurs occidentalistes du choc des cultures, travaillent en fait la main dans la main à la guerre civile globale. Les uns font la promotion de leur version de l’islam volontiers terroriste, tandis que les autres offrent aux peuples d’Occident cette vision wahhabisée de l’islam via des médias dont l’objectivité et l’indépendance sont devenues des sujets de dérision.

 

Cette confusion autour de l’islam traduit un autre problème : la profonde ignorance du contexte historique de la révélation coranique. Ignorance entretenue par les wahhabites qui, même s’ils connaissent le Coran par cœur, font fi du contexte dans lequel s’inscrivent les versets traitant de la guerre. Une démarche que récuse a priori le Coran lorsqu’il évoque « ceux dont le cœur est déviant » qui « s’attachent à ce que le Coran a d’équivoque par goût du trouble et pour chercher des interprétations douteuses… » (2:7).

 

Les rares occasions où l’on cite le Coran sont pour démontrer sa supposée violence intrinsèque en sortant un morceau de phrase d’un verset, lui-même extrait d’un groupe de versets indissociables. La phrase que l’on cite couramment pour démontrer que le Coran incite au meurtre des chrétiens et des juifs est celle-ci : « Tuez-les où vous les aurez accrochés. » Mais si on la replace dans son contexte, l’on comprend qu’il ne s’agit ni des chrétiens ni de juifs, mais des Mecquois alors païens qui persécutèrent les premiers musulmans. « Combattez sur le chemin de Dieu ceux qui vous combattent, sans pour autant commettre d’agression : Dieu déteste les agresseurs. Tuez-les où vous les aurez accrochés. Chassez-les d’où ils vont ont chassés. Car le trouble est plus grave que le meurtre. Mais ne les combattez pas auprès du Sanctuaire consacré à moins qu’ils ne vous y attaquent. S’ils le faisaient, alors combattez-les pareillement… cependant s’ils cessent… alors Dieu est Tout pardon, Miséricordieux » (2:190-192).

 

 
 

Il ne s’agit pas ici de se lancer dans un exercice exégétique mais seulement de répondre aux affirmations non scientifiques, si largement répandues, en rappelant les circonstances de la guerre intervenue après l’exil du Prophète à Médine.

 

Durant treize années, le Prophète dut en effet subir à La Mecque harcèlement et humiliations, si bien qu’il fut contraint de gagner Médine. Les Mecquois, forts de ce premiers succès, conçurent le projet d’éliminer le Prophète. C’est dans cette occurrence que le Coran autorisa le combat… « Permission est donnée à ceux qui combattent pour avoir subi l’iniquité… à ceux qui furent évincés de leurs demeures à contre-droit, et seulement parce qu’ils disaient : “Notre Seigneur est Dieu” » (22:39-40).

 

Le verset 40 s’achève en exposant sans ambiguïté le principe islamique de la guerre, lequel contredit de façon cinglante la doctrine wahhabite prônant la destruction des lieux saints, en priorité ceux de l’islam : « Si Dieu ne repoussait pas certains hommes par d’autres, combien d’ermitages seraient abattus, d’églises, de synagogues, de mosquées où résonne sans trêve le rappel du nom de Dieu ! »

 

Nota: sur le wahhabisme, lire l’indispensable livre de Jean-Michel Vernochet Les Egarés : Le Wahhabisme est-il un contre Islam ?/em> 2013 Éditions Sigest.

 

Youssef Hindi

 

 

 

Sources :

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire

  MERELLE
  15 Sep 2015 01h06

Je dois dire que, le CORAN, étant en train de le lire ( car – marre des on dis ) – en version française ( traduction ), celui-ci m’ apparaît – bien loin d’ un manuel d’ appel à la guerre. Bien au contraire, des quatre premiers versets lus, il en ressort – beaucoup d’ amour, de tolérance, de pardon, et aussi d’ intransigeance. En d’ autre terme, ceux qui pensent ( à tort ) que le Coran est ce que les Médias de masses en disent, devraient eux aussi, le lire….

Pour tous les autres, je vous renvois – aux Conférences de Sheik Imran Hossein, qui en détaille le contenu; A voir.