Le culte de l’homme ou la haine de la vérité

  07 Avril 2016
  2728 vues
  5 commentaires
Le culte de l’homme ou la haine de la vérité

En moins de 20 minutes, l’abbé Olivier Rioult remonte ici aux causes de la dissociété dans laquelle nous vivons. Voici d’abord en bref les grandes lignes de cette intervention, parue en mars 2016.

► La Révolution française, et à travers elle la franc-maçonnerie, ont remplacé le culte de Dieu par le culte de l’homme, jusque dans l’Église officielle.

► L’homme a progressivement oublié qu’il est un débiteur insolvable envers Dieu, sa patrie, ses ancêtres, ses parents.

► Il ne sait plus transmettre son patrimoine, ni agir avec droiture, car il ne contemple plus les principes.

► Refusant de reconnaître sa dette, l’homme révolté fuit le réel et met son intelligence au service de son orgueil, des biens matériels et des délices charnels.

► La société se décompose alors inévitablement, ce contre quoi il n’existe qu’un remède :
l’amour de la vérité.

Sources :

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire

  kiril
  07 Avr 2016 23h01

oula! ça faisait longtemps que j’avais pas saigné des esgourdes. je vais me soigner aux chants anarchiste tout de suite !

  13 Avr 2016 21h23

Faites donc Kiril, mais cela ne fait qu’alimenter votre nombrilisme infantile. Votre réaction montre qu’il vous reste un long vol plané à parcourir avant d’atterrir dans la réalité. La vie ne devrait pas tarder à vous envoyer une claque dans la figure : ne manquez alors pas de l’interpréter comme un appel à l’humilité. Salutations catholiques.

  Sun Tzu
  14 Avr 2016 13h38

La Franc-Maçonnerie à haut niveau est le culte de Satan, qui est métaphoriquement la matérialité et son produit dans l’âme humaine: le bas égo, les pulsions, les passions destructrices, le côté animal. Mais un humain, c’est quand même bien plus que ça !

Ici, on nous ment, on nous formate, on nous vole, on nous taxe. Dans les coins moins fortunés du monde, des milliers meurent chaque jour, sacrifiés sur l’autel de la machine à fric. C’est ça, un «culte de l’humain» ?

Nos élites tiennent l’Homme en si haute estime qu’elles se dirigent vers la cybernétique et le transhumanisme, ce qui reviendra à la mort de notre espèce. Il est temps de se réveiller: notre Système n’est pas le triomphe de l’Homme, c’est sa négation absolue, tout comme il est la négation absolue de Dieu.

  14 Avr 2016 16h48

Mais ce sont les religions abrahamiques qui pour la première fois ont désacralisé, rabaissé, démonisé le monde, assimilé à « une matière à travailler et à fabriquer » entre les mains du grand Yahvé… Ce sont les théologiens eux-mêmes qui nous parlent de surnaturalisme pour qualifier la Révélation et qui l’opposent au naturalisme qui d’après eux est à la fois le commun dénominateur et le trait le plus caractéristique du restant de l’humanité (cf. Monseigneur Delassus); c’est la différence entre la communication divine et le matérialisme qui est le domaine accordé par Dieu à Satan –c’est sympa– en vue de l’accomplissement de ses desseins; dans cette optique les autres croyances sont tout simplement rejetées avec mépris comme des adorations du diable… Robert Dun avait bien perçu le processus, lui qui soulignait qu’après « avoir démonisé la matière et rejeté le divin dans l’abstrait. Ce dernier étant imperceptible, le pas suivant, la négation de toute notion de divinité, était facile et inévitable. »
Salutations d’un homme à tous les autres, quelle que soit la tribu à laquelle ils s’imaginent appartenir…

  14 Avr 2016 17h04

Sun Tzu, le culte de l’homme est évidemment un mensonge qui masque les saletés dont tu parles. Il n’est pas question de dire que ce culte fait triompher l’homme, mais au contraire qu’il l’abîme, voire le tue.

L’homme vaut mieux que ses mauvais penchants, oui ; mais s’il ne met pas ses qualités au service de Dieu, rendant ainsi grâce à son Créateur afin de revenir à Lui, elles serviront immanquablement à nourrir des illusions. Mêmes parées des plus beaux atours politiques ou spirituels.

Oui, il est temps de se réveiller : le transhumanisme et la cybernétique sont l’aboutissement de l’homme-dieu, de l’homme qui nie Dieu en se prenant pour Lui, de l’homme qui croit pouvoir repousser les limites de la Création. Et ce pour son propre malheur.