La reconnaissance étourdie d’un « Etat palestinien »

  25 Juin 2015
  11734 vues
  0 commentaire
La reconnaissance étourdie d’un « Etat palestinien »

Ministères, congrès, parlementaires, politiciens, économistes, conférenciers, essayistes, caricaturistes, spéculateurs, entrepreneurs, journalistes, gauchistes, étudiants, nationalistes, anarchistes et internautes vaniteux, tous convergent vers cette seule et unique suggestion, prétendue germe de la supposée paix établie au Proche-Orient : afin de mettre un terme à la politique d'oppression israélienne, il est nécessaire de fomenter un Etat palestinien !

Tous ont lamentablement consenti, à l'unisson, et dans un certain égarement, la décision du Parlement européen et de ses technocrates de soutenir la reconnaissance d'un Etat palestinien. Ce compromis établi par les partis politiques de droite, de gauche (indiciblement ploutocrates, quoi qu'il en soit), porté aux nues par l'ensemble des institutions médiatiques à la solde de tous les appareillements financiarisés, ne détient nulle autre finalité que de substituer sur le moyen terme une coercition israëlienne (bien trop discréditée, et bien trop transparente) par... une pareille merde étatique vassalisée à Wall-Street et ses innombrables sbires, celle-la même plus subtile, plus taciturne (avec sa poignée d'islamistes aux ordres du Mossad, du MI6, de la CIA, peu importe), et moins prompte à faire hurler nos ONGs et leurs calamiteux propagandistes bienpensants.

Cette potentielle supplantation d'un peuple palestinien opprimé par Israël à celle d'un peuple palestinien tancé et défoncé par un appareillage "indépendant", est affiliée à un progrès social par nos crétins anarchistes et extrême-gauchistes français. Voyez l'idée.

Ainsi, à la manière des antifascistes, qui eux, ont toujours mouchardé la "chemise noire" (en réalité, le petit prolo récalcitrant) pour coaliser avec tous les tyrans "démocrates" et républicains, les gauchistes de notre temps ne s'en prennent qu'à l'entité sioniste dans l'optique nigaude de se donner bonne conscience, de rester béatement derrière la croyance du bon en la démocratie républicaine.

Michelle Alliot-Marie, eurodéputée UMP française membre de la commission des affaires étrangères, prônait il y a peu la "coexistence pacifique" de deux Etats séparés par les frontières de 1967. Laurent Fabius, en visite hier chez ses consœurs israéliens, ne conchiait en aucun cas sur la proposition de la fermentation de "deux Etats", au nom bien évidemment de la reconnaissance "des droits des palestiniens". Des campagnes de communication sont ainsi fréquemment organisées par nos énarques en chef afin de légitimer leur prétendu affairement philanthropique sur la scène internationale. Voilà un monumental jeu de dupes.

A ce sujet, Bordiga était clair là-dessus, et je pense à raison : il est inintelligent d'attribuer la colonisation de la Palestine (Bordiga traitait de l'antifascisme, mais une analogie existe) à la simple question de la saloperie des uns ou des autres. Cette forme de critique partielle du désastre de la Palestine n'a pour autre conséquence de ne plus considérer les exploitations capitalistes permanentes qui se procèdent universellement sur notre planète bleue, de ne plus aborder la problématique des rapports de force, de ses maillages ("tout est lié") et de restreindre sa vision holistique de l'horreur moderne en une simple question ... d'hommes (...), de leurs velléités, de leurs intentionnalités diplomatiques qui découleraient de leur simple libre-arbitre, de leur éventuelle bonne foi.

Cette considération erronée permet d'entériner l'idée du refus de la structure étatique palestinienne (nom de dieu, si l'on est cohérent, il ne faut aucune structure, celle-ci ne sera jamais indépendante mais systématiquement inféodée à tous les complots, c'est une nécessité implacable !), tant adoubée par la caste de gouvernants atlantistes au commande. Résultat, la connerie est énorme, puisque chacun souhaite dorénavant un nouvel Etat dit "libre" (oxymore terrible) au nom de l'émancipation humaine. Lol, c'est une aberration.

In fine, il faut être sacrément mystifié pour croire que les conflits impérialistes (y compris le conflit israélien) pourraient se régler autour d'une table (et qu'ils soient, qui plus est, discutés et solutionnés par l'ONU, le Parlement européen, ses gauchistes et ses idéologues de tout poil !) et que ces abominables destructions et la mort de milliers d'hommes, d'enfants et de femmes ne soient dues qu'à "l'obstination des uns, la méchanceté des autres et la cupidité des derniers." (dixit Bordiga, toujours).

Laurent Fabius exploite cette sottise... Les résolutions diplomatiques sont des foutaises, et la suggestion de l'Etat palestinien est une piperie.

Sources :

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire