Intelligence artificielle et société de partage par Mwog et Alain Benajam

  30 Novembre 2016
  4051 vues
  1 commentaire
Intelligence artificielle et société de partage par Mwog et Alain Benajam
Mwog spécialiste de l'IA et Alain Benajam nous informent sur les évolutions de la société de partage et ses conséquences.

Une loi de l’entropie universelle qui démultiplie le champ de possibilités et rend la société plus imprévisible que jamais.

La libre antenne du lundi au vendredi de 21h à minuit sur http://www.metatv.org

"Si vous lisez ce message c'est que vous êtes la résistance"

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire

  izarn
  04 Déc 2016 22h59

Les réseaux, oui…Mais je crois que la division du travail en détruit pas mal l’efficacité.
Par exemple, le fait que chacun travaille sur une « boite noire » qui va etre assemblée avec une autre. Mais la structure finale est bien décidée par une hiérarchie.
Le réseau fabrique une sorte de pièce de légo, qui sera assemblé ensuite de diverses manières. En fait le réseau ne fait pas circuler toute l’information, mais des « objets »
De fait quand une pièce tombe en panne, on ne sait pas pourquoi.
Exemple: Quand une carte mère tombe en panne, on préfère la jeter, car trouver la panne est trop compliqué. Une carte mère est en elle meme une boite noire.
C’est exactement le langage « objet » en informatique, que je déteste.
C’est en fait extremement lourd, on ne sait comment sont faits les « objets ». Quand on programme direct en langage machine, on divise par dix voire par cent, la place mémoire, et c’est souvent bien plus robuste, et bien plus créatif, les lignes de codes sont souvent moins longues…
La division du travail à mon avis n’est qu’une méthode de domination capitaliste sur le savoir. L’ouvrier ne doit pas savoir, ni l’ingénieur, le savoir appartient au capital.
Si on découpe le savoir en petites boites, il devient incompréhensible au travailleur. But de la manip.
En fait j’ai un énorme doute sur la créativité réelle de ces systèmes de réseaux s’ils ne manipulent que des « objets »
Et sans créativité, ou va-t-on?
Nulle part.