En Israël, pas de rentrée pour les écoles chrétiennes

  01 Septembre 2015
  3943 vues
  0 commentaire
En Israël, pas de rentrée pour les écoles chrétiennes

Faute d'un accord avec les autorités israéliennes sur le financement de l'enseignement chrétien dans l'État hébreu, 47 écoles chrétiennes d'Israël sont restées fermées ce matin, empêchant 33 000 élèves d'effectuer leur rentrée.

 

Botrus Mansour, qui fait office de porte-parole des écoles chrétiennes en Israël, a indiqué que «toutes les écoles sont fermées à la suite d'un appel à la grève illimitée». 

 

En effet, l'enseignement chrétien et les autorités israéliennes sont en désaccord total depuis plusieurs mois sur le montant du budget versé par l'État aux écoles chrétiennes et à leurs 3 000 employés.

Botrus Mansour a expliqué à l'AFP que «depuis un an et demi», l'enseignement chrétien menait des discussions avec les autorités israéliennes et «de nombreuses voix sont intervenues, même le Vatican». 

 

L'homme affirme que, bien qu'«il y a une semaine, le président Reuven Rivlin et le ministre de l'Éducation Naftali Bennett [leur] ont fait des déclarations très positives»,une semaine plus tard, «au-delà des belles déclarations politiques», ils n'ont toujours vu aucune proposition sérieuse.

«Nous avons tout tenté et il ne nous reste plus que l'option de la grève», a-t-il poursuivi.

 

En Israël, les écoles chrétiennes sont reconnues mais ne sont pas considérées comme publiques et, à ce titre, leur financements a fortement baissé au cours des deux dernières,  de «45%», selon l'enseignement chrétien.  

 

Actuellement, l'État ne prend en charge que «29% du coût total d'une école primaire», assure ainsi un communiqué de ces écoles. Les responsables chrétiens affirmant que faire assumer le reste du financement par les seuls parents d'élèves «n'est pas tenable».

«C'est une question d'égalité, un enfant israélien juif a droit à (une scolarité financée à) 100% (par l'État) et pas ceux de nos écoles, alors que notre enseignement est l'un des meilleurs en Israël», déplorait récemment le père franciscain Abdel Massih Fahim, directeur des écoles de la Custodie de Terre sainte.

 

 

Sources :

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire